Partagez | 
 

 Un certain parrain du nom de Siegward von Mortimer

Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 30
Date d'inscription : 26/08/2018
Age : 20
Localisation : La tête dans les étoiles
Infos fermées
MessageSujet: Un certain parrain du nom de Siegward von Mortimer   Mar 4 Sep - 16:07



 
I. LE PERSONNAGE.

 

 • NOM :
"Mortimer", un nom qui ne vous ait pas anodin, rien qu'à son entente, vous pouvez déjà imaginer la personne qui se présente à vous, un personnage dangereux, un mafieux, un trafiquant, mais quelle tête feriez-vous quand vous apprendrez que ce n'est pas n'importe lequel des Mortimer qui se trouve devant vous ? Que dis-je, contrairement aux membres de la mafia à mon nom, je suis même un "von Mortimer", cette particule est souvent considérée à "faire joli", mais dans un certain temps, cela servait à reconnaître la noblesse d'une famille, sa signification donnerait quelque chose comme "de" ou "des" Mortimer.

 • PRÉNOM :
Je m'appelle Siegward, un prénom bien étrange que ma mère m'a choisi. Il n'a pas de signification particulière, il n'a rien d'impressionnant quand on l'exprime, son origine provient d'une autre langue. Si vous doutez de sa prononciation, faites-le à la japonaise, ce qui donnerait "Siégwarde".

 • GENRE :
Masculin, mais je possède une apparence androgyne, il est donc assez aisé de me confondre avec une femme. Tout d'abord, ma taille est trompeuse, car beaucoup trop petite pour un homme de mon âge, devrais-je dire, un vampire de mon âge, ensuite, mes cheveux sont longs, du moins pour quelqu'un de mon genre, ils sont considérés comme longs. Mais n'essayez pas de vous erroné par ces quelques détails, sinon dites adieux à votre misérable vie.
 
• ÂGE :
Trop d'années, devrais-je dire, de siècle, j'ai fini par arrêter de compter, je ne serais même pas dire ma date de naissance. Approximativement, je devrais avoir plus de 2000 ans, mais bon, j'ai spécialement compté pour vous, et j'ai précisément 2078 ans, et pourtant, j'ai l'apparence d'un homme ayant entre 20 et 25 ans, bien sure, seulement si on ne prend pas en compte ma taille et tout ce qui a été décrit précédemment.
 
• RACE :
Malheureusement, je possède un sang-mêlé des deux pires créatures qui existent sur cette planète, c'est-à-dire, du vampire et de l'incube. Je ne pense pas avoir besoin de vous faire un dessin de ce que cela représente, les images que vous vous faites en ce moment dans votre tête sont toutes corrects, je suis à la fois un suceur de sang et à la fois un suceur de... *tousse*.
 
• CLASSE & MÉTIER :
Comme dit précédemment, je ne possède pas n'importe quel grade dans la famille des Mortimer, je ne suis rien d'autre que celui qui possède le grade le plus élevé, le grade ultime de cette famille, ce grade qui vous permet de prendre toutes les décisions, qu'elles soient bonnes ou non, tous le respecteront. Oui, je suis le parrain des Mortimer, je suis même le créateur de cette famille mafieuse à haute renommée, et mon poste n'est pas près de changer.

• PARTICULARITÉ(S) :
Dû à mon sang mêlé, mes particularités vont être assez nombreuses... Bien sûr, cela n'est pas sans inconvénients. Commençons par mon côté vampire, comme tout ceux de cette espèce, je suis sensible à la lumière du soleil, j'ai une résistance plus longue face à celle-ci n'étant pas un sang pur, mais des plaques de brûlures peuvent rapidement apparaître si je reste trop longtemps exposé aux rayons du soleil. Enfin, cela n'est plus un problème depuis que j'ai obtenu un artefact en forme de bague me permettant de résister à ce problème. Ensuite, j'ai besoin de me nourrir de sang comme tout ceux de mon espèce, mais ma faim est plus facile à gérer, surtout dans les moments les plus... compliqués, mais quand l'envie est trop forte, je ne résiste pas longtemps, pire lorsque l'odeur du sang est présente ou qu'une blessure se fait sous mes yeux. Mon entraînement m'a permis à savoir me contrôler un minimum pour ne pas me laisser emporter, et aussi de résister un petit temps avant de m'attaquer à n'importe qui. Cette espèce m'a donné d'autres particularités, mais moins mises en avant que celles précédemment citées, comme : des crocs de vampire assez long, mais moins que ceux d'un vrai vampire; une régénération, mais beaucoup moins efficace qu'on ne le penserait, pour des blessures superficielles, cela n'est pas un problème, mais pour celles importantes, j'ai la fâcheuse tendance à faire comme une crise, tout d'abord, j'ai la sensation de manquer d'énormément de sang, malgré le fait que j'aurais pu me nourrir quelques minutes avant... alors, si quelqu'un se trouve à porter de moi, je m'attaquerais à lui sans pour autant chercher à le vider de son liquide vitale, normalement, ensuite je tomberais dans un coma, d'une certaine durée en fonction de la blessure, cela peut durer une journée complète à beaucoup plus long.
Ensuite, les deux espèces communes se sont, renforcées ensemble, comment dire, les deux ont droit à l'immortalité, c'est ainsi que je suis toujours en vie et avec une apparence si jeune. Aussi, j'ai une rapidité et une puissance gigantesque, à condition que je sois au meilleur de ma forme, sinon, c'est très basique. Une rumeur aurait fait son apparition, soi-disant que je suis capable de faire de me téléporter, mais bien sure, ce ne sont que des impressions, car a trop utilisé de ce potentiel m'épuise comme tout autre exercice physique.
Et pour terminer, mon côté incube. Celui-ci est comme tout mes semblables, j'ai besoin de me nourrir d'énergie vitale via le sexe pour survivre. Cette espèce m'a surtout apporté un pouvoir de charme énorme, il m'a fallut longtemps, mais à présent, je sais exploiter celui-ci à son maximum afin d'attirer la personne que je souhaite dans mon lit.
 
• ÎLE HABITÉE :
Nox Isle est l'île où j'ai élu domicile, sans en avoir vraiment le choix. Mais plus précisément, j'ai choisi Steamhelm comme ville principale pour implanter mon QG et ma mafia, afin de faire opposition à Dawnmore, la ville de prédilection des Ainsworth.
 
• ORIENTATION SEXUELLE :
Je n'ai aucune orientation particulière, avec mon côté incube, je suis ouvert à absolument tout genre de relation, autant un coup d'un soir que d'une relation plus longue. Après tout, je possède toujours plus d'une vingtaine d'amants et d'amantes, rajoutez à cela une petite dizaine d'autres choses moins communes que des "filles et garçons". Mais ce chiffre à une grande tendance à changer, je peux donc dire que... Tout ce qui bouge me convient parfaitement.
 
• AVATAR :
Chûya Nakahara - Bungô stray dogs


 
II. DESCRIPTION.


 MORALE
 


Mon caractère est loin d'être banale... en premier lieu, je me définirais comme ayant deux personnalités très distinctes, non pas qu'une autre personne se trouve dans ma tête, mais disons plutôt que je porte en continue un masque afin que celui qui agit ne soit pas "moi". Même si j'ai peur qu'il ne devienne totalement séparé de moi et finisse par prendre le dessus...

Je vais m'expliquer, en temps normal, si ça ne tenait qu'à moi, je n'oserais jamais forcer qui que ce soit à me servir de nourriture, autant pour mon côté vampire qu'incube. Mais j'en viens même à me détester pour ce que je suis, ce que je deviens, malgré que je n'aie pas voulu de tout ça, le plus difficile à accepter à dû de reconnaître que ma mère avait raison, ce qui est l'origine de ce masque dont j'ai parlé précédemment. Donc oui, vous pouvez considérer qu'il y a en continu deux personnalités qui se battent dans ma tête, l'une voulant que je continue la voie sur laquelle ma mère m'a lancé, et l'autre... C'est comme si j'étais resté un enfant dans ma tête, un peu stupide, trouvant toujours une occasion de se moquer de quelqu'un, râleur, joueur, impatient, faisant attention de ne blesser personne. Mais le pire est que mon masque est celui qui ressort le plus facilement par rapport à l'autre, quand je suis en présence de d'autres personnes surtout, contrairement à l'autre, qui est présent surtout quand je suis seul, ou en train de jouer, ou sous l'effet de l'alcool/drogue.

Ce fameux masque me permet d'agir afin que les situations tournent à mon avantage, surtout en tant que parrain de la mafia, il faut que je me fasse respecter, et cette autre personnalité me permet de me considérer supérieur à tout le monde, à avoir toujours raison, et donc, autoritaire, stricte, dans l'excès, cruelle, froid et sans pitié. Disons que cela me donne un côté très mégalo, je ne pense qu'à moi, à me nourrir au risque de blesser les autres d'une façon physique ou mentale, peu importe. Mais ne vous trompez pas, vous ne remarquerez pas ce genre de chose immédiatement de ma part, comme je veux tout d'abord remplir mon estomac, mon masque sait exactement comment s'adapter à la personne qui lui fait face, notamment avec ses avantages, son charme, tout ce que donne notre côté incube, ce sera un jeu d'enfant d'y parvenir.
En parlant de jeu, cela est un point que moi et lui nous adorons, le jeu, ce sont les seules règles que nous respectons, sinon, nous faisons tout pour les contourner et arriver à nos fins. Bref, dans un jeu, je veux toujours la première place, même en dehors des jeux d'ailleurs, cela en est à un point que mon objectif est d'arrivée à la tête d'Heaven tout entier, avec les membres des Mortimer nous mènerons bien mieux ce monde que ces êtres à plumes. Bien sure, je ne veux pas que nous soyons au-devant de la scène, et puis, cela est déjà partiellement accompli, après tout, nos agissements se font sous couvertures des Featherstone, mais bientôt, ce seront nous qui les manipulerons.

Pour revenir un instant aux jeux, je suis fort dans tous les domaines, mais surtout dans les jeux d'argent notamment ceux avec des cartes. Ce qui m'a amené à me faire cette valise contenant un mini-casino à l'intérieur, cela me permet de jouer quand je veux, où je veux, surtout durant mes voyages en train. Les membres de ma mafia savent parfaitement que je suis un joueur professionnel, m'affronter revient à se ruiner, bref, j'ai un titre à tenir, et une certaine réputation. Oh, et en parlant de train, j'adore voyager, bouger tout le temps, même si en étant parrain, je devrais rester enfermé dans un bureau à remplir de la paperasse à signer tout ça, mais je suis l'opposé de ce cliché. Je vais surtout de villes en villes, même s'il n'y a pas de points de repère pour les Mortimer, peu importe, je veux voir chaque événement de Nox de mes propres yeux, et souvent, en faire partie si j'en ai l'occasion.

Ah, oui, je ne m'en prendrai jamais à un membre des Mortimer, surtout pour la nourriture. Il m'arrive de demander de temps en temps s'il y a des volontaires, mais si ce n'est pas le cas, je n'insisterais pas/ne forcerais pas. Il en est de même pour les enfants s'étant retrouvés dans la situation dans laquelle moi j'ai vécu, cela fonctionne aussi pour les Ainsworth, sauf en période de conflit bien sur.
Pour revenir un instant sur ma mafia, les membres qui en font partie sont pour moi des personnes sur qui je peux toujours compter et auquel j'accorde ma confiance, ce ne sont ni des amis ni des collègues, c'est comme une seconde famille à laquelle nous appartenons et que je me dois de diriger, bien que nous gardons chacun notre indépendance, c'est surement ce que j'apprécie le plus contrairement aux Ainsworth. Au moment de la rédaction du code d'honneur, j'ai pensé à beaucoup de choses que je pouvais avoir en commun avec les membres qui me rejoignaient, aucune pièce d'or n'égalisait la parole, l'honneur, le fait d'assumer ce que nous faisons, s'exprimer avec son coeur, l'entraide, c'est ce qui fait la réputation des Mortimer. Mais aussi par notre discrétion, comme je devais éviter de me remettre à l'avant de la scène pour que les Featherstone ne me retrouvent pas durant de longues années, j'ai appliqué la même chose ici pour que moi et mes membres soient en paix. Cela revient sur le fait que j'impose à moi et mes membres de recourir le plus souvent possible à l'intimidation, à la corruption ou au chantage plutôt qu'à la force, mais quand il est nécessaire, il est préférable d'agir plutôt que de discuter.



CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES
 


Vous voulez me mettre à nu ? Très bien, il suffit de le demander, mais je pense qu'il est nécessaire que je revienne sur ma taille tout d'abord, j'en ai parlé jusqu'à présent sans vous donner un chiffre, alors le voici, je mesure 1m60 pour une cinquantaine de kilos. Comme dit plus haut, j'ai un aspect très androgyne, mais ne vous trompez pas, j'ai un corps très athlétique, on pourrait aller jusqu'à dire que l'ensemble forme une harmonie et des courbes parfaites dignes des plus belles statues, tout cela grâce à mon côté incube... mais je vous laisserais en découvrir plus quand vous finirez dans mon lit~
Passons plutôt au reste de mon physique, mes yeux sont rouges, constamment, mais un rouge discret, sauf lorsque j'ai faim ou quand du sang se présente à moi, il est beaucoup plus facile de les distinguer, devenant d'un rouge beaucoup plus vif que d'habitude. Ensuite, j'ai les cheveux d'un orange proche du marron, ce qui est plutôt discret, mais aussi comme dis plus tôt, ceux-ci sont longs, mes mèches se rabattent sur mon visage, et mes cheveux les plus longs passent par-dessus mon épaule gauche.

Je pense avoir tout dit, alors passons à mes vêtements habituels, on va faire dans l'ordre comme je m'habille, ce sera plus simple, vu que vous avez voulu que j'enlève tout pour faire une description générale... Alors, d'abord, j'ai une chemise blanche à manches courtes très basique, on met par-dessus un gilet sans manches bleu foncé, encore par-dessus, une veste ouverte noire aux manches retroussées jusqu'aux coudes, et enfin, le tout est recouvert d'un long manteau noir avec une doublure de couleur brun clair.
Ensuite, on met un sous-vêtement neuf fait à partir de la peau de mes dernières victimes... ça va, je plaisante, ou pas, bref, on enfile le pantalon noir, une ceinture de la même couleur, de même pour les chaussures. Et on termine avec les accessoires, mon précieux artefact en forme de bague, recouvert avec des gants noirs, de même pour le collier autour de ma gorge, au lieu d'une cravate je porte un ruban noir mis en croix, et enfin, on termine par mon chapeau de cette couleur sombre avec un bandeau brun et une fine chaine en argent suspendu à l'arrière. Voilà, je suis prêt, mais ma tenue n'est pas complète sans ma mallette...

Car oui, je transporte toujours avec moi une valise en cuir noir, d'apparence, semblable à celles que l'on transporte constamment avec nous pour les longs voyages. Contrairement à son apparence, c'est un chef-d'oeuvre, une pièce unique spécialement conçue à ma demande, celle-ci n'est pas destinée à transporter des vêtements ou quoi, mais plutôt, elle me sert d'outils de travail.
Quand on l'ouvre normalement, on peut tomber sur un petit espace en bois, contenant toutes sortes de crayons, des feuilles de papier vierges, et des enveloppes vides. Oui, c'est mon bureau, à porter de main, ahah *tousse*, cela me permet de remplir la paperasse à tout moment, d'envoyer des lettres, bref, cela est bien plus pratique que de rester collé à un bureau toute la journée. Mais, son utilité ne s'arrête pas là, quand on soulève le premier faux-fond, on tombe sur tout un tas de composants pour des jeux d'argent illégaux, notamment, des cartes, des jetons, des dés, une roulette... Bref, tout ce qu'on retrouve normalement dans des casinos, mais ici, sous forme miniature afin que tout tienne dans cette mallette. Enfin, il se trouve un dernier faux-fond bien plus difficile à voir que le précédent. A l'intérieur, se trouvent différentes armes, surtout un couteau et un pistolet, tous deux étant tout aussi unique. Mais la particularité est que je possède des balles de tous genres, des normales, en argents, des explosifs... Bref, tout ce qu'il faut pour se préparer à n'importe quelle situation.

Pour vous faire une image des deux faux-fonds, regardez ici et ici.



 
III. L'HISTOIRE.


 


Avant de parler de mon histoire, je vais parler de la base de la base de mon arrivée dans ce monde... C'est-à-dire ma mère, qui est une très ancienne succube, si pas l'une des premières. Son existence remonte au temps des premières civilisation apparues sur Heaven, avant même l'ère des premiers écrits de l'an -1000, d'ailleurs, on pouvait trouver des textes à son sujet, et même, des représentations en peinture sur des murs, des sortes de temples qui lui étaient dédiés à son effigie, et j'en oublie surement. Il faut savoir qu'elle occupait une place de rêve, elle était presque à la tête de ce monde en ce temps là, mais d'une façon différente qu'on ne le pense, car elle était considérée comme une déesse, notamment, par sa beauté inégalable et éternelle. Son secret étant juste qu'elle était une succube de pure sang, et comme dit, je pense qu'elle est l'une des fondatrices de notre espèce, et même, l'une des premières représentantes de notre monde actuelle jusqu'à la réunification sous la royauté.
Mais au moment de cette monarchie, il fallait encore que la famille royale venant de se déclaré à la tête du pays, se fasse une place, et voyant le nombre d'adepte à la "déesse", ils décidèrent de lui proposer une place dans la cours, et ma mère accepta. Cela permis de gagner la confiance de tout ceux qui ont depuis longtemps une très grande croyance envers la succube, et par la même occasion, celle-ci devenue une noble à grande influence, elle prenait son rôle très au sérieux, et possédait de très bon avis/de propositions pour le peuple. Mais ma mère était quelqu'un de très observatrice, elle faisait tout pour que chaque situation tourne à son avantage, après tout, si elle n'avait pas eu cette place de choix, elle l'aurait obtenue d'une tout autre façon. En continuant d'observer dans l'obscurité, elle se rendit rapidement contre qu'il y avait beaucoup de rébellion contre le pouvoir qui s'était mis en place, et cela lui donna une idée : si les dirigeants venaient à perdre leur place, elle retrouverait celle qu'elle avait auparavant, elle l'imaginait ainsi, mais d'autres chercheraient surement à l'en empêcher... Ma mère n'est pas spécialement puissante en dehors de sa beauté, alors, il lui fallait quelque chose pour lui apporter cette force, ou plutôt quelqu'un, et pour cela, elle décida que ce sera l'enfant qu'elle mettra au monde.
Mais un choix s'imposait, la race que cet enfant allait recevoir. Il était inévitable qu'il aurait du sang de la succube, mais cela ne serait pas suffisant pour qu'il soit assez fort, après de longues réflexions, elle décida que ce sera le vampire qui partagera son espèce. Je ne pense pas avoir besoin de précisé, les vampires sont immortels, ils possèdent une force et une vitesse incroyable, un régénération... Mais ma mère oubliait un détails, un sang mêlé ne reçoit pas toutes les qualités des deux espèces auxquels il appartient, mais en plus, des défauts peuvent en faire partit. Peu importe, elle trouva rapidement un vampire de sang pure, et après l'avoir aisément charmé, elle s'accoupla avec celui-ci, sans l'avoir endormit afin que l'acte face effet, malgré tout, les deux ne formèrent aucunement un couple, et après cette soirée, chacun retournèrent à leur occupation initiale comme s'il ne c'était rien passé.

Comme attendu, ma mère tomba enceinte, et plusieurs mois plus tard, me voilà né le 13 octobre 93, une date de naissance peu originale, et pourtant vraie. Ma croissance était bien plus lente que n'importe qui d'autre, malgré les années, mon apparence n'était pas du tout proportionnel à mon âge, mais cela était dû à mon sang mêlé, donc rien de grave. Pour le moment, je ne présentais aucun "défaut", comme ma mère le voulait et me le disais souvent, j'étais "parfait", les deux qualités des deux espèces réunis en un seul être, elle ne pouvait espérer mieux. D'autant plus que durant près de 500 années, je grandis dans la noblesse, l'enseignement était le meilleur que l'on pouvait trouvé, j'appris toutes les bonnes manières, la politesse, la culture, écrire, lire, absolument tout. Ma mère était celle que n'importe quelle enfant voudrait, un peu stricte, mais elle était toujours attentif à mon égard, je lui obéissais au doigt et à l'oeil. Elle m'apprit notamment à me familiariser avec mes deux races, d'en tirer tout leur potentiel, d'être le meilleur, fort, puissant...

"Mais il va falloir survivre..."

C'était les mots qu'elle me répétait très souvent, survivre, tout en devenant fort, c'était presque une règle pour elle, et il fallait que je l'a respecte tout autant. Surtout, ma mère me mettait très souvent en tête des rêves qu'elle voulait que j'accomplisse, que j'avais le potentiel pour accomplir de grandes choses, aller loin, au point de peut être pouvoir un jour diriger ce monde comme je l'entends, et elle serait toujours là pour me soutenir et être à mes côtés. L'an 560 venait d'être arrivé, j'avais 407 ans à ce moment là, mais d'apparence, j'avais 16 ans, puis pour un incube je suis à presque 2 ans d'avoir la nécessité de me nourrir de l'énergie vitale des personnes qui m'entoure, mais je pense avoir besoin de beaucoup plus d'énergie que les sangs pures de mon espèces, moi, je n'arrive toujours pas à me contrôler, ma force est trop grande, il me faut beaucoup, voir trop, de cette "nourriture". Car oui, les incubes comme moi ont un temps d'adaptation afin de perfectionner leur pouvoir, leur technique de charme, tout ce genre de chose, et en étant jeune, nous avons une grande réserve d'énergie à notre disposition, mais une fois l'âge adulte atteint, cela n'est plus le cas.
Bref, aujourd'hui était un jour particulier, car c'était l'anniversaire du roi actuel, du jeune roi même, Ael 1er Featherstone, qui allait fêter ses 20 ans. Celui de cette époque était quelqu'un d'attentif à son peuple, un peu trop gentil, accompagné de cela d'un physique digne d'un vrai ange, bref, il n'avait pas la vrai carrure d'un roi. Soit, une fête allait être organisée pour cet événement, une grande fête qui se déroulerait durant la soirée, toutes les membres de sa famille, les personnes qui lui étaient proches, ainsi que les nobles, y étaient invités, et ma mère faisant partie de la dernière catégorie, elle s'y rendrait, tout en m'amenant avec elle pour que je continue de faire bonne impression au près de tout le monde. Mais ce genre de chose m'ennuyait très rapidement, après les salutations envers tous les invités, ma mère accostait déjà de nombreuses personnes à la recherche d'un partenaire idéale pour l'accompagner dans son lit ce soir. Voilà un occasion d'être tranquille, dès que je n'eu plus d'attention, je m'étais éloigné sur un des balcons afin de les observer d'ici tout en lisant un livre. Je ne fis même pas attention à l'arrivée du roi, qui venu même jusqu'à moi pour venir me saluer, c'était la surprise totale, mais ayant connaissance des bonnes manières, il ne me fallut qu'un mouvement pour être incliné en face de lui. Suite à cela, le roi se mit à sympathiser avec moi, me posant différentes questions comme le ferait deux personnes "normales" qui se rencontraient, mais lui était loin d'être quelqu'un de très banal.. et pourtant, il venu même jusqu'à me demander de le tutoyer. Mais quelque chose n'allait pas avec lui, il semblait constamment triste, malgré la fête qui se déroulait en son honneur, pas une seule marque de joie n'apparaissait sur son visage, seulement des sourires de temps à autres, car je m'adressais à lui naturellement en disant ce que je pensais. S'en était presque s'il me suppliait de lui faire un câlin, ce que je lui proposa, et qu'il accepta... oui, j'ai fais un câlin au roi de ce temps, mais cela n'est vraiment rien comparer à ce qui va suivre.

Pourtant, je voyais comme une opportunité qui s'ouvrait devant moi, un tel rapproche avec le roi en si peu de temps, surtout qu'il semble totalement désespéré... je peux tourner toute cette situation à mon avantage, même, devant moi se présentait l'objectif auquel ma mère n'a jamais atteint et auquel elle me préparais depuis tant d'années : être à la tête du monde. Mais il fallait que je m'y prenne bien, et que je mette toutes mes qualités à mon avantage, cela n'était pas des plus compliqués, car le roi désespéré m'appréciait déjà, s'en était à un point qu'il me proposa même de danser avec lui lors du bal en fin de soirée. Je ne tomberais pas dans le piège, je souleva la question sur le fait que je sois un homme, et ce genre de couple à cette époque, davantage avec le dirigeant du pays, était quelque chose d'impensable, et j'avais bien fait de demander, cela lui aurait attiré des ennuis, et à moi aussi, mais ce n'était pas pour autant que je laisserais tomber une opportunité pareil. A cette époque, mon physique était bien plus androgyne que maintenant, j'étais plus petit, les cheveux plus court serte, mais il était très aisé de se confondre, et je voulais tirer cela à mon avantage, alors, je proposa de me déguiser en fille afin de pouvoir danser avec Ael sans prendre de risque. Il ne fallut pas longtemps avant que l'on s'en aille afin de me trouver des vêtements à ma taille, et après m'être changé et habitué à cette nouvelle tenue, nous n'avons pas tardé à retourner dans la grande salle où se déroulait la fête afin de commencer à danser pour annoncer l'ouverture du bal.

Nous avons dansé durant une bonne heure, la grande fête se terminait, la plupart des invités s'en allaient, dont ma mère, qui avait trouvée quelqu'un pour l'accompagner jusqu'à chez elle et pouvoir "passer une bonne soirée". Quand à moi, je devais retourner me changer, durant ce temps, le roi avait remarqué le départ de ma mère, il me proposa alors de passer la nuit à l'intérieur du château, et après hésitation, j'accepta l'offre.
Je passa le reste dans la nuit dans une chambre incroyable, digne des rêves que l'on peu faire sur ce genre d'endroit, je peux vous assurer que c'est bel et bien réel. Mais tôt le matin, je sentais que j'avais besoin de me nourrir, je ne voulais pas prendre le risque d'attendre Ael, alors, j'étais partit chassé et me remplir suffisamment le ventre pour quand je reviendrais. Cela ne fut le cas qu'en fin de matinée, j'avais perdu beaucoup de temps à cause du soleil qui me brûlait la peau, à prendre des endroits en ombre, il fallait que je face d'impressionnant détours pour revenir jusqu'au palais. Une fois arrivé, il fallait que je reprenne mon rôle, j'avais décidé que la façon la plus simple de prendre le trône était que je tue le roi, que ce soit son corps qui me sert de couronne, et ainsi, montré que le pouvoir me revenais directement. Oui, ce serais parfait... mais pour y arriver, il fallait que je trouve le bon moment pour agir, que sa disparition ne se fasse pas remarquer immédiatement, et il me semblait que le plus simple soit que je continue de le charmer, et lorsque l'occasion se présentera, j'utiliserai mon pouvoir d'incube afin de le mettre en état d’inconscience, et ce sera là que j'agirais. Bon, néanmoins, ce roi perturbe un peu mes plans, il semble même trop être sous mon charme... toujours à me complimenté quand il faut, quand je tente des approches, il montre toujours beaucoup de réactions positives à mon égard, il semble déjà s'être beaucoup attaché à moi.

D'ailleurs, une fois de nouveau aux côté d'Ael, celui-ci s'était mis à insister sur le fait de me donner de son sang, tellement que cela en devenait dangereux, autant pour lui que pour moi, c'était à un point que je menaçais de m'en aller, me proposer ainsi de me nourrir en étant consentant, c'était totalement inédit, et impensable. Il faut savoir que j'étais dans une période délicate en ce temps là, celle où je devais comprendre mon espèce et ses particularités, et j'en avais deux, la tâche était doublement plus complexe, surtout que j'avais des difficultés à contrôler mon côté incube, jusqu'à présent, j'avais tué toutes les victimes sur qui je mettais entraîné, et je n'arrivais pas à les garder conscient non plus. Le comportement en générale du roi envers moi, et en plus cette proposition, étaient en train de me monter à la tête, j'aurais pu le tuer aisément, serte, mais on serait directement remonté jusqu'à moi pour son meurtre dans un moment pareil, et nous étions loin d'être seul, il faut que j'attende encore un peu, il faut que la bonne occasion se présente à moi. Je dois avouer que j'avais à moitié réagis ainsi pour voir sa réaction, et j'avais vue juste, il dit par lui même que je représentais déjà beaucoup pour lui, il me voulait en tant qu'ami, et plus encore, oui, il finit par me révéler qu'il était tombé amoureux de moi et qu'il m'aimait.
...
Quoi ?
Je ne comprenais pas ce qu'il ce passait en moi à ce moment-là, mes émotions se bousculaient, se mélangeaient, en moins d'une journée, il était parvenu à me dire les plus belles choses qu'on ne m'est jamais dites jusqu'à présent. J'en oubliais même mon objectif principale, surtout durant ce baisé, je perdu même un instant mon sang-froid en demandant davantage, mais je repris rapidement mes esprits finalement. Finalement, durant la suite de la journée, mon "devoir" de tuer ce roi ne me venu même plus à l'esprit, car j'étais... Heureux ? C'était très étrange, totalement inexplicable, j'avais beau chercher, je ne trouvais pas les mots de ce que je ressentais, j'en venais même à dire ce que je ressentais au plus profonde de moi à ce moment là : de la peur. Oui, j'avais peur de ce que j'étais, et de ce que j'allais devenir, cette peur venait du fait que je devais faire mal aux autres pour ma propre survie, comme ma mère me l'expliquait si bien, je m'en rendais compte, et elle a totalement raison.
Bon, dans l'après-midi, on devait sortir, mais mon soucis avec ma peau en contact du soleil allait posé soucis malgré ma meilleure résistance face à celui-ci, et pourtant, Ael m'offrit un artefact, ceux que l'on donne aux vampires de rang noble pour pouvoir résister au soleil. C'est donc ainsi que je reçu cet artefact, à la base un trésor du roi, il a la forme d'une bague, celle ci s'adapte à n'importe quel doigt et se dissimule très facilement sous une paire de gants, soit, je la porte toujours sur l’annuaire de ma main gauche, là où l'ailé me l'a positionné en me l'a donnant. Maintenant que l'artefact était en ma possession, nous pouvons à présent sortir, Ael voulais me montrer un endroit à l'écart du palais, un lieux où nous pourrions nous retrouver si on venait à être séparés.

On passa le reste de cet après-midi en haut de cette colline surplombant la pleine qui nous faisait face, on était là, à apprécier le moment, loin de tous. Lorsque le soleil commençait à se coucher, nous avons finit par rentrer, je l'accompagna durant son repas, je pouvais ainsi avoir le droit de voir combien sa mère aimait faire des reproches à son propre fils, l'envie de lui envoyer toutes sortes d'insultes ne me manquait pas, mais bon, je devais garder mes bonnes manières. Ensuite, j'avais promit à Ael que je resterais avec lui jusqu'à ce qu'il ne s'endorme, ce que j'allais faire, mais voilà que l'ailé me cherchait à nouveau avec des mots doux, au point qu'il voulait faire de moi son roi, cela me mettait facilement à fantasmer rien qu'à cette pensée, qui d'ailleurs, réveilla mon objectif initiale après cette journée à l'avoir oublié...
Surtout que l'occasion que j'attendais jusqu'à présent était en train de se présenter à moi, ayant amené l'ailé jusqu'à son lit, j'étais parvenu à l'excité en quelques touchés, mais cela me faisait tout autant d'effet sur mon côté incube. Pourtant, j'avais réagis au bon moment avant de me laisser totalement emporter, c'était presque comme un avertissement pour le roi, une dernière chance pour lui de survivre, s'il arrêtait et me laissait m'enfuir, je partirais, mais s'il continuait, je ne me retiendrais pas plus longtemps. Et celui ci trouva seulement à dire qu'il voulait que je le fasse miens... quelle idée... je ne pouvais plus rien faire pour lui à présent, il aurait ce qu'il voudrait, mais en état d'inconscience. Voilà donc comment j'allais atteindre le pouvoir ? Ael était en état d'inconscience, tendit que mes pulsions étaient en train d'être comblées, je réfléchissais, j'aurais aspiré en un rien de temps toute son énergie vitale, c'était ce que l'incube en moi voulait, même si je n'avais pas encore nécessairement besoin de me satisfaire des autres pour vivre, c'était plus fort que moi. Mais contrairement à toutes les fois où je m’exerçais sur des gens qui m'étaient totalement inconnus, là, les douces paroles de l'ailé s'étaient mises à raisonner dans ma tête, ces paroles, qui m'avaient fait ressentir une véritable joie, d'être important pour quelqu'un d'autre, d'être aimé.

Mais qu'est ce que je suis en train de faire ?

Je faisais exactement ce qui me terrifiait, devenir un monstre à cause de ce que j'étais, et en plus de ça, je voulais la vie de quelqu'un qui m'aime pour ce que je suis, tout ça, juste pour un simple titre complètement stupide... Je finis par m'arrêter à temps, reprenant mes esprits après ce qu'il venait de se passer, je n'hésita pas à m'enfuir, peu importe où, il fallait que je parte, je pense même que j'ai couru tout le reste de la nuit afin de partir le plus loin possible. Le matin venu, j'avais finit par me rendre à l'évidence que je devait m'en aller très loin d'Azura, je ne comptais prévenir personne, juste, j'avais pris du papier et de quoi écrire, tout en me dirigeant au point de rendez-vous que m'avait fait connaître Ael, je voulais lui dire la vérité sur mes intentions réelles, mais contrairement à ce que je pensais, je tomba directement sur le principale intéressé sur mon chemin. Au début, je voulais simplement lui dire qu'il devait rester loin de moi, mais après un monologue de l'ailé sur combien je comptais pour lui, je finis par fondre en sanglots en lui révélant la vérité, mes mensonges, mes tromperies, ma tentative de meurtre, l'usurpation de son titre... mais tout cela m'avait permit de me rendre compte que j'étais aussi tomber amoureux de lui, et je ne manqua pas de le relever, malgré tout, je restait quelqu'un d'horrible, prêt à se faire totalement rejeter par ce qu'il avait fait. Contrairement à ce que j'attendais, je n'avais jamais vue Ael aussi heureux qu'à cet instant, il me pardonnait de tout ce que j'avais fait, absolument tout, je n'ai pas été au bout de mon acte, et c'est tout ce qui comptait pour lui.

Suite à cela, la journée se déroula mieux que jamais, celui qui était à présent mon compagnon ne quittait plus son sourire et faisait en sorte que le miens soit tout aussi présent. Les semaines s'écoulaient, notre amour devait néanmoins rester secret aux yeux de tous, il n'était pas censé se retrouver avec le non-ailé que j'étais, et en plus j'étais un homme, chose encore plus mal vue à cette époque. Cette situation aurait pu être compliqué pour n'importe qui, mais cela m'amusait personnellement, cela rendait notre histoire d'autant plus excitante, même si j'avais autant envie qu'Ael de pouvoir révéler notre amour au grand jour sans risquer la décapitation ou je ne sais quoi. Ce qui amena l'ailé à ne jamais manquer d'occasion pour aller lire tous les textes de lois existants qui composait ce monde, il voulait trouver une faille, n'importe laquelle, qui permettrait de pouvoir tourner la situation à notre avantage.
Un bon mois s'écoula, tout se passait à merveille, comme dans un rêve presque totalement parfait, je continuais de m'entraîner de mon côté tendit que le jeune roi faisait son travail, et le soir en fin de journée, on se retrouvait à notre endroit habituel, loin de tous, c'était ce qui était prévue pour aujourd'hui, je m'y étais rendu, mais l'attente était bien trop longue, Ael ne venait pas... Je finis donc par me rendre par moi-même jusqu'au palais pour aller le chercher, à l'intérieur du bâtiment, j'étais passé devant la salle de réunion où les portes avaient étés laissées grandes ouvertes, je ne pris pas le temps de m'arrêter, mais des quelques mots, j'avais compris que mon compagnon avait tenté une première approche sur quelques changements des lois, et que cela avait été une véritable catastrophe, j'entendais même que sa propre mère avait souhaité la mort de son fils... Cela ne fit qu'accéléré mon pas pour aller plus rapidement rejoindre mon roi, celui-ci se trouvait dans sa chambre comme je m'y attendais, mais la peur se marque sur mon visage quand je le vis avec un poignard dans les mains, prêt à se l'envoyer dans le ventre pour mettre fin à ses jours. Mais j'étais arrivé à temps, il lâcha l'arme, et je venu rapidement le rassuré tendit qu'il m'expliquait ce qu'il c'était passé, et j'avais vue juste, pire même, sa mère voulait qu'il se marie avec l'une de ses cousines, et c'est en refusant qu'il a dû tout révéler, mais tous était contre lui, à l'insulter, ce qui l'avait poussé à réagir ainsi.
Je ne lui en voulais pas, il n'était pas responsable de ce qu'il c'était passé, je lui promis même que s'il le fallait pour qu'on puisse resté ensemble, on s’enfuirait de cet endroit, et mes paroles portèrent leur fruit, car il retrouva le sourire et le morale. Après une bonne nuit de sommeil et plusieurs jours de repos sans aucune réunion, l'ailé avait repris ses recherches, mais cette fois-ci, dans la magie afin de trouver une solution, je ne comprend pas ce genre de chose, je ne pouvais me douter qu'il allait jusqu'à regarder dans des ouvrages différents de ceux d'habitudes. Le grand jour finit par arrivé, une seconde tentative allait être faite auprès de sa mère et du conseil, cette fois-ci, je l'avais accompagné pour assister à tout ce qui allait être dit, et s'il le fallait, intervenir. Mais j'avais juste à écouter, Ael expliquait comment il allait s'y prendre pour réglé tous les problèmes, et il voulait utiliser la magie pour cela, créer un héritier, un ailé pour continuer leur lignée, plus fort, sans aucun des problèmes que causait leur consanguinité. Il voulait aussi se rendre éternel, amener la richesse à tout Heaven, tout ces arguments avaient finit par plaire à ses récepteurs, l'idée avait été accepté, et mon compagnon ne tarda pas à réciter une incantation écrite dans une langue morte, surtout, extrêmement compliqué et longue. Quand il eut terminé, un être lui faisait face, difficile de dire ce que c'était comme il n'avait pas vraiment de forme, une sorte d'élémentaire magique, qui rompu le pacte qu'il faisait avec le roi pour l'attraper dans le dos tout en levant des murs de flammes autour d'eux pour que personne ne puisse approcher.

A ce moment-là, je ne réfléchis pas longtemps avant de foncer dans leur direction, avec mes deux espèces, les flammes n'avaient pas d'effets sur moi, même si les blessures étaient un moyen de m'épuiser, mais là, ça n'avait aucune importance, tout ce qui comptait pour moi était d'aller aidé Ael. Mais cet être parvenu à m'immobiliser, malgré ses efforts, je ne pouvais me défaire de son emprise, et celui-ci ne perdit pas de temps à transpercer le ventre de mon compagnon avec une queue digne de celle des scorpions. Ce ne fut que lorsque l'élémentaire s'enfui que je fus délivré, rejoignant celui que j'aimais, en pleine agonie avec tous ses organes vitaux touchés. Je fis une tentative désespéré de le changer en vampire, sans succès, Ael était sur le point de perdre connaissance, avant cela, il se força de me dire ses dernières paroles avant de tomber dans un profond coma. Malgré mes blessures, je n'hésita pas à le transporter moi-même jusqu'à la salle de soin dans un dernier espoir de le voir rouvrir ses yeux, durant sa prise en charge, je restais toujours à ses côtés, durant ce moment là, je ne saurais dire ce qu'il ce passait dans ma tête, mais c'était une douleur que je n'avais jamais ressentis auparavant, surtout lorsque le verdict finit par tomber... Ael était mort.
Là, on venait de m'achever, je ne pouvais croire ce que l'on venait de me dire, mais en voyant mon compagnon sans vie, une rage folle m'envahie, je m'en pris au médecin qui m'avait annoncé la nouvelle, le tuant instantanément, je voulais faire de même avec tous les conseillés qui étaient présents, mais les gardes avaient étés plus rapides que moi et mes blessures qui me ralentissaient énormément, je jura de tous les tuer, tendit que l'on m'amena jusqu'aux cachots du palais.

J'eu besoin de nombreux jours de repos avant de parvenir à reprendre conscience, à mon réveil, j'ignorais totalement ce qu'il ce passait derrière les barreaux. Je ne le su qu'un jour plus tard, quand on me sortit de ma cage, on m'emmena loin du palais, ma mère avait finit par me rejoindre, tout aussi menottée, et c'est ainsi que l'on se retrouva expulsé d'Azura, directement envoyé dans les rues de Nox. Le conseil avait rejeté toute la faute sur moi, absolument tout ce qu'il c'était passé, dont la mort du roi, ce qui avait facilité mon expulsion et le fait qu'ils aient virés ma mère de leur cours.
Quoi, vous voulez savoir comment j'étais à ce moment-là ? Sans vie, totalement sans émotion visible sur mon visage, j'étais mort à l'intérieur, je ne me remettais pas de ce qu'il c'était passé. La situation ne pouvait pas être pire, on était dans la rue, sans rien, pas un sous, seulement ce qu'on portait sur nous, avec nul part où aller. Je vais l'avouer, je ne faisais pas grand chose pour améliorer notre situation malgré tous les efforts de ma mère, elle faisait tout pour nous sortir de cette histoire, et elle y est arrivée, j'ignore comment elle a fait, même si cela ne m'étonne qu'à moitié venant d'elle, mais elle arriva à nous trouver un abris, surement en dévorant son ancien propriétaire ou en le charmant pour l'insister à partir. Elle réalisa tout cela dans un temps record, en moins d'une journée et avant que la nuit ne tombe, elle savait parfaitement ce qu'elle devait faire pour survivre dans cet endroit. Pour ma part, cette nouvelle vie me rendait totalement indifférent, à l'étage, une chambre m'attendait, mais je préférais passer mon temps dans le sous-sol, dans lequel je resta enfermer par moi-même durant 750 ans.

J'avais totalement perdu l'envie de vivre, pourtant, j'étais toujours là, j'aurais pu mettre fin à mes jours depuis bien longtemps, mais quelque chose me donnait une petite lueur d'espoir très infime, et c'était ma mère qui me donnait cette lumière. Durant toutes ces longues années, c'était elle qui venait me nourrir alors que je ne faisais aucun effort pour me rassasier. Chaque jours, à n'importe quel moment, elle venait me voir avec un verre de sang à la main, elle s'assurait que je bois entièrement le contenu, ou au moins une bonne partie, avant de me donner de sa propre énergie vitale quand il devenu nécessaire pour moi d'en avoir.
...N'imaginer pas des choses étranges, ma mère est quelqu'un de très puissante, d'autant plus pour réaliser cet exploit, elle me donnait de cette essence vitale d'un simple baisé sur mon front, rien de plus !

Bon, reprenons, durant ces 750 ans, je faisais quand même en sorte d'aider ma mère financièrement, dans l'espoir qu'elle puisse un jour retourner dans des quartiers plus modestes et vivables que ceux-ci. Je ne travaillais pas non, mais une fois par semaine, elle organisait chez elle une soirée pour jouer à des jeux d'argents. Au début, quelques curieux venaient y participer, mais aux fils des années, l'addiction prenait chez certains de nos "clients", et beaucoup plus de monde se présentait pour venir se détendre une soirée pour s'amuser. Ces moments-là, c'étaient bien les seuls où je sortais de ma planque pour venir moi aussi me changer les idées, en jouant, je retrouvais un peu de mon morale, et surtout, je me sentais sentis utile pour ma mère en l'aidant à lui rapporter des sous avec mes facilités de gagner.
Voilà en quoi se résuma ces décennies, je ne sais pas combien de temps je pourrais tenir ainsi, j'avais beau essayer, je n'arrivais pas à tourner la page sur ce qu'il c'était passé, il ne se passait pas une journée sans que je ne tombe en sanglot lorsque je me remémorais le passé. J'étais coincé dans une cercle vicieux dans lequel je n'arrivais pas à sortir, je ne parlais pas, je gardais tout pour moi, malgré les nombreuses tentatives de ma mère à dire ce que j'avais sur le coeur, c'était silence radio.

Nous voilà maintenant en 1400, rien n'avait vraiment changé de mon côté, c'était surtout du côté de ma mère que ça évoluait, depuis peu, elle fréquentait énormément un homme, celui-ci était présent à chaque soirée de jeux qu'elle organisait, elle semblait vraiment heureuse à ses côtés, je ne l'avais que rarement vue ainsi. J'avais rapidement supposé qu'ils se mettraient ensemble, et j'avais vue juste lorsqu'elle venue me l'annoncer avec son compagnon, à présent, ils venaient me rendre visite tous les deux quand ma mère venait habituellement me nourrir, ils me racontaient leur journée des plus banales, et ils me soutenaient. C'était étrange qu'une personne extérieur fasse attention à moi, j'ignore s'il me voyait comme son fils avec la relation qu'il avait avec ma mère, mais cet homme était quelqu'un de bon, toujours de bonne humeur et très positif. Durant les discussions où je participais vaguement, j'appris qu'il était membre d'une mafia nommé les Ainsworth, il travaillait pour eux en tant que mécanicien, il avait donc un travail en retrait, mais il faisait partit des plus hauts-rangs de la famille, ceux que l'on appelait "frères" ou "soeurs". En temps normale, il n'aurait rien dû nous dire, mais maintenant que l'on était de sa famille, il n'était plus nécessaire pour lui de nous cacher son "travail" plus longtemps.
Ce qui me perturbait, c'était que ma mère prenne le risque de se mettre avec un humain ayant une durée de vie extrêmement courte, mais elle devait avoir conscience de ce risque et l'assumait totalement. Mais je me questionna davantage le jour où ils venus m'annoncer qu'elle était enceinte, je m'en moquais pas mal, mais elle devait vraiment tenir à cet humain pour avoir été aussi loin, mais bon, la vie de mi-humain mi-incube serait surement beaucoup plus facile que la mienne pour cet enfant.
Venu le jour où notre petite famille s'était agrandit, le jour de la naissance du bébé, je n'étais pas sorti de mon trou, il fallut que mes "parents" viennent d'eux-même pour me présenter mon demi-frère, Lucifel Ainsworth. Oui, il avait prit le nom de son père, et j'ignore pourquoi ils lui ont choisis ce prénom, mais je trouvais qu'il sonnait bien. Il m'arrivait de devoir m'occuper de lui, enfin, s'occuper était un bien grand mot, quand mes parents devaient sortir, il mettait tout ce qu'il fallait dans le sous-sol afin que je puisse surveillé le petit, ce que je faisais, même si l'envie n'y était pas, je ne montrais aucune affection envers le bébé, tout comme il était de même pour qui que ce soit d'autres finalement.

Cela dura 50 ans, le père vieillissait à vue d'oeil, et le bébé grandissait bien plus vite qu'on ne l'aurait imaginé, alors qu'un incube n'aurait d'apparence que quelques mois, lui semblait déjà avoir 2 ans. Mais voilà qu'en 1456, la monarchie tomba en ne laissant personne prendre le relais, plus personne n'étaient aux commandes, et cela avait créé d'énorme mouvement de foule, notamment chez les Ainsworth vue les longues absences du compagnon de ma mère, qui, finira par y laisser la vie. Je n'ai pas fait attention aux détails, mais il avait finit par se rendre sur le terrain avec ses membres, surement pour contrer d'autres familles mafieuses qui voulaient prendre place sur le trône. L'absence du père n'était pas sans effets secondaires, ma mère dû rapidement s'en remettre en peu de temps, car pour le bébé, c'était bien plus dramatique, celui-ci ne cessait de pleurer, c'était à un point qu'il commençait à se faire mal inconsciemment, ma mère l'obligeait à s'endormir avec son pouvoir de succube, mais elle ne pourrait le faire indéfiniment, surtout que ce n'était pas un vrai sommeil.
Jusqu'à ce que le drame finisse par arrivé, c'était un soir où ma mère devait se nourrir, habituellement, elle me laissait le bébé tout en se rendant chez sa victime, mais cette fois-ci, ce n'était pas le cas, l'homme avec qui elle allait passer du "bon temps" était venu dans notre maison. Elle s'était surement dit qu'elle pouvait garder l'enfant tout en se distrayant, surtout que celui-ci dormait à ce moment-là, mais c'était une grave erreur de sa part car, au réveille et aux pleures de l'enfant, cela suffit à sortir l'homme de son état d'inconscience pour se "réveillé", interrompu ainsi dans son "rêve" et sous l'énervement, il n'hésita pas à lancer une bouteille d'alcool qui se trouvait au bord du lit pour le balancer dans le berceau de Lucifel.
Sous le fracas des bouts de verre, je réagis rapidement pour venir les rejoindre en un instant, en voyant l'horreur, toute la colère monta pour se relâcher sur cet homme que je n'hésita pas à tabasser avant de le lancer par une fenêtre afin de l'achever dans sa chute. Ma mère s'était précipité vers le bébé, affolée, elle était quand même soulagée en voyant que la bouteille n'avait atteinte que les jambes de l'enfant, même si les bouts de verre lui avait fait des plaies sérieuses. Je me chargea moi-même d'emmener l'enfant à l'hôpital le plus proche après quelques indications de ma mère pour m'indiquer par où je devais passer, elle me rejoindrait un peu plus tard, n'était pas aussi rapide que je l'étais. Lucifel finit par être rapidement pris en charge, je restais avec lui durant tout ce temps malgré ma tête de zombie, la peau extrêmement blanche avec les cernes marquées, et les cheveux bien trop longs, physiquement, je devais faire 20 ans. L'enfant fut soigné, il pouvait même rentré avec nous, mais un médecin nous annonça qu'il ne possédait aucune défense immunitaire, son sang-mêlé avait rendu incompatible son système immunitaire entre les deux espèces, il se trouvait donc à la merci de toutes les maladies possible et imaginable. Le médecin continua en nous rassurant, des recherches pouvaient être fait pour combler ce problème, mais pour cela, une énorme somme d'argent était demandé, pas étonnant sur Nox, mais avec ce que ma mère venait déjà de dépensé pour les soins actuel du bébé, elle était loin de posséder la somme demandée.

On finit par quitter le bâtiment, je portais le petit aux jambes enroulés de bandages, tendit qu'il se reposait paisiblement dans mes bras, il ne pleurait plus, la douleur avait dû passer, mais qu'en était-il du manque de la présence de son père ? Aucune idée. Sur le chemin, on croisa quelques membres des Ainsworth, des collègues de l'ancien compagnon de ma mère qui se connaissaient bien à présent, elle ne voulait pas s'éterniser avec eux, elle en profita juste pour les saluer tout en me présentant, de même pour le bébé, cela semblait les surprendre de pouvoir enfin rencontrer l'enfant de leur ancien camarade, ma mère expliqua la raison des bandages et la situation, étonnement, cela leur donna une idée. Ils s'adressèrent directement à moi en me demandant de rejoindre les Ainsworth, qu'ainsi, je pourrais travailler avec eux, je serais payer, et aider, pour qu'ainsi on puisse trouver les fonds nécessaires aux soins de Lucifel.
Etonnement, je ne répondis rien, je n'avais pas la tête à penser à ce genre de chose, je repris mon chemin tendis que ma mère présenta des excuses sur mon comportement. De retour à la maison, je voulais retourner dans mon éternel trou des lamentations, j'allais laisser le petit continuer de se reposer sur le canapé du salon, quand je le déposa pour m'éloigner, celui-ci se réveilla en un instant en se remettant fortement à pleurer comme il le faisait jusqu'à présent. Ma mère s'imaginait qu'il devait avoir faim et était partit de quoi lui préparer à manger, pour ma part, j'étais intrigué, finalement, il était dans la même situation que moi malgré son âge, il avait perdu quelqu'un de cher. J'hésita un peu, mais je finis par revenir afin de le reprendre dans mes bras, au bout de quelques secondes à peine, ses cris cessèrent, de même pour ses larmes, et au bout de plusieurs minutes, il reprit son sommeil bien blottit dans contre moi. Je ne serais décrire la sensation que ça me procura, mais j'étais sure d'une chose, cela me réconfortais tout autant, c'est aussi à ce moment que je me jura de le protéger de tout danger qui ruinerais sa joie. Je finis par m'asseoir dans le canapé afin de m'y allonger, Lucifel calé sur mon ventre, je m'endormis à mon tour suite à cette nuit blanche que l'on venait de tous passer.

Les jours qui suivirent après celui-ci n'étaient plus comme les précédents, j'avais à présent un objectif, une nouvelle raison de vivre, et cet enfant avait besoin de moi. Je ne voulais pas prendre le rôle de père pour lui, je voulais être un vrai grand-frère, le temps que je me reprenne totalement en main, je passais le plus de temps possible avec l'enfant, il était même rare que je le lâche, ce qui me manqua presque quand il apprit à marcher et à être totalement indépendant. Je me chargeais même de son enseignement, je voyais presque le tout comme un jeu, d'ailleurs, je passais le plus clair de mon temps à jouer avec lui, sauf à nos soirée de jeux d'argent où il était bien trop jeune pour participer.
Nous voilà en 1480, soit 24 ans après la mort du père et la tombé de la monarchie. Lucifel avait physiquement 5 ans à présent, il se rapprochait bientôt des 6, il savait parfaitement parler, compter et lire comme tout enfant lui ressemblant. Néanmoins, son sang-mêlé semblait lui apporter beaucoup de défaut, il ne semblait pas immortel comme moi et ma mère, il devait juste vieillir plus lentement, de ce que j'en ai déduis, sans parler de ce manque de système immunitaire, je ne voyais chez lui aucun pouvoir de charme particulier, rien de son côté incube ne se dégageait, c'était vraiment étrange. Il passait beaucoup de temps à l'hôpital, c'était presque une habitude, cela faisait ressentir l'urgence de lui trouver un remède à son problème, surtout lorsqu'il contracta une maladie bien plus grave que les précédentes, une fasciite nécrosante. Celle-ci avait commencé à son ancienne blessure au niveau de ses jambes,



 
IV. DERRIÈRE L'ECRAN.

TON PRÉNOM/PSEUDO ? D4rkVad0r-du-69, alias, "Je suis ton père", ou plutôt "l'abrutie qui l'a mit sur la fiche d'Isa' et qui va se répéter" donc, Keitory ou SC-S.
QUEL ÂGE ? Bientôt 20 bougies sur le gâteau.
COMMENT TU ES VENU ICI ? à pieds voyons.
TES IMPRESSIONS ? Avec mon imprimante, c'est mieux.
AUTRE CHOSE ? Je m'épuise moi-même.

 
 
FICHE PAR FALLEN SWALLOW



Dernière édition par Siegward von Mortimer le Dim 23 Sep - 22:27, édité 40 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 164
Date d'inscription : 18/07/2018
Age : 18
Localisation : Dans les bras de mon ange
Infos fermées
MessageSujet: Re: Un certain parrain du nom de Siegward von Mortimer   Mar 4 Sep - 16:46

Mon correcteur DC-déééééééééééé, youppiiiiiii *^*
*attend l'histoire avec beaucoup trop d'impatience*

_________________
Eleazar se moque en #990066.

merci à mon coeur pour ce cro beau dessin *^*:
 

Petits croquis de Eleazar <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 30
Date d'inscription : 26/08/2018
Age : 20
Localisation : La tête dans les étoiles
Infos fermées
MessageSujet: Re: Un certain parrain du nom de Siegward von Mortimer   Mar 4 Sep - 18:31

Joies et bonheurs vont être partagés dans cette fiche, ne t'en fais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Infos fermées
MessageSujet: Re: Un certain parrain du nom de Siegward von Mortimer   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un certain parrain du nom de Siegward von Mortimer
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sirius Black : le parrain
» Le parrain de Corbeil
» Duvalier parrain de la promotion sortante en droit : jeunesse = dérive
» Le Baptème, c'est quoi? Comment on se marie ?
» [RP]Baptême de Albérie Reine Guillaumin, Paroisse d'Eauze 08/02/1458 ( FAICT)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Heaven :: Carnet d'Identité :: Papiers d'identité-
Sauter vers: