Partagez | 
 

 Les émotions extraordinaires produisent des œuvres sublimes

Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 13/09/2018
Infos fermées
MessageSujet: Les émotions extraordinaires produisent des œuvres sublimes   Ven 9 Nov - 0:50




L
'heure ne devait pas être si loin de l'aube bien qu'il faisait encore parfaitement noir. L'atmosphère était humide et brumeuse ; tout ce qui avait de plus désagréable. Je fis reprendre sa forme humaine à Aiden pour son plus grand plaisir car cette fois-ci, il était réellement fatigué. Une bonne nuit de repos lui ferait le plus grand bien.
Mon hôte se retrouva donc sur les pavés froids et mouillés à pieds nus devant chez lui, sans le moindre vêtement. Ses cheveux sombres dressés à cause du vent et une brise se leva ce qui le fit grandement frissonner.
Le jeune homme toussa un moment et tourna en rond.
Que se passe-t-il donc ? Tu as adopté un goût pour exhiber ton corps en pleine nuit maintenant ?
Mais mais... Duke ! Qu'as-tu fait ?
No comprendo mon cœur...
Mes vêtemeeeents !!! Je te jure, je vais t'arracher la tête un jour ! Je... Je les avais posés sur l'appui de fenêtre à plat.
Ben, c'est peut-être un sans-abri qui les as volé que veux-tu ! Ce n'est pas moi qui les ai déplacés, comment veux-tu ?
C'est donc ça que tu cherches Aiden ?, souffla une voix douce et mielleuse à travers la pénombre voilée. Viens les récupérer alors !

Aiden fit volte-face pour voir qui venait de parler, mais il l'avait su bien avant de s'être retourné. Il ne put s'empêcher de mettre sa main devant sa bouche et d'écarquiller les yeux en grand. Mon petit hôte n'était pas cardiaque fort heureusement ! La surprise fut de taille, et celui qui tenait gentiment ses vêtements du bout des doigts en les balançant affichait un sourire charmeur et plus que satisfait.  

Mais tu es bête bon sang ! Rends-les-moi, cria Aiden à travers la rue sans sa soucier de s'il allait réveiller des gens du voisinage.  
N'espère même pas les récupérer comme ça, le nargua Lew en se passant doucement la main dans ses cheveux clairs dont les reflets pastel brillaient légèrement dans la nuit.

Aiden grelottait littéralement et s'était rué sur son ami avec une expression de vengeance sur le visage alors que Lew resta là bien patiemment à le voir s'exciter de fureur.

Je t'avais déjà dit que tu étais encore plus beau quand tu râlais ?, reprit alors son ami lorsqu'Aiden arriva enfin à sa hauteur. Sa peau d'une couleur de miel devenait moite à cause de la brume qui couvrait l'ensemble de Steamhelm.
Donne-moi ça idiot !, siffla le plus âgé des deux en essayant d'agripper les poignets de Lew, mais sans succès.
Mhmm certainement pas ! Je t'aime bien comme ça..., s'amusa Lew en haussant les sourcils avec un léger sourire en coin en regardant le corps désemparé d’Aiden. Et inopinément, d'un geste vif du bras, il envoya valser les vêtements de celui-ci quelques mètres plus loin alors que l'intéressé se jeta dans cette direction. Lew l'intercepta comme il put dans sa trajectoire.  
Que fais-tu là ?, s'interrogea enfin Aiden qui se dit que c'était peine perdu pour espérer récupérer ne fut-ce que un seul vêtement.
Je suis venu te donner ma réponse à ta question qui date d'il y a des années. Je ne peux pas, je ne pourrais jamais venir vivre sur Nox Isle. (Un silence s'était installé alors que Lew avait passé ses bras autour du cou d'Aiden.)
Et tu viens me voir dix ans après pour me répondre une horreur pareille ? Tu veux me faire mal autant de mal que je ne t'en ai fait la première fois ?, répondit-il en en repoussant brutalement son ami. Son regard perça à travers la nuit et vint se loger dans celui très clair et brillant de Lew. Aiden avait presque une montée de larmes, une tristesse froide qui l'avait glacé bien plus que son manque de vêtements.
Mais il y a une solution, reprit Lew en s'approchant à nouveau sans quitter les beaux yeux d'Aiden qui le regardait désespérément. Il lui prit une main et la réchauffa avant de venir poser les doigts de sa main gauche sur la joue de mon hôte pour tenter d'effacer des lames qui n'étaient pas encore là. Aiden sursauta au contact, Lew avait les mains chaudes par rapport à ses joues frigorifiées. Il n'avait presque pas cessé de trembler, mais il s'arrêta net de penser soudainement. Les doigts que Lew avait posés sur sa joue n'étaient pas les mêmes que la dernière fois; Aiden n'avait pas sentis ce métal froid qui entourait l’annuaire gauche de son aîné. Son regard se figea nettement et il prit la main de Lew entre ses doigts et lui souffla :
Qu'as-tu donc fait ?
Son ami, la main dénudée, releva le regard et vint poser sa tête contre le torse froid d'Aiden avant de doucement déposer ses lèvres à la base de son cou et lui dire lentement:
La seule condition pour laquelle j'accepterai de rester sur Nox avec toi, ce serait que tu uses ta peau sur la mienne...
Aiden serra davantage sa main sans s’en rendre compte tout en ayant fermé les yeux, mais il pensait à autre chose : rien qu’au fait qu’il se congelait sur place tellement il était tard dans la nuit et que la brise frigorifiait tous ses membres. De manière plutôt machinale, Aiden était venu enlacer plus ou moins maladroitement Lew qui j’en étais certain devait avoir élargi son sourire peu séraphique je suppose.
— (Duke ! Mais répond, zut ce n’est pas le moment de me laisser seul enfin !)
Ha il peut toujours courir pour que je lui vienne en aide dans ces moments-là ! Aiden voulait en vérité que je lui fasse reprendre forme animale afin de s’envoler jusqu’à la fenêtre de sa chambre et ainsi s’y introduire sans trop de mal pour enfiler des vêtements chauds. Moi je ne savais pas ce que cela faisait d’avoir froid en tant qu’esprit donc je n’ai pu lui répondre que ce que je pensais.
C’est vraiment tout ce qui te passe par la tête là tout de suite ? C’est une blague j’espère !? Et non cette fois-ci je n’aurais certainement pas la grâce de bien vouloir que tu te transformes parce que ce n’est NI l’occasion NI le moment ! Tu m’auras bien compris ! Tu te débrouilles tout seul et puis je suis certain que tu n’en auras pas tellement besoin de tes vêtements !

Pff, il me saoule celui-là. J’aurais mieux fait d’essayer de le dégager plus vite mais à vrai dire il me sert quand même à quelque chose.
C’est de moi que tu parles là ?
Absolument !
Ça va Aiden ? reprit Lew après un long silence gênant auquel Aiden n’avait pas réellement assisté puisqu’il ne cessait d’avoir du bruit dans sa tête à cause de moi oui !
Son ami avait parlé d’une voix très hésitante comme s’il doutait de quelque chose.
Je…heu oui désolé, bafouilla-t-il assez maladroitement en ouvrant les paupières doucement. Mon hôte semblait avoir refermé ses bras sur son ami par réflexe tout en venant reposer sa tête plus près de la sienne. Et lorsqu’il s’en rendit compte, Aiden ne put qu’émettre un geste de recul bref avant de regarder à nouveau anxieusement son ancien meilleur ami dans les yeux.
Pardon, je… je ne voulais pas… je… Il faut que je rentre, quand même…

Mon hôte ne trouvait plus ses mots et ne parvenait à aligner une phrase complète sans buter sur les syllabes. C’était trop chouuu. En pas mal d’années je peux vous dire que cela n’est mais quasiment jamais arrivé, à l’exception de ce type que ma foi j’approuve grandement. Ça je pense que tout le monde s’en était rendu compte SAUF ce pigeon totalement aveugle ou bien qui le fait exprès, je n’en sais rien. Je vais le secouer, tout ce que vous voulez mais ça devient harassant vu d’ici.
Aiden s’était lentement détaché de son ami avant de seulement tourner la tête vers la porte de chez lui et il tiqua évidemment. Lew affichait plutôt une mine déçue de ne pas être resté dans ses bras plus longtemps alors que ses pommettes devinrent un petit peu plus rosées.
C’est ceci, que tu n’as pas ? lui souffla Lew avec toujours ce même petit sourire en coin qui ne présageait rien de bon en étant le plus moqueur possible. Je crois que ce serait plus pratique avec la clef hein ? (Il le tenait du bout des doigts de la même manière dont il balançait les vêtements d’Aiden juste pour le narguer).
Mais !, s’exclama mon petit maître que je trouve bien trop pragmatique pour l’occasion. Il ne cessait de tomber de haut tellement il ne s’attendait pas à ce que son ami le piège jusque dans les moindres détails. Les questions avaient eu l’air de défiler très vite dans sa tête, alors qu’aucun son de plus ne sorti ; le laissant les lèvres entrouvertes, totalement béat et incrédule devant la situation. A dire vrai, je n’avais pas tellement compris moi non plus à quel point Lew avait mesuré son coup pour piéger Aiden ; mais cela avait le don de me plaire fortement.
Mais encore… ? rigola l’autre en ne contenant pas sa moquerie plus que passagère face à la tête semblait-il hilarante que tirait mon hôte.
Donne-les-moi ! dit-il exaspéré et assez fatigué après cette nuit de survol.
Je ne vais pas te laisser t’endormir ! Crois-moi il y a plus attrayant à faire que de dormir par ces temps-ci ! Et plus attrayant, je ne te parle pas de compter les moutons, comprenons-nous bien oh !
Ha, ce sont les clefs ou les vêtements alors ! argumenta Lew en balançant agréablement la tête ce qui agita ses cheveux clairs dans la nuit en tentant de se rapprocher à nouveau.
Aiden s’était approché de la marche d’escalier qui délimitait l’entrée et trépignait un peu d’impatience et beaucoup de froid aussi tout en se rendant pertinemment compte qu’il n’avait pas le moindre vêtement sur lui et que la situation devenait de plus en plus gênante. Lew le regardait sans le moindre embarras profitant un rien de la situation en voulant jouer avec ses nerfs mais gentiment bien entendu.
A toi de juger lequel des deux te sera le plus utile, railla l’ami de mon hôte qui affichait un sourire plus qu’innocent et angélique à souhait comme s’il n’était coupable de rien. A toi de voir pourquoi tu voudrais remettre tes vêtements plus vite que tu ne voudrais rentrer chez toi… ou inversement.
Aiden rit doucement en venant s’approcher à nouveau de Lew qui posa une main sur le haut de son épaule pour sentir sa peau glacée. Son ami tressaillit au contact expressément froid et fit la moue alors qu’Aiden lui adressa un regard qui voulait bien dire « A qui la faute ici !? ».
Pourquoi est-ce toi qui décides, si c’est chez moi ici ? opina-t-il intelligemment bien que Lew ne se laissa pas marcher sur les pieds en répondant :
Parce que je sais que tu me trouves adorable quand je me comporte de la sorte.
Haaa bien dit celle-là. Un point pour ton petit chéri !
Le jeune homme ne répondit rien, se contenta de froncer des sourcils en haussant des épaules. Lew en profita pour venir glissa sa main dans le dos de son ami qui sembla apprécier une infime source de chaleur sur lui.
HaaaQui ne dit mot, consens c’est ça le dicton Aiden ?
Je crois que je vais te frapper…
Je dirai plutôt que j’aurais besoin de mes vêtements avant de rentrer parce que je suis en train de geler sur place, mais que j’ai besoin de mes clefs puisque même si j’ai mes vêtements, par la suite je finirai par me retrouver en état d’hypothermie sans rentrer chez moi.
Mhmm j’aurai émis deux autres hypothèses moi ! Qui je sais s’avèrent justes puisqu’elles sortent de ta tête et que je les entends être bien plus criantes que celles que tu viens d’affirmer à ton cher ami.
1° Tu voudrais bien tes vêtements, non pas parce que tu cailles en pleine nuit.
(Je suis certain qu’il ne fait pas si froid et qu’il exagère grandement ; à moins que ce ne soit la fatigue dans ce cas, je n’ai rien dit). Mais plutôt pour que Lew te les enlève, oui oui je vois ton petit manège…
2° Tu préfèrerais avoir tes clefs ben pour pouvoir le faire entrer chez toi et le garder auprès de toi !
MAIS grand cœur comme je suis, j’ai une troisième proposition judicieuse !
(Duke finit par la chuchoter à Aiden qui ne put s’empêcher de sourire sur place sous le regard incompréhensif de Lew qui ne savait pas tellement comme interpréter cela.)
— (J’en ai une quatrième mon petit Duke ! Encore plus enviable vois-tu.)
Je l’approuve tout aussi bien…
Aiden garda ce sourire charmeur sur les lèvres et hocha de la tête en signe qu’il désirait que Lew lui donne ses clefs. Une fois que celui-ci eut à peine desserré les doigts des clefs que mon hôte avait déjà jeté son dévolu dessus, avant que son ami ne change d’avis et qu’il ne le fasse à nouveau tourner en bourrique. Ou du moins c’est ce que pensa Lew j’imagine, parce qu’Aiden ne pensait pas faire vraiment cela au final, ce n’était qu’une petite ruse de façade. Puisque conjointement, et dans la même précipitation, le plus jeune des deux était venu attraper ambitieusement par la taille son ancien élève, pour le rapprocher au plus près de lui. Aiden crut qu’il allait lâcher les clefs à ce contact, tellement il ne pouvait plus se retenir de compresser Lew contre son propre corps, de sentir lentement sa chaleur le réchauffer. L’envie était beaucoup trop forte et plus la pression l’envahissait et plus il ne pouvait se contenir. Lentement il passa une main dans les cheveux plus longs de Lew qui ondulaient entre ses doigts après avoir un rien chatouillé sa nuque ce qui fit sourire l’intéressé. Aiden sonda les iris très lumineuses de Lew, cherchant à savoir ce à quoi il aurait bien pu penser et non pas vraiment le moindre consentement. Il le sentit donc attacher quelques mèches sombres qui s’étaient emmêlées autour de son visage pour venir poser élégamment ses lèvres sur l’une de ses joues ; dans la plus grande douceur qui fit frissonner Aiden, mais plus tellement de froid cette fois-ci. Le jeune homme apprécia la caresse infime de ses lèvres mais ne s’en contenterait pour rien et monde. Alors sans plus réfléchir Aiden vint saisir inopinément le menton de Lew entre ses doigts et captura ses lèvres au contact des siennes assez froides mais plus pour très longtemps. Aiden l’avait presque pris au dépourvu tout en venant l’essouffler très vite car il ne voulait plus le lâcher, ne plus jamais qu’il quitte ses bras même si pour cela le vent devait le rendre aussi frigide que le marbre. Lorsqu’il se détacha à contre cœur il observa Lew déployer ses cils pour lui faire à nouveau entrouvrir ce regard qui scintillait même dans la nuit profonde. Le voir le regarder avec fascination lui procura l’effet d’un baiser. Sa main un peu moins froide s’était posée sur sa joue comme pour que celui qu’il venait d’embrasser ne vienne à pas détourner le regard.
Je croyais que tu voulais rentrer chez toi… ? s’interrogea alors Lew qui tentait de rester plus ou moins lucide bien qu’il ne parvînt plus à cacher la chaleur qui lui montait de plus en plus aux joues et ce regard qui avaient l’air d’en vouloir encore plus que ce qu’il ne lui était sans doute autorisé de faire ou même d’imaginer.
Oui… mais pas avant d’avoir fait ça !
Fait quo…
Il ne parvint pas à achever le reste de sa phrase qu’Aiden voulut recommencer bien évidemment. Le détenteur d’un Djinn s’était à nouveau emparé, mais bien moins modestement, des lèvres de celui qui aurait dû être son ami. Lew ne s’y refusa certainement pas alors que ses lèvres s’étaient entrouvertes au touché de celles d’Aiden, et approfondit lentement le baiser tout en faisant reculer Aiden contre la porte, manquant de le faire chuter contre la contre-marche de l’entrée. Celui aux cheveux les plus sombres gronda un peu en percutant le bois de la porte et se vengea un peu en roulant sur le côté pour s’éloigner de Lew afin qu’une bonne fois pour toute d’ouvrir cette porte avant que l’envie ne dépasse le peu de courage dont il lui restait. Il poussa alors son ami un peu à la volée dans le hall d’entrée pour venir claquer la porte d’un coup de pied et se jeta dessus par surcroit. Lew ne cessait d’afficher un air tout aussi aguicheur en venant innocemment glisser ses mains le long du dos nu d’Aiden, s’y accrochant carrément pour ensuite l’enserrer par la taille. Ses caresses devenaient de plus en plus douteuses, car il profitait bien sûr que celui qui était plus jeune que lui n’ait pas le moindre moyen de l’en empêcher. Lew souffla lentement contre le cou d’Aiden qui ne cessait de frémir paisiblement suite aux étreintes doucereuses de Lew, devenant de moins en moins pures. Aiden avait senti leurs pouls s’emballer progressivement, comme s’il les entendait entre chaque soupir doux. Il ne pensa plus à rien, seulement à l’intensité croissante de son désir qu’il tentait tant bien que mal de contenir. Et dans un élan irréfléchi, son corps sembla distraire suffisamment son esprit de sorte qu’il vienne passer ces mains sous les vêtements de Lew pour sentir la texture encore plus satinée de sa peau, sentir se tendre ses muscles à son contact et savourer chaque geste unique. Aiden voulut contrôler toutes les sensations de cet autre corps: l’accaparer en le pressant contre lui , et saisit chaque soupir délicieux de son amant qui se trahissait dans ses bras. C’était à celui qui donnerait le plus envie à l’autre qui gagnerait son dévouement immoral. Leurs pensées devaient sans nul doute devenir de moins en moins avouables, décuplant leur ardeur déjà en train de se consumer dans leurs baisers. Chacun s’empruntait à embrasser avec frénésie l’autre comme s’il avait besoin de lui pour respirer. Aiden allait sans doute payer très cher ce qui constituait bien plus qu’une envie passagère car il avait Lew ancré dans sa tête et dans son corps, bien plus que ce qui n’était concevable. Il voulait plus qu’encenser Lew de faveurs onctueuses. Le plus jeune des deux ne cessa d’excercer des mouvements des plus excitants pour signifier à son partenaire une convoitise plus puissante, celui-ci sembla y répondre secrètement en ondulant hargneusement leur corps à l’unisson, bouleversé et fasciné par la force avec laquelle il désirait Aiden. L’air sembla vibrer curieusement, les enthousiasmant davantage mais pas encore jusqu’à en perdre la raison… pas encore bien qu l'esprit soit chose fragile où le moindre petit choc pourrait lui faire prendre la mauvaise direction. [...]


_________________
Deux vies en une et deux esprits en un seul corps.

Aiden parle en #000000  et pense en  #0033ff
Duke agace en Courier New
♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 30
Date d'inscription : 26/08/2018
Age : 20
Localisation : La tête dans les étoiles
Infos fermées
MessageSujet: Re: Les émotions extraordinaires produisent des œuvres sublimes   Ven 9 Nov - 17:57

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les émotions extraordinaires produisent des œuvres sublimes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» remis de tes émotions ? ◮ mardi 24 janvier, 16h32
» Des retrouvailles pleines d'émotions {Snow}
» extraordinaires constructions
» LA LIGUE DES GENTLEMEN EXTRAORDINAIRES
» Les mots manquent aux émotions ∞ Ida

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Heaven :: Partie Flood :: Cadeaux et anniversaires-
Sauter vers: