Partagez | 
 

 Événement premier: La mort pour un roi

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Compte fondateur
avatar
Messages : 51
Date d'inscription : 14/07/2018
Infos fermées
MessageSujet: Événement premier: La mort pour un roi   Ven 14 Sep - 11:11

Premier événement





Voici ici le début du tout premier évent des Chroniques d’Heaven !
L’évent en lui-même n’est rien de très poussé (le forum vient d’ouvrir nous n’allons pas tout chambouler d’un coup!) car il sert avant tout à regrouper tous les premiers membres du forum pour faire les premiers contacts entre nous !

Rappels des règles♕

Temps de réponse
Il est d’une semaine. Pas un jour de plus ni un de moins. Si  vous n’arrivez pas à trouver le temps pour répondre pendant ces 7 jours, celui qui se trouve après vous à le droit de vous passer et vous devrez attendre votre prochain tour pour répondre!
Le but n'est pas que cet évent dure des mois. Attendre pendant des jours et des jours pour avancer n’est pas très plaisant pour tous.
Donc je vous demanderai de faire un effort pour que l'évent reste plaisant pour tous.

Le RP
Il se passe sur Azura Island. Merci donc de bien respecter les lois de cette île en allant lire la description de cette dernière présente dans les annexes si nécessaire !

L’ordre ♕

1) Eleazar H. Featherstone
2) Siegward von Mortimer
3) Elias Wordsworth
4) Harald Varcan
5) Kieran O’Warg Mortimer
6) J. Anderson Bleckingham
7) Horace Luther
8 ) Marie C. Bleckingham

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-d-heaven.forumactif.com

avatar
Messages : 164
Date d'inscription : 18/07/2018
Age : 18
Localisation : Dans les bras de mon ange
Infos fermées
MessageSujet: Re: Événement premier: La mort pour un roi   Ven 14 Sep - 11:14


Death is a mighty,
universal truth...







Enfin! Ce jour est arrivé! Ah! Cela faisait tellement longtemps que je l'attendais! Ah! Bon... Par contre ce n'était pas trop prévu que ces deux événements tombent le même jour... Mh... C'est presque de mauvais goût, je ne vais pas pouvoir porter ce que je veux! Ce n'est pas juste! Foutue tradition!

Quelle confusion pour Heaven en ce jour!

Cela fait plusieurs jours, ou peut-être même plusieurs semaines, qu'une missive avait été transférée sur tout Azura, ainsi qu'aux personnes importantes de Zenith et aux mafias de Nox. Car aujourd'hui, Eleazar n'allait plus être héritier des Featherstone, il devenait chef de famille, Le Featherstone!
Pour cet événement des plus importants d'Heaven, énormément de monde avait été invité et les premiers commençaient déjà à arriver sur la place de Sunrive. La lettre qui avait été envoyée aux quatre coins d'Heaven disait ceci:

"Cher habitant d'Heaven,

Vous recevez cette lettre car vous avez l'honneur d'être invité à Sunrive pour la passation de pouvoir entre l'ancien et le nouveau régent de la famille Featherstone."

Et... C'est tout.
Il y avait évidemment la signature du père et de l'héritier ailés au bas de chaque lettre avec le sceau des Featherstone pour indiquer que ce message était authentique et véridique. Y étaient jointes aussi l'heure et la date de la cérémonie ainsi qu'une invitation nominative vers Azura et sa capitale pour tous les non-habitants de l'île géante qui n'auraient su venir sans elle.

Mais... Tout ne se passa pas comme prévu par le jeune Eleazar.
La veille de ce jour tant attendu, son père rendit finalement son dernier souffle. Il est vrai qu'il allait très mal dernièrement et c'est évidemment pour cela que la cérémonie avait été préparée il y a peu, pour éviter des embûches à son fils, même si ce dernier aurait certainement pu s'en sortir sans la dernière et finale signature sur le document qui attestait son passage au pouvoir.
Évidemment l'ancien régent ne pensait sûrement pas mourir avant qu'El ait le pouvoir, mais son état l’empêchait presque de simplement signer les papiers que traitait déjà son fils. Il devait donc rapidement rendre la signature de son fils officiel pour ne plus avoir à ralentir son travail.

Il ne pouvait plus bouger, plus sortir de son lit. Presque tous ses muscles étaient incapables de se contracter. Ses doigts bougeaient encore à peine... Mais aussi, tous ses organes le lâchaient. Dont son cœur, le muscle le plus important, non?
Dire que j'étais atteint de cette même foutue maladie... Quel bordel... Mais qu'importe, je deviendrai roi avant de mourir!


Azura Island fut rapidement avertie de cette nouvelle macabre par des messagers qui firent le tour de l'île, mettant vite l'île entière en deuil, après tout, Azura était l'île des riches, l'île qui était ainsi grâce aux Featherstone avant tout, un mort dans leur famille ne pouvait qu'attrister la populace oligarchiste.

Lorsque je sortis dehors, car les premiers invités commençaient à arriver, mon premier réflexe fut de regarder vers le ciel. Il était dégagé mais je remarquai tout de même quelques nuages gris... Mais je n'avais pas peur qu'il pleuve, c'était tout de même chose rare sur Azura et il fallait plus que deux trois nuages pour m'inquiéter.

Les préparatifs pour la cérémonie se finissaient alors que la place de Sunrive commençait doucement à se remplir.
Alors que les habitants d'Azura savaient déjà tout sur la cérémonie en deux étapes d'aujourd'hui, les invités de Zenith et Nox devraient surement être confus lorsqu'ils viendraient saluer les Featherstone et qu'ils verraient la mère et les sœurs de l'héritier en larmes... Parce que El, lui, il ne pleurait pas, évidemment.

La cérémonie se déroulerait donc en plusieurs parties, la première serait un discours d'Eleazar, évidemment, pour expliquer à tous ce qu'il se passait. Il était évident qu'ensuite ils allaient commencer par l'enterrement de l'ancien régent. Pendant ce dernier il y aurait probablement encore quelques discours, mais aussi une minute de silence et le temps qu'il faudrait pour que chacun puisse se recueillir. Après cela tout le monde pourrait rentrer dans le château et passer dans la salle commune où la deuxième partie de la cérémonie prendrait place... Plus sobrement que prévu, évidemment.

Après que tout soit correctement clôturé, la famille pourrait aller jusqu’au cimetière pour assister à la mise en terre, c’était un moment privé mais… Je n’étais pas encore sûr d’y aller. J’avais encore beaucoup à faire après cela. Il fallait en plus absolument que je retrouve certains papiers de mon père pour finir d’officialiser ma montée de grade.

Puisque l'enterrement allait donc se faire aujourd'hui, Eleazar ne pouvait par porter les habits pleins de couleurs qu'il aimait tant, non. Il portait la tenue faite sur mesure pour lui par le styliste Elias qui ferait d'ailleurs partie des invités étant donné qu'il était proche de la famille Bleckingham. Mais quand il verrait la tenue de l'enfant, il comprendrait sûrement très vite que son invitation ne contenait pas toutes les informations sur cette cérémonie.

Eleazar portait tout d’abord un haut fait d’un tissu des plus légers et bien contre le corps du jeune garçon. De couleur vert-émeraude au reflet bleu, il rappelait donc la superbe couleur des yeux de l’héritier. Il n’avait pas de motif particulier mais dévoilait le cou délicat du jeune garçon sur lequel il avait accroché un collier ras de cou avec le blason des Featherstone. Par-dessus cela, il avait une veste sur laquelle 3 teintes de rouge se confondaient magnifiquement. Elle aussi était plutôt moulante, cintrée, elle mettait à merveille le corps du jeune héritier en valeur. En dessous de cela, El avait un pantalon plus sombre, gris au reflet mauve, tout aussi proche de sa peau. Ce dernier était de taille haute et revenait donc au-dessus de ses hanches en cachant le bas du vêtement émeraude. Des motifs aux chevilles du pantalon avaient été dessiné pour donner une impression de grandir un peu les jambes du jeune héritier. Une ceinture noire retenait bien le pantalon contre la taille du garçon. A ses pieds, Eleazar avait des chaussures hautes, mais cette fois-ci, ce n’était pas les talons hauts qui devaient sûrement lui ruiner le dos, non, les chaussures basses possédaient des plates-formes, ce qui grandissait donc bien l’enfant sans nuire à sa santé. Elles étaient de couleur bordeaux avec des lacets de cuir. Pour couronner le tout, El avait un chapeau noir sur le haut de sa tête, un haut-de-forme sur lequel un ruban rouge avait été enroulé à sa base. Il y était accroché aussi une paire de lunettes de design typique steampunk qui ne servait ici que de décoration.
Pour les détails, les cheveux argentés de l’enfant étaient aujourd’hui détachés et venaient délicatement chatouiller sa nuque. Il portait aussi encore des mitaines noires au tissu très léger et qui couvraient à chaque main entièrement 2 doigts, l’index et le majeur. Pour ses autres doigts visibles, l’héritier avait vernis ses ongles avec une couleur bordeaux sombre.
Il était très jeune, mais on pourrait maintenant presque le prendre pour un adulte quand il prenait son air sérieux, mais quoi qu’il en soit, il était vraiment très beau.

Mon regard se posa un instant sur la fontaine. La plus belle et connue de tout Azura. Elle date de.. 561… Oui, un an après l’interdiction de la magie.
Heaven…
Enfin, presque… Ma famille, qui était royale à cette époque, avait voulu représenter l’Être comme l’un d’entre nous. Nous sommes la seule race à avoir des ailes, cela est donc plutôt logique… Mais pour cela il fallait l’ailé le plus beau jamais né. Ael Ier Featherstone, le roi de cette époque. Malheureux de son statut pourtant, ah… Tu verras, moi je remettrai la monarchie en place, et je serai le meilleur des rois ! Jamais rien ne me fera tomber!
Et je deviendrai aussi connu que toi dans l'histoire! Après tout, on me dit déjà souvent que les traits de mon visage rappellent les tiens...


D’Ael, il ne restait pas grand-chose. Ce roi qui voulait améliorer les conditions du peuple n’avait pas eu le temps d’atteindre son but avant de mourir. Il restait aujourd’hui de lui, cette fontaine, sa légende, mais aussi sa beauté légendaire qu’aucun ailé n’oubliait grâce à de nombreux dessins et peintures présents dans le château, et il s’avérait que El lui ressemblait de plus en plus aux fils des années.

Alors que son regard confiant observait la sublime fontaine de Sunrive, de plus en plus de monde arrivait sur la place pour prendre place autour de la petite estrade, installée entre la fontaine du centre de la place et l’entrée du château des Featherstone, où personne n'avait le droit de monter. Il n'y avait pas besoin de gardes, même s’il y en avait bien évidemment, pour interdire les personnes de monter sur cette estrade, non, elle était simplement couverte d'un tissu blanc magnifique. Ce tissu dissimulait quelque chose... Une table peut être... Ahah, non. Mais en tout cas, il n'y avait de toute façon pas la place pour y monter, c'était assez simple.
Autour de cette estrade étaient installées quelques chaises pour les personnes les plus importantes attendues à cette cérémonie: la famille Featherstone, Bleckingham, Oakley mais aussi le grand Siegward von Mortimer qu'Eleazar allait rencontrer pour la toute première fois.
Tous les autres devraient rester debout, ce qui était bien normal, il y avait trop de monde que pour installer des chaises pour tous.

Lorsque nous rentrerons tous, j'avais bien hâte de discuter avec certains, je me devais d'assurer les alliances qu'avait mon père. Celle avec les Ainsworth semblait inébranlable et une lettre leur fut envoyée pour leur donner les nouvelles mais ils n'étaient pas spécialement attendus puisque visiblement, je ne devais pas m’inquiéter de leur loyauté à mon égard. Mais je comptais bien m'approprier les Mortimer de la même façon...

On pouvait entendre des pleurs, la mère et les soeurs d'Eleazar pleuraient la mort de leur mari et père... Mais pas Eleazar... Il était impossible de savoir ce qu'il pensait cependant, surtout qu'en entendant leurs sanglots, Eleazar se perdit un instant dans ses pensées, le regard posé sur la nappe blanche qui dissimulait toujours quelque chose... Que pensait donc l'héritier? Souffrait-il en silence? Ou au contraire, ne ressentait-il rien face à la perte de l'être qui l'avait façonné depuis sa naissance pour qu'il soit celui qu'il était aujourd'hui?
Il ne laissait malgré tout rien paraître, son regard était impénétrable. Personne ne semblait être fait pour le comprendre et rentrer sans sa bulle privée.

Le jeune ailé revint un peu vers le centre des agitations. Il s'arrêta une fois près de l'estrade et attendit simplement qu'on vienne le saluer. Après tout, ce n'était pas à lui de se déplacer. Tous vinrent à lui puisqu'il était évidemment celui à ne pas louper. Ceux au courant lui donnèrent aussi "leurs sincères condoléances" et, en général, El répondait poliment et remerciait sobrement chaque invité.
Il se tenait bien, terriblement bien, on pourrait croire un adulte dans un corps d'enfant, c'était plutôt incroyable. Il était pourtant si petit... Si jeune... Et tant de choses lui étaient léguées, tant de choses qu'il ne semblait pourtant jamais avoir de mal à manier.

Face aux chaises installées et séparées de celles-ci par l'estrade, se trouvait une petite tribune où déjà des micros étaient installés, c'était surement l'endroit où Eleazar allait prononcer son premier discours.

Mais il avait encore du temps avant de devoir parler, il pouvait donc bien voir un peu toutes les personnes présentes même s’il était déjà sûr de voir certaines têtes bien connues.



JOUEUR 1
Eleazar
JOUEURS
2,3,4,5,...
©️ Halloween sur Never-Utopia


_________________
Eleazar se moque en #990066.

merci à mon coeur pour ce cro beau dessin *^*:
 

Petits croquis de Eleazar <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 30
Date d'inscription : 26/08/2018
Age : 20
Localisation : La tête dans les étoiles
Infos fermées
MessageSujet: Re: Événement premier: La mort pour un roi   Sam 15 Sep - 15:08




"Nous serons en retard."

Voilà la phrase que l'un des membres de l'équipage de ce dirigeable vient m'annoncer. C'était mon tout premier voyage dans l'un de ces appareils, une occasion c'était enfin présenté pour tester, car faire le trajet en train comme j'ai l'habitude de faire aurait été bien plus long, après tout, je partais de Nox pour aller jusqu'à Azura. L'événement qui allait se dérouler là-bas était de la plus haute importance, je devais être présent, surtout que la date et l'heure étaient claires... le tout allait commencer dans moins de 15 min, et moi, j'étais là, avec un retard estimé à 3h. Plus les minutes passent, plus l'estimation était longue, et ma patience atteignait ses limites, surtout lorsque je vis depuis la fenêtre sur ma droite que nous étions en train de survoler Sunrive, je pouvais même deviner une masse de personnes qui devait être les invités. Je voulais être à l'heure, exactement à l'heure, il n'est pas question que quelqu'un de mon rang arrive en retard, mais le temps était soi-disant capricieux, je ne vois pas de différence pourtant, quelques nuages grisâtres suffisaient à leur faire peur ?

J'en ai assez, j'étais resté calme jusque-là, mais s'en étais trop, je me levai, prenant ma fidèle mallette dans ma main gauche, je ne dis pas un mot et je me dirigeai jusqu'à l'arrière du dirigeable. Déjà que de venir sur Azura était loin de me ravir, alors en plus les éléments étaient contre moi pour que ne je puisse pas tenir mon rôle comme il se devait, je voulais juste finir cette journée aussi vite qu'elle avait commencé. Me voilà dans la dernière pièce de la machine, ici, c'était loin d'être la cabine de première classe où je me trouvais précédemment, mais autre chose m'intéressait, je me tenais devant l'accès par où les voyageurs montaient pour emprunter le dirigeable, évidemment, il était fermé. Je ne pris pas la peine de me retourner, depuis que je m'étais levé, j'avais entendu des gens me suivre à quelques mètres, surement ceux qui s'assuraient du confort des voyageurs, peut-être même quelques-uns de l'équipage, soit, c'était parfait, je pris une grande inspiration avant de parler.

Ouvrez les portes.

J'entendais leur surprise, certains étaient même prêts à me répondre, d'autres voulaient me questionner. Je voulais sauter d'ici ? Evidemment, je ne vois pas d'autres solutions pour être à l'heure sinon. Malgré mon ordre, j'entendais l'hésitation, je n'avais pas envie de me répéter, j'attendais, mais ma patience ne serait pas éternelle cette fois, c'était à un point que l'un de mes pieds tapait nerveusement le sol, et plus les minutes passaient, plus le rythme était rapide. En tout cas, cela avait suffi à faire bouger l'un d'eux afin qu'il prenne un appareil directement en contact avec le capitaine du dirigeable, une discussion se passa entre eux, visiblement, ils refusaient de m'ouvrir. C'est agaçant, je me mis longuement à soupirer tendit que ma main se serrait fortement sur la poignée de ma valise, je n'avais aucune envie d'utiliser la force, je n'étais pas d'humeur pour cela, et finalement, leur discussion prit un tout autre tournant, et mon ordre fut enfin exécuté. Ils étaient longs à la détente, trop long... Je leur aurais surement fait payer cela en temps normal, mais comme dit, l'humeur n'y était pas, il faudrait mieux éviter que l'on me pousse à bout aujourd'hui.

Enfin les portes s'ouvraient, j'attendais qu'elles le soient totalement pour pouvoir observer où nous nous trouvons précisément, je voyais le palais des Featherstone, parfait, je m'approche du bord, avant de prendre plusieurs pas rapides afin de m'élancer dans le vide.
Que c'est ennuyant, je m'étais bien préparé pour cet événement, je n'avais aucune envie d’abîmer ma tenue au moment de l'atterrissage, je ferais attention, en tout cas, je devais tenir mon chapeau pour éviter qu'il ne s'envole, un haut-de-forme, un couvre-chef que je ne portais pas souvent. Je trouvais aussi que c'était une bonne occasion de mettre un monocle, même si je n'en ai pas nécessairement besoin, je pourrais mieux me fondre dans la masse de tous ces nobles avant qu'ils ne puissent me reconnaître. Sinon pour mes vêtements, je portais un manteau long, comme à mon habitude, mais celui-ci était différent de celui que j'ai au quotidien, le col n'était pas retroussé, l'ensemble du tissu était davantage  rabattu sur moi. Sinon en dessous, chemise, gilet marron, une cravate exceptionnellement, pantalon et chaussures noires, bref, je ne veux pas être la première personne que l'on remarque. Pourquoi me demanderez-vous ? Parce que je n'avais plus remis les pieds sur Azura depuis près de 1500 ans, on m'a chassé de là-bas, expulsé, tout ce que vous voulez, et maintenant, on me demande d'y revenir, quelle ironie, si ça ne tenait qu'à moi, j'aurais envoyé quelqu'un d'autre le faire, mais j'ai un rôle à tenir, et je ne veux pas éveiller les soupçons chez les membres de ma mafia.

Bon, revenons à ma chute libre, en tant que mi-vampire, je n'ai pas grand-chose à craindre, à pars si j'atterris maladroitement sur  quelque chose en argent, et qui me transperce le coeur, oui, là ça poserait problème, sinon, je devrais pouvoir me rattraper. Pour le moment, je fonce en direction du toit du palais, ce qui est parfait, car je pourrais facilement me rattraper, je pourrais même faire le tour pour arriver normalement et faire comme s'il ne c'était rien passé. Mais bien sure, ce serait beaucoup trop beau pour être vrai, cette journée est horrible depuis son début, et voilà que ça continue, une puissante bourrasque de vent se mit soudainement à me détourner de ma trajectoire initiale, je comprends mieux le pourquoi du retard du dirigeable à cause des conditions météo... Le toit n'est plus dans mon champ de vision, je me dirigeais droit en direction de la place où les invités arrivaient, je ne serais pas dire l'endroit précis, je n'avais plus qu'à croiser les doigts pour que ma tenue ne finisse pas en pièce là où j'arriverais, pire, que je tombe directement sur Eleazar Featherstone ou quelconque autres personnalités à forte importance.
Je pensais foncer droit sur le sol au départ, mais finalement, je me rendais compte au dernier moment que j'arrivais sur la fontaine, je m'écrasai même sur la statue qui était en son centre, moi qui voulais faire une entrée en scène discrète, c'était totalement raté, mais il faut relativisé, j'étais à l'heure au moins. Bon, actuellement, je me trouvais dans les bras de la statue, c'était comme si elle m'avait rattrapé dans ma chute, ce qui n'était pas trop mal, mais cela en a coûté mon bras droit, qui s'est brisé, celui-ci était le premier de mes membres à être arrivé en contact avec la statue, et le reste de mon corps n'a pas suivi, car parti dans une direction opposée, j'imagine que mon bras a dû se déboîter puis s'être brisé. Sur le coup, la douleur me figea, surtout sous la surprise, mais ce n'est pas la première fois que j'ai une blessure de ce genre, ma régénération prendra doucement effet, il fallait juste que je laisse agir. Bon, le côté positif, c'est que mes vêtements n'ont pas été déchirés ou quoi, je préfère même que ce soit ainsi plutôt que le contraire, mon bras en état et mes habits déchirés, non non non non non... Bon, je vais envoyer ma valise plus loin pour ne pas être gêné, d'ailleurs dans ma chute, j'ai aussi perdu mon monocle qui a dû tomber dans l'eau, tant pis, je dégage enfin mon membre pour le prendre contre moi, il me fallut un moment avant de me rendre compte d'où j'étais vraiment, cela ne fut le cas que lorsque je levai mon regard qui se posa sur le visage cette statue...
...Ce n'est pas le moment, malgré tout, un très léger sourire se marqua sur mes lèvres avant que je ne me mette à marmonner à moi-même.

Même de là-haut, tu continues de veiller sur moi hein ?

Je ne rajoutai rien, je ne restai pas longtemps sur mon perchoir avant d'en descendre d'un simple bond pour arriver au bord de la fontaine. Bon, je ne vais pas traîner mon bras ainsi pour l'éternité, je cala celui-ci dans l'une de mes poches le temps que ça ne s'améliore, il devrait passer inaperçu de cette manière. Je repris ma mallette en main, je pouvais enfin dire que j'étais arrivé, surtout quand le palais me fit face, beaucoup de nostalgie revenait, mais ce n'était pas le moment de s'attarder sur les détails. Je ne fis pas attention aux regards qui c'étaient posés sur moi avec mon arrivée, de nombreux chuchotements se faisaient entendre à mon sujet, ils devaient être en train de me reconnaître, voilà qui est intéressant, au moins, aucun d'entre eux n'essayerait de venir m'adresser la parole, surtout qu'ils n'auront plus de doute sur mon titre quand mon garde du corps, Kieran, viendrait me rejoindre. Bon, il fallait que je trouve mon chemin maintenant, j'observais toutes les installations qui étaient mise en place pour l'événement, mais ce n'était pas cela qui m'intéressait, mais l'héritier promu, je devais aller le saluer, c'était la base, que ça me plaise ou non. Je remarquais rapidement une file d'attente, tous étaient en train d'aller saluer la personne que je cherchais, voilà qui était chose aisée. Je m'approchai pour faire la file comme tout le monde, mais à ma venue, la plupart s'écartaient de mon passage pour me laisser passer, finalement, mon anonymat se sera envolé en un instant, et comme des moutons, ils firent tous en sorte que je puisse passer pour avoir un accès direct jusqu'à Eleazar. C'était la première fois que je le voyais et que j'allais lui parler, je ne manquais par de l'observer de haut en bas pour avoir une idée d'avec qui j'allais faire face, mais ce qui retenait particulièrement mon attention était son visage, c'était perturbant de voir combien il était semblable à celui d'Ael.

Ce n'était pas pour autant que j'allais me laisser impressionner, me voilà à présent en face de mon nouveau "supérieur", je le dépassais de quelques centimètres à peine, et encore, j'avais pu observer que ses hautes chaussures l'aidaient beaucoup à paraître plus grand. Bon, assez réfléchi, il faut que je donne la meilleure impression possible... ce qui est chose aisée, même si je déteste qu'une personne soit d'un rang supérieur au mien, pas le choix. D'abord, mes yeux se baissèrent, puis, je m'agenouillai tout en posant ma mallette sur le sol, ma seule main capable de bouger étant à présent libre, je retirai ensuite mon chapeau pour le poser sur mon bagage. J'aurais pu m'arrêter là, mais ce n'était pas suffisant à mon goût, ma main gauche se leva pour prendre délicatement celle d'El, ainsi, je la ramenai doucement jusqu'à moi afin de pouvoir déposer un baiser sur celle-ci. Mes lèvres effleurèrent sa peau, je savais parfaitement comment m'y prendre sans brusquer ou intimider la personne qui me faisait face, et mes faits et gestes étaient avec beaucoup de douceur. Si je cherchais à le séduire ? Non, j'aurais pu, mais ce n'était pas mon attention, je voulais juste marquer des points, rien de plus. Bon, une fois mon salue terminé, je lâchai doucement sa main en laissant un instant de silence avant de redresser mon regard jusqu'à lui et de me mettre à parler tout en souriant légèrement.

Je vous félicite pour votre nouveau grade, Monsieur Featherstone, j'espère grandement que nous nous entendrons bien pour faire perdurer notre collaboration...

A mes mots, je remis mon couvre-chef en place tout en reprenant ma valise dans ma main, je ne m'attendais pas spécialement à une réponse, cela viendrait surement plus tard. A présent, j'allais simplement saluer le reste de la famille des Featherstone, je ne m'y prenais pas aussi attentivement que pour Eleazar, une simple courbette tout en présentant mes condoléances à chacune, rien de plus, c'était juste pour être polie, je n'avais pas de temps à perdre avec elles. Me voilà tranquille maintenant que les impératifs étaient faits, la suite allait être plus sérieuse et beaucoup de choses allaient se jouer. Jouer, que j'aime ce mot, surtout que je ferais tout pour sortir vainqueur, bien que pour le moment, c'était une occasion pour moi de pouvoir fumer une cigarette le temps d'attendre l'arrivée de Kieran. C'est irrespectueux et salissant ? Peu importe, répandre les cendres sur le sol était mon attention, même si je souhaitais que ces cendres soient celles de certaines personnes plutôt que celles d'une simple cigarette...

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 17/07/2018
Localisation : Sur le premier ver d'une poésie
Infos fermées
MessageSujet: Re: Événement premier: La mort pour un roi   Sam 15 Sep - 20:23

Parce que la mort est un vêtement que tout le monde portera un jour ou l’autre…
L’ambiance s’était alourdie soudainement à Sunrive, deux événements inévitables allaient se produire et pourtant… Il était bien malheureux cependant que ceux-ci surviennent en même temps.

Pourtant pour le moment Elias n’en savait rien. Confortablement sur un fauteuil d’extérieur il regardait la nuit grappiller les heures unes à unes alors qu’il tenait une flamme dans l’obscurité. Une lettre pleine de détails et de fioritures flambait dans sa main et les cendres lui auraient presque brûlé des doigts avant qu’il ne la lâche. Que les braises lui fassent plus mal que ce à quoi il pensait était pourtant impossible. La signature des Bleckingham avait fondu dans le feu et Elias ne saurait jamais ce que contenait cette lettre. Il devait s’être passé entre dix et quinze jours depuis son départ de la demeure des Featherstone et son retour sur Zénith ne l’avait pas plus réjouit que cela au final. En une semaine, un nombre considérable de lettres qui venaient de sa mère s’étaient entassées au pied de sa porte. Peut-être que certaines s’étaient même envolées. Il ne les compta pas et ne fit que les faire se consumer lentement.

Il se pencha enfin sur le rebord de sa terrasse et scruta les réverbères allumés le long des rues. Le mage voyait une petite partie de Zénith du haut de ses ateliers situés à flanc de colline.
Si un jour je vous recroisais mère, cela ne se passera pas comme vous l’aurez programmé. Plus rien ne se passera comme vous le désirez… Vous ne pourrez plus décider ainsi pour moi !
Elias ne pensait pas si bien dire, si seulement il avait réellement soufflé cela dans l’air froid et brumeux.
Il avait semble-t-il finit par s’endormir à la belle étoile, en plein air tandis que le froid aurait presque voulu cristalliser les larmes qu’il n’avait plus.
Pourtant si je pouvais revenir en arrière, si je pouvais tout changer, tout contrôler je ne le ferai pas… Parce que tout simplement c’est impossible. Je croyais ne jamais avoir désiré quelque chose d’irréalisable mais je me suis trompé. Il a toujours fallu que mère soit là pour rattraper l’affaire, m’extirper chaque parcelle d’un infime bonheur que j’aurais pu avoir. Elle a choisi pour moi, mais à présent c’est moi qui choisirai pour elle. C’est moi qui déciderai comment le reste de son temps si précieux se passera.

Un sentiment de vengeance n’avait jamais autant ravagé Elias en autant d’années, comme s’il avait un mauvais pressentiment qu’il allait la revoir. Un goût amer plein de reproches lui piquait la langue tellement il aurait voulu hurler à quel point il ne supportait plus… plus rien. Mais le mage restait bien trop calme étrangement et cela l’énervait lui-même. Comme si cette capacité à garder son sang-froid et son sourire de façade le dégouttait. On aurait presque pu penser qu’il se détestait lui-même, encore plus que sa propre famille. S’il vouait une telle haine aux Bleckingham n’était-ce donc pas parce qu’il se haïssait lui-même ?

Le vide avait avalé la seule chose qui aurait pu l’extirper de cette spirale défaitiste il y a bien longtemps. Les années lui avaient semblé être des décennies chacune.
Pourtant Elias aurait pu tout avoir dans sa vie pour être heureux : il avait un travail agréable, des clients majoritairement serviables, une demeure bien située alors qu’il ne manquait pas d’argent.
Ce qui lui manquait sa mère le lui avait repris, comme si elle lui avait repris un jouet quand il était petit. Mais cette fois-là, le mage ne jouait pas… Il ne se serait pas permis de jouer avec une vie.
Cependant Elias avait du mal à l’admettre, puisqu’en réalité c’était visuellement de sa propre main qu’il avait perdu cette personne. Ce n’était qu’une ruse de sa mère évidemment. Il semblerait qu’elle lui ait soufflé dans la fumée à travers l’air chaud.

Ta magie a détruit ce que tu avais de plus cher et elle te tuera par la suite.

Et c’était bien de cela qu’Elias n’arrêtait pas de rêver… Un véritable cauchemar qui rongeait le reste de ses rêves. Jamais il n’avait autant haï la magie ce jour-là. Il aurait presque voulu se vider de son sang comme pour éliminer chaque soupçon de magie qui coulait dans ses veines. Ni son père, ni sa mère n’avaient la moindre capacité de développer et de gérer une parcelle de magie : alors pourquoi lui ? Pourquoi un tel pouvoir pouvait donner accès à tant de choses pour au final tout vous reprendre dans un coup de vent et vous laissez plus vide qu’avant encore ?

Jamais je n’y arriverai. Jamais je ne pourrai aimer quelqu’un plus que ce que je ne t’aimais… Parfois je repense, je repense à toi. Je n’ose plus bouger de là où je suis en préférant scruter les détails de ce tableau que tu as peint pour moi. Caresser du regard ton visage de cire où tes yeux encore plus clairs que les miens s’illuminent. Saisir les pétales de fleurs qui tombaient sur tes cheveux ce jour-là, cela ne m’arrivera plus jamais. Je t’en veux, je t’en veux d’avoir fait disparaître ton beau sourire qui rendait le mien si magnifique encore. Parce que seulement souffler ton prénom sonnait comme une brise d’été, un poème meilleur qu’une déclaration d’amour. Tu me manques affreusement et maintenant je ne suis plus que faible.

Le mage avait tellement eu d’occasion de prouver le contraire à ses propres pensées, mais le voulait-il seulement ? Car tant que le cœur conserve des souvenirs, l’esprit garde des illusions. Des illusions qui créent des mensonges dans la tête qui rendent les songes sombres et brûlent la réalité.

Je n’ai jamais prétendu être quelqu’un d’unique, de pouvoir gérer ma propre magie, mais tout ce que je sais c’est que nous avons tous une fin, quelle qu’elle soit. Cela tout le monde pourrait vous le dire, donc je n’ai rien de plus spécial que le commun des mortels, a toujours affirmé Elias. La valeur des mots est incertaine car ceux-ci ne sont que des illusions que je façonne à ma manière comme l'on crée des phrases enjoliveuses. Ce que vous croyez voir n'est pas toujours vérité et raison.


La lumière de la poésie virevolte autour d’un socle d’albâtre qui abat un froid autour de toutes ses feuilles dorées qui s’emmêlent autour d’un fil invisible qui n’est que de la magie. Parce qu’une illusion se forme mieux qu’un mot, qu’elle plonge au fond de l’esprit avant de prendre forme pour retrouver les limbes de nos derniers jours.

Le matin s’était dessiné dans le ciel, les nuages avaient une teinte légèrement rosée de la veille, comme s’il devait pleuvoir. Elias n’avait donc pas encore ouvert la dernière lettre de son courrier reçu il a un bon moment. Une lettre d’un blanc immaculé qu’il finit par ouvrir de mauvaise de grâce. Une lettre des Featherstone sans aucun doute. Elias se demandait bien ce qu’il lui voulait encore après tout ce temps et n’avait pas vraiment pris la peine de l’ouvrir pour au final l’oublier et le retrouver enfin le jour prévu de l’événement ! C’était in extremis.

« Cher habitant d'Heaven,
Vous recevez cette lettre car vous avez l'honneur d'être invité à Sunrive pour la passation de pouvoir entre l'ancien et le nouveau régent de la famille Featherstone.
»
Signé Eleazar H. Featherstone évidemment ainsi que sans doute son père dont le mage ne reconnaissait pas l’écriture. C’était une authentique, il n’y avait pas le moindre doute là-dessus ! Après tout, c’était un grand événement pour tout Heaven, comme si c’était le couronnement d’un Roi.

Le mage se demandait pourquoi lui avait reçu une invitation. Il avait un laisser-passer en annexe et un carton d’invitation avec les modalités à respecter.
Il était resté perplexe en lisant ce qu’il avait reçu il y a tant de temps, pour précipitamment se rendre compte que la cérémonie était ce jour-même. Il était encore tôt le matin mais s’il voulait s’y rendre, il ne faudrait pas trop tarder non plus. Le jeune homme hésita pourtant longuement en restant les yeux rivés sur la lettre. Qu’est-ce que j’aurais à y faire au final ? Venir chaudement féliciter le nouveau dirigeant de la famille Featherstone comme tous ces hypocrites ? Non je ne veux pas me rendre à une fête où on ne fera que mettre sur un piédestal une famille pareille.
Mais en passant le pas de la porte pour rentrer à l’intérieur de son atelier, Elias changea subitement d’avis. C’était l’occasion où jamais en fait ! L’occasion de peut-être répondre à sa propre mère face à face.
En analysant mieux la situation, le mage avait bien fait de ne pas ouvrir les lettres des Bleckingham sinon cela l’aurait rendu encore plus furieux qu’il ne l’était déjà.

Le styliste remonta donc quatre à quatre les escaliers qui menaient à ses appartements un étage plus haut afin de se préparer pour l’événement. Son visage s’était détendu un peu plus qu’avant. Un projet inconnu germa dans son esprit qui eut le mérite de la faire sourire, vraiment. Ses yeux reflétaient maintenant un peu moins de mélancolie et ses traits fins et assurés ne pâliraient plus pour aujourd'hui.

L’ensemble d’Azura Island avait été prévenue de l’affreux événement qui était survenu… La mort du père de l’héritier n’avait cependant pas atteint les oreilles de ceux comme Elias qui habitaient ZénithLand. Alors qu’Elias choisissait scrupuleusement sa tenue, il ne se dirigeait pas du tout vers des couleurs sobres et sombres. Puisqu’il s’attendait à une belle cérémonie en grandes pompes pour voir Eleazar H. Featherstone prendre le pouvoir, se retrouver à la tête de sa famille et se faire obéir au doigt et à l’œil.

Le styliste se retrouva donc habillé élégamment mais certainement pas de manière conventionnelle pour un pareil événement. Il avait ressorti de sa garde-robe un long manteau bleuté aux reflets turquoise qui volerait un peu à la manière d’une cape derrière lui. Une fine ceinture retenaient cependant les pans du manteau et des boutons alignés sur deux rangées distinctes empêcheraient que le vent se s’y engouffre. Des poches larges sur les côtés lui serviraient pour mettre ses papiers et une plus petite près de son cœur qui contiendrait un bijou où pendrait une minuscule horloge. Des motifs et des éléments en relief décoraient le dos de son manteau tandis que des rubans de biais doré s’enroulaient sur le bas du tissu.

Son pantalon restait plutôt près de la peau et était d’une couleur gris foncé. Ses chaussures, remplies de petits détails et de perforations pour créer des motifs, donnaient une touche de brun châtaigne. Elias choisit finalement un chapeau après avoir longuement hésité, pas trop haut non plus, d’une couleur noire brillant. Ses cheveux bruns aux reflets clairs ressortaient assez bien avec les pièces qu’il avait sélectionnées. En dernier lieu, il plaça une montre de valeur à son poignet gauche et enfila des gants d’un noir mat. Le mage se regarda un bref instant en face du miroir et trouva satisfaction dans sa tenue de cérémonie et espérait se fondre parfaitement dans la masse des invités. Il se demanda un moment si les Featherstone avaient des invités provenant de Nox ou non, mais après mûre réflexion il se dit que oui.

L’heure pressait tout de même car même si Elias habitait moins loin que s’il avait été en provenance de Nox Isle, les transports se faisaient parfois capricieux. Le ciel menaçait un peu et le vent s’était sauvagement levé à un moment donné, soufflant des bourrasques désagréables.
Le jeune homme finit par ressortir de chez lui à la volée en claquant à moitié la porte après s’être assuré qu’il avait bien tout ce qui fallait pour se rendre à Sunrive. Les nuages s’amoncelaient mais la pluie ne devrait pas survenir. Elias allait à nouveau voyager par les airs comme la dernière fois. Se rendre sur Azura deux fois en si peu de temps ne l’enchantait guère. Après n’avoir plus remis les pieds sur cette île depuis un bail voilà qu’il devait y retourner en deux temps trois mouvements et pour voir la même personne qui plus est !

Déjà le styliste avait descendu la pente, le faisait arriver en bas de la petite colline d’où il surplombait la ville. Il avait bien sa petite idée pour arriver en un temps-record à la cérémonie sans devoir trop se presser. Il n’était pas encore d’humeur à se prendre la tête, pas pour le moment : cela viendrait plus tard. Elias avait souvenir qu’un client lui devait un service puisqu’en effet il était possible de la payer en nature en échange de ses propres services. Il décida donc de se rendre quelques rues plus bas afin de retrouver son ancien client et lui demander cette fois-ci la monnaie de sa pièce. Il savait pertinemment que ce client possédait plusieurs véhicules d’aviation. Impossible de refuser l’offre du styliste et pour le moment tout semblait aller comme sur des roulettes.

Le vol fut capricieux et difficile cependant. Elias n’avait pas transporté de bagages car cela l’aurait bien trop encombré pour un tel événement. Le soleil se cachait et des rayons filtraient à travers ses masses difformes de nuages compactes. L’hélice du petit avion tournait dans un bruit qui éraflait le vent et des tintements cliquetaient dans le moteur. Le véhicule traçait les airs pour survoler l’ensemble de l’île. Enfin, Elias aperçut une parcelle d’Azura Island. A un moment, il ne put s’empêcher de venir consulter sa montrer. Il lui restait trente minutes avant que la cérémonie ne commence. Le mage ne serait pas en retard à moins qu’une catastrophe ne survienne brutalement. Il demanda à ce que l’avion se pose comme la dernière fois : non loin de la piste privée des trois familles dirigeantes pour ne pas attirer trop l’attention. De haut, il scruta la fontaine et la masse de gens qui s’agglutinaient dans les environs. Elias essaya de distinguer quelles classes s’étaient rangées de quels côtés pour savoir où se placer en arrivant. Une fois mis pied à terre, il se précipita un peu de rejoindre la foule, de traverser des lieux précis pour se rendre sur la place principale de Sunrive. Ce fut un peu une course effrénée dans la précipitation pour enfin arriver en un seul morceau à destination. Elias avait un peu joué de coups de coudes pour passer tellement il y avait d’invités.

Enfin il se trouva au milieu, son angle de vue se dirigea alors instantanément vers l’estrade où l’héritier des Featherstone se tenait élégamment. Sa vue se troubla un instant… Il n’était pas vraiment certain de ce qu’il voyait et détourna le regard une seconde avant de revenir sur Eleazar. Parce que même de loin, à plusieurs dizaines de mètres un styliste comme lui aurait pu reconnaître ses propres créations. Il fut alors effaré de ce qu’il voyait et mit précipitamment sa main devant sa bouche comme choqué.
Non ! C’est impossible… Pas maintenant, pas ce jour ; ce même jour !

Il n’en croyait pas sa propre vue et croyait ne pas être sûr de ce qu’il voyait et s’avança donc. Son hypothèse se confirmait affreusement. Eleazar était tellement beau, mais c’était tellement triste de le voir dans ces vêtements ce jour-ci.

L’invitation reçue ne mentionnait pas ce détail évidemment et Elias resta là un moment bouche bée à regarder droit sur l’héritier. Son regard se fit pesant car il ne pensa qu’à cela pour le moment. Heureusement ou malheureusement, il fut bien vite tiré de cette pensée et de cette vision d’horreur. Elias n’avait cessé de faire des pas dans la foule et se retrouvait cette fois-ci bien plus près de l’estrade, à une trentaine de mètres à présent. Il n’avait pas prêté attention de là où il allait. Plus rien ne comptait que ce qu’il venait de voir avant que cette voix qui avait tranché l’air, cette voix qu’il aurait reconnue parmi toute l’avait appelé : un dur retour à la réalité.

E-L-I-A-S

Chaque particule de syllabe, chaque assonance avait été accentué de sorte à le faire réagir et à montrer de l’indignation dans la voix. Le mage ne se retourna pas encore. Il savait.
Elias ! Joins-toi à ta petite famille enfin ! (La réplique était emplie d’ironie et d’une fausseté écœurante qui horripila l’interpellé.)
Enfin il fit volte-face en grinçant des dents, affichant toujours un sourire mais cette fois bien moins sincère.
Heureux de vous revoir, mère, souffla-t-il sans nuance dans la voix. Je ne croyais pas vous revoir de sitôt.
Montre-toi conciliant et ranges-toi avec les Bleckigham mon chéri, susurra-t-elle si faussement qu’Elias lui aurait bien lancé sa main à la figure. Il ne répliqua rien cependant. Alors elle reprit. Oublies donc les erreurs du passé, tout le monde en fait. (Cela ne fit qu’attiser la colère du mage, qui grandissait en lui. Il serra ses mains qu’il avait glissées dans ses poches avant de se retourner si brusquement.)
​— Vous croyez que c’est possible d’oublier que votre propre mère vous a menti, rugit-il dans la cohue. Vous mentez encore et encore à n’en plus finir juste pour quoi ? Pour que je me retrouve au fond du gouffre ?
Nous savons tous deux ce qui s’est passé Elias ! Tu l’as tué c’est tout., dit-elle calmement, trop calmement pour essayer de le convaincre de cette fausse vérité.
Donnez-moi seulement une raison pour que je crois en votre mensonge forgé de tout de pièce ! Vous me dégoûtez à un point que ça me ferait presque vomir de vous reparler. Au-delà de cela ! Pensez-vous que c’est plaisant de haïr à ce point sa propre mère ?
Tu te trompes sur toute la ligne ! Je ne suis pas celle que tu crois...
Vous n’êtes qu’une garce de me dire ça !, hurla-t-il.
Tu n’es qu’indigne de ne pas croire ta mère.

Il s’était rapproché de cette femme à qui il vouait une haine infinie, il l’aurait presque étranglée sur place. Se venger de tant de mauvaise foi de sa part. La faire cracher la vérité qu’il lui aurait arrachée à mains nue.

Il se ravisa cependant bien que la rage avait fait place sur son visage si charmeur. Le restant de la famille des Bleckingham avait senti le ton monter et le regardait étrangement alors il s’écarta en frappant le sol du pied.

Il est mort à cause de toi !, lança sa mère alors qu’Elias avait fait demi-tour pour se calmer. Mais sa phrase ne fit que raviver les braises de sa colère et il vint saisir le bijou qu’il avait dans sa poche de veste pour le lui lancer à la figue avec force cette fois. Il ne prit pas le temps de voir ce qui se passa ensuite et traça son chemin dans la foule pour atteindre le plus vite l’estrade. Il y avait du bruit de partout mais les mots de sa mère résonnaient dans sa tête comme une litanie infernale dont il n’arrivait à se défaire. Le mage n’écoutait pas ce qui se passait à l’extérieur et n’avait pas adressé un signe de politesse envers le reste des Bleckingham. Sa voix était demeurée froide et distante; piquante et remplie de tristesse à la fois. Comment avaient-ils pu en arriver là ?

Mais Elias détourna ses pensées noires pour se concentrer à nouveau sur le cas d’Eleazar qui n’était pas plus heureux au final. Il exprima de la compassion et vint saisir une rose blanche sur son passage avant de monter délicatement sur le rebord de l’estrade juste en face de l’héritier qui allait être presque un Roi. Elias n’avait pas les mots, pas de sincères condoléances qui était une formule trop anodine et conventionnelle : cela n’aurait rien eu de personnel. Alors il essaya de capter le regard du jeune garçon qui portait sa tenue et ploya le genou pour venir lui tendre cette rose blanche en signe de deuil avant de dire avec un ton naturel, sans un surcroît de tristesse ; juste de la sincérité.

Je sais ce que ça fait de perdre un être cher mais j’imagine que vous n’avez pas envie qu’on vous sorte chacun des stupides phrases moralisatrices donc je suis juste là pour vous souhaiter une bonne succession.

Elias avait dit cela avec honnêteté, avec une sincérité implacable avant de se relever lentement et de faire un pas en arrière pour se diriger vers le restant de la famille des Featherstone. La fureur ne se lisait plus sur son visage car dans un événement pareil cela aurait été tellement mal venu.

Je pensais qu’une famille ça devait vous tirer hors du fond de l’eau et non de vous y pousser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 26
Date d'inscription : 11/08/2018
Age : 15
Localisation : Des ruines ou une forêt
Infos fermées
MessageSujet: Re: Événement premier: La mort pour un roi   Dim 16 Sep - 22:14






La mort, est une chose tragique




Le bateau arrive enfin à quais. Azura, cette île m’avait manquée, pas tellement pour ces vertes prairies, pas non plus pour ces magnifiques montagnes, mais juste car c’est là que se situe mon labo, mon chez moi. J’allais enfin pouvoir reprendre mes expériences, Kudran me manquait un peu. Black était intéressant, White et Jo aussi, mais aucun ne valait mon ami. Les automates qui vivent chez moi sont assez spéciaux, il ne ressemble à aucun type d’automate actuel, j’imagine que c’est sur eux, que c’est basé le créateur des premiers automates. Kudran, par exemple, il mesure plus ou moins deux mètres quand il se déploie de toute sa hauteur, il semble avoir été créé pour ressembler à un animal, un cerf. Bon, la technologie automate ne le permet pas totalement, car le seul moyen de le voir, est d’observer les ressemblances avec le vrai animal, il avait quelques ressemblances comme, des bois taillés dans le métal, le fait qu’il se déplace sur quatre pattes, et le fait que son visage avait était fait, sur base d’un crane de cerf. Mais sinon, il n’y avait aucun moyen, de le remarquer autrement. Après avoir terminé mes réflexions, je mets pieds à terre, je me tourne ensuite vers l’homme qui m’a conduit, et je lui lance une pièce.

Je me situe dans le port de ‘Blue sea’, une petite ville, située à l’entrée des plaines. Je ne connais pas beaucoup le village, mais je connais quelqu’un ici, qui me doit un service, je remonte donc la rue, en direction de se qui me semble être la grande place. Au bout de cinq minutes, j’arrive sur la place, les rues sont désertées, cela m’étonne beaucoup, je continue tout droit, en espérant être sur la bonne voie. Un peu plus loin, j’aperçois sur la droite, le bâtiment que je cherche, un ranch, l’un des derniers des îles. Il faut dire, avec la technologie actuelle, peu de gens utilisent encore des chevaux, pour se déplacer. Sur Nox il est impossible d’avoir un cheval à cause de la pollution, sur Zenith je ne pense pas, qu’il ait a beaucoup de place pour garder des chevaux, seul Azura était encore propice à leur élevage. J’arrive donc devant le bâtiment, je toque à la porte. Aucune réponse… Je décide donc, de faire le tour, je n’ai pas l’envie d’attendre. À l’arrière, se trouve une grille électrifiée, à coté se situe un muret en pierre. Je prends mon élan, et je saute sur le muret, puis dans le même mouvement, dans le jardinet du ranch. Arrivé de l’autre côté, je me dirige vers le grand bâtiment, qui semble être les écuries. Au moment, où je rentre dans les écuries, je voie le propriétaire, il est accroupi près d’une jument, cette dernière, semble être prêtes à mettre bas, quand il m’aperçoit, il me dit :  

-Bonjour mon bon seigneur, pouvez-vous m’aidez ? J’ai un très gros problème sur les bras, ma jument devait mettre bas demain, mais je pense que cela sera pour plus tôt, il faudrait que vous l’emmeniez chez un spécialiste, à la capitale.

Il me regarde, avec une lueur d’espoir dans le regard, mais je ne vais pas porter la jument jusqu’à Sunrive, je n’en ai pas la force. Je dois donc improviser quelque chose.

-Je veux bien, mais j’aurais besoin d’une de vos charrettes, de corde, d’un ballet, et d’une manivelle, comme celle utilisé pour actionner les poulies.  

L’homme s’active pour me trouver cela, sans trop savoir, pourquoi je lui demande tout ces objets. Je me mets au travail, dès que tous ce que j’ai demandé, est en ma possession. J’attache donc, les cordes aux roues pour que, quand je tire sur les cordes, les roues se mettent à tourner vers l’avant. Je place le ballet à l’avant, et j’y attache les cordes, de telle façons à ce que, quand je bouge le ballet à gauche ou à droite, la direction de mon engin soit changée. Pour finir, j’attache la manivelle au centre, et je relie tout à cette dernière, comme cela, il me suffira de faire tourner cette dernière pour avancer.
Mon véhicule de fortune terminé, nous plaçons la jument dans ce dernier, je m’installe pour piloter, et je fais signe à l’homme, il me remercie, et me dit :

-Si vous arrivez à sauver ma jument et son petit, vous pourrez garder le petit, c’est pour vous remercier, de tout ce que vous avez fait pour moi !

Sur ces mots, je commence à actionner le mécanisme improviser, et cela fonctionne parfaitement, je serais en ville dans une heure.  
Une demi-heure plus tard, les ennuis commencent. La jument commence à s’excitée, je suis encore concentré sur la route, mais j’entends bien que cela ne tardera plus.

J’arrive enfin en ville, cette dernière demi-heure à été très mouvementée, mais je devais maintenant foncer, chez le spécialiste le plus proche. Je connaissais bien là ville, j’avais grandi ici, je sais donc directement, où je dois me rendre. Après quelques minutes de conduite, à travers les rues de Sunrive (qui était bien moins remplies qu’à l’accoutumé), je suis arrivé devant le cabinet vétérinaire du docteur Varen, j’ai couru jusqu’à sa porte, j’ai sonné, puis j’ai attendu qu’il arrive. Quelques secondes plus tard, il était là, il me salua, et quand il vit la jument, il me dit :

-On n’a plus beaucoup de temps, amener là à l’intérieur !

Je m’exécute, même si elle est très lourde, ma force de loup prends la relève, et m’aide à la portée sur cette très courte distance. Le vétérinaire me tend ensuite des gants et me dit :

-Mon assistant n’est pas là, vous allez donc m’aider.

Pour qui me prenait-il ? Je ne voulais pas aider, mais je ne voulais pas, que l’animal meure, j’ai donc fait ce que le vétérinaire me dit :

- Quand vous voyez le poulain qui commence à sortir, laisser le faire, et si le poulain ne se libère pas, tiré délicatement sur ses membres antérieurs. Ensuite vous pourrez l’essuyer, puis il essayera de marcher et de courir. Prenez-le avec vous dehors, le temps que sa mère récupère des forces.

Je fais tous ce qu’il m’a dit et tout s’est très bien déroulé.    
Le temps que le vétérinaire s’occupe de la jument, je sors dehors avec la petite pouliche, pour marcher un peu. Ensuite, je modifie quelques paramètres à mon transport, il faudra que je l’améliore, je pense que je l’utiliserais de temps en temps. Deux heures plus tard, le vétérinaire vient me chercher et me dit :

-Vous avez eu beaucoup de chance , si vous étiez arrivez cinq minutes plus tard, la jument y serais probablement passée, et la pouliche avec ! Comment voulez-vous appelez la petite ?

Je me mets à observer la jeune pouliche, elle est toute blanche, excepté sa crinière qui est totalement noir, j’aime bien ce contraste, et je décide donc de la nommé Crin d’ombre.      

-Je vais la nommée Crin d’ombre.

Le vétérinaire ne semble pas convaincu, mais ce n’est rien. Je le remercie lui lance une pièce, et reprends ma route, après avoir mis ma pouliche et sa mère dans le chariot. J’arrive enfin chez moi, dix minutes plus tard. Je descends du chariot avec la jument, et je l’attache devant mon habitation. Je laisse Crin d’ombre, qui est en train de dormir, dans le chariot, le temps d’aller dire à ma cousine et à Kudran que je suis rentré. À peine ai-je passé la porte, que ma cousine en me voyant c’est écrié :

-Tu n’as pas reçu la lettre des Featherstones ?  

Je ne savais pas de quoi elle parlait, et je lui dis :

-Non, je ne vois pas de quoi tu parles, je…  Elle me coupa dans ma phrase.

-Tu as rendez-vous, dans quinze minutes devant le palais des Feathersones, pour l’enterrement, de l’ancien dirigeant de la famille, et aussi pour le couronnement de Eleazar. Va te changer, ce n’est pas trop grave, tu seras un peu en retard, tu ne peux pas y aller dans cette tenue.

Moi, en retard, jamais ! J’appelle Kudran et Wolvert, et je leur dis :

-Kudran, acceptes-tu de venir avec moi à la réception des Featherstones ?  


Il me répond simplement :

-J’en serais ravi Harald.


Je dis ensuite à Wolvert :

-Peux-tu conduire la jument qui se trouve à l’extérieur, au ranch de Blue sea ?

Wolvert me réponds à cela :

-Bien entendu.

Je pars donc directement, toujours dans mon chariot, accompagné de Kudran et Crin d’ombre. Quatorze minutes plus tard, je vois l’entrée au loin, si je n’accélère pas, je ne serais pas là à l’heure. Là, une idée me parcourt l’esprit, j’ouvre la protection du torse de Kudran, et j’attache ces rouages aux cordes, le chariot commence à accélérer, de plus en plus, et là, je me rends compte que je n’ai pas prévu de frein. Arrivé devant le portail, je voie déjà une foule de personne, je connais ma seule option pour m’arrêter, je calcule donc le point de chute. La fontaine, la foule, ou Eleazar… Je choisis la fontaine, je tourne donc mon véhicule, pour être face à la fontaine, et je coupe les cordes attachées aux roues, le mécanisme se bloque, Crin d’ombre et moi sommes propulsés vers la fontaine, heureusement, j’avais bien calculé mon coup, et nous retombons dans l’eau. Au moment où je me relève, ma montre sonne, je suis encore une fois, à l’heure. Je suis trempé, plein de sang de cheval, j’ai une main à moitié détruite, mais je suis à l’heure, et c’est tout ce qui compte.

Je sors de la fontaine et observe les alentours, je suis le centre de l’attention, quand je me tourne vers l’hériter des Featherstone, il n’a pas l’air d’être content de mon entrée en scène, je sens aussi une odeur familière, probablement la sœur de Eleazar. Pendant que j’observais autours de moi, Kudran et Crin d’ombre m’avaient rejoint, maintenant, deux autres personnes viennent à ma rencontre. Ces deux personnes sont, mon oncle et White, White me tends une veste, je la reconnaitrais entre mille, c’était la veste de commandant de mon père, je le regarde et il me dit :

-Alors, tu la mets ? Tes vêtements actuels sont un peu sales.

Je mets la veste et lui demande :

Où est Jo ?

-Il devrait nous rejoindre, d’ici la fin de la journée. Cette fois, c’était mon oncle qui avait répondu, il poursuivit :
- Avec cette veste, on dirait vraiment ton père. Tu sais, tu pourrais encore devenir un commandant, aussi formidable que lui, les autres gardes te connaissent, et ils savent qu’ils peuvent te faire confiance, pour les guider.

Je lui réponds simplement :

-Je ne viens pas, pour encore parler de mon travail avec vous !


Juste après avoir dit cela, je sentis une main sur mon épaule, c’était Jo.

-C’est l’enterrement le plus génial que j’ai jamais vu, d’abord il y a un gars qui est tombé du ciel, puis il y a eu une dispute de noble, et maintenant, il y a toi qui arrive à pleine vitesse, et qui fait un plongeon dans la fontaine !

Quand il eut terminé sa phrase, j’ai réfléchi à ce qu’il avait dit, je vais aller voir de quoi en retourne cette dispute de noble, et je vais aussi aller saluer la famille Featherstone, je verrais probablement la sœur de Eleazar, que j’avais rencontré, il y a si longtemps. En tous cas, j’attendrais un peu avant d’aller saluer le futur chef de famille des Featherstone, car je ne pense pas qu’il ait apprécié mon entré. Je me dirige donc, vers les membres des trois familles mères, accompagné de ma pouliche et de Kudran.    

             


©️ Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 38
Date d'inscription : 11/08/2018
Infos fermées
MessageSujet: Re: Événement premier: La mort pour un roi   Dim 16 Sep - 22:52


Death is life,
And I walk with her.




Il y a quelques jours, mon supérieur m’avait transmis une lettre.
Alors que Siewgard reste dans la partie sud de l’île en général, la partie des Mortimer, moi, je prenais toutes les missions disponibles pour monter au nord et être au plus proche des êtres que j’aime tant.
J’étais déjà là-bas depuis un moment car ma mission consistait à faire du repérage sur un certain gang… Un peu d’espionnage aussi. Je devais infiltrer leur groupe. Je dois avouer que ce n’était pas vraiment ce à quoi j’avais le plus l’habitude comme mission. J’étais après tout connu comme « Black le molosse des Mortimer », le grand méchant Loup de Nox, si vous voulez, c’était un peu ça, ma réputation. Sur Zenith, on ne me connaissait presque pas, sauf ceux ayant de la famille sur Nox, et sur Azura, j’étais surtout connu parce que j’étais aux ordres du parrain de la mafia Mortimer, et parce que certains ordres donnés par les Featherstone m’étaient directement transmis car je réussissais à peu près tout ce qu’on me demandait…
Les vraies menaces sur Nox, après tous, ce sont les mafias, or, les ordres des riches ne nous demanderaient jamais de nous entre-tuer… On sait très bien se bagarrer sans leur aide. Bref.

Cette lettre que j’avais reçue m’informait que mon boss devait partir sur Azura Island pour la passation de pouvoir chez les Featherstone. Et il voulait que je l’accompagne pour couvrir ses arrières en cas de problèmes, pour être son garde du corps quoi. Je ne voudrais pas me vanter, mais il est vrai que je manquais rarement à mon rôle, j’étais probablement son meilleur garde du corps, et tant mieux, cette idée flattait mon loup, ça le calmait. Probablement m’avait-il choisi aussi pour que le nouveau régent des Featherstone voit l’un des tueurs qui le servirait sans broncher… Mh… J’espère bien que mon loup ne ferait pas de folie, ce n’était en rien le moment !
Ce qui me perturbait vraiment pour l’instant était d’aller sur Azura. En effet, je n’y avais encore jamais mis les pieds car Siegward n’y avait jamais été non plus… Enfin… Depuis que je suis à ses ordres en tout cas. Il est vrai que mon supérieur est en réalité très âgé et je n’ai aucune idée de ce qu’il a pu vivre avant que je n’entre sous ses ordres.

Avec sa lettre, il m’avait aussi transmis ce qui me permettrait de quitter Nox sans problème. Siegward me prévint aussi qu’il arriverait en dirigeable, d’accord… J’aurais probablement pu le prendre avec lui, mais ça aurait été un gros détour, et au moment où je reçus cette lettre, il me restait encore des choses à faire avant de partir. Non, j’y irais par le pont flottant pour ma part, mais pas en train.

Pendant les quelques jours de latence qu’il me restait avant de devoir partir, je finis d’abord de m’occuper de ma mission. Je dus accélérer un peu les choses et cela mena d’ailleurs à un… léger petit souci… Je me fis repérer… Enfin, disons que je m’étais aussi légèrement énervé, et il ne fallut pas longtemps pour que « Black » soit reconnu, évidemment… J’ai tué leur chef. Une balle dans la tête, personne ne s’y attendait, même pas moi étant donné que c’est mon loup qui s’en est chargé. Mais puisque le tuer était notre but final… Disons que j’avais juste un peu accéléré les choses. Il fallait que je le dise à mon boss que je le rejoindrais.

Et j’avais de la chance d’avoir Siegward comme patron, je l’avoue. Il était très rare qu’il refuse ce que je demandais, d’abord parce qu’il est respectueux envers ses subordonnés, mais aussi parce que je ne pense après tout pas l’avoir déçu une seule fois. Je devais être un bon élément chez les Mortimer.

Après que j’eus fini de m’occuper des affaires, il fallait… Une tenue… arh… J’étais généralement toujours correctement habillé. Mais c’étaient bien des habits de mafieux, parfois tachés de sang, déchirés. Même si l’ensemble restait classe… Disons que je préférais me racheter une tenue pour l’occasion.

Je me rendis donc chez un vendeur, évidemment, un vendeur de luxe, il ne faisait que de la marchandise pour les Mortimer et les Ainsworth. Chez lui, je demandai donc une nouvelle tenue et… Voilà… Évidemment il me regarda étrangement… Une nouvelle tenue, ben oui, mais quoi comme tenue ?

- J’aimerais une tenue pour me rendre sur Azura, à une cérémonie. Je suis garde du corps.

Attendait-il plus de détails.. ? Je n’espère pas.
Il partit peu après pour aller me chercher une tenue et me la présenter. Sur moi, je n’avais à ce moment-là que mon long imper noir habituel, une chemise grise encore couverte de sang, un pantalon noir et mes bottes renforcées. J’enlevai le tout pour mettre sur moi les habits qu’il m’apportait.

Son regard me dérangeait. S’il n’était pas gay, il le devenait (je n’aime pas dire cela car c’est évidemment impossible), ou alors mes tatouages l’intéressaient un peu trop. J’en avais fais de nouveau dernièrement et mon dos en était maintenant aux 3/4 remplis et mon torse… Plutôt aux 1/4 rempli.. mh.. Bref. Je ne retirai juste pas mon cache-œil mais je remarquai qu’il m’en avait malgré tout amené un autre avec cette tenue.
Je pris d’abord la peine de lui demander s’il avait une douche… A son regard il avait sûrement pensé que je voulais le prendre avec moi mais je lui brisai vite ses fantasmes, aujourd’hui, seul mon loup en aurait peut-être encore envie. Moi, mon cœur était pris, je ne pouvais flirter sans remords. Bref, après une douche bien utile, je me chargeai de tester la nouvelle tenue que j’avais prise avec moi.

D’abord j’ai enfilé un pantalon noir, qui ne me changeait pas de d’habitude en fait. Par contre le blanc de la chemise que je mis sur ma peau pleine de tatouages et cicatrices me perturba quelque peu, c’était une couleur à laquelle je ne m’associais pas souvent. « Black » se devait de porter du noir après tout.
Je remarquai cependant que le blazer sans manche que je mis au-dessus, ne fermait pas jusqu’à mon coup… Pfh… Mais la chemise, si, et tant mieux car je n’allais pas là-bas pour y vanter mon corps.  Je mis ensuite la cravate noire que je nouai sans trop de difficulté, même si je n’en mettais jamais, je savais comment m’y prendre.
Puis la veste très classe finit de compléter les vêtements que je porterais. Il ne restait plus que les finissions. Des gants noirs, je les enfilai sans difficulté. Le cache-œil plus sobre que le mien finit par assez bien me dire et j’enlevai donc le mien pour le remplacer par le simple noir du vendeur.

Je ressemblais un peu à un majordome ainsi, je trouve… Mais le tout taillait bien mon corps, j’appréciais plutôt cela.

Mon regard se porta ensuite sur les superbes chaussures noires. Des chaussures d’hommes d’affaires, pas d’homme de terrain comme moi. Mais si je les mettais à Nox, elle serait détruite. Je les pris donc dans un sac puis retournai dans la boutique pour faire le compte au vendeur et partir avec chaussures et anciens habits dans un sac. J’avais remis mon imper par-dessus pour protéger ma tenue.

Si je partais maintenant, j’arriverais à temps sur Azura, il me faudrait juste passer une nuit à la fin du pont, puis aller à Sunrive ensuite.

Donc… Plus qu’à choisir le moyen de transport. Le train, c’est bien, mais je n’aime pas être enfermé… La moto c’est encore mieux donc ! Et il s’avère que j’en avais une, l’un des derniers modèles en vente. Et j’étais venu avec jusqu’au nord de Nox. Je l’avais donc sous la main. Peut-être Siegward voudrait-il rentrer avec moi avec ce moyen… Je lui demanderai aussi.

En arrivant près de l’engin, je rangeai mon sac sous le siège puis je m’assis dessus en l’allumant. Son grondement violent me fit sourire. Quel bruit agréable.
Je me lançai ensuite à pleine vitesse dans les rues pourtant étroites de la ville. Je dus d’ailleurs à plusieurs reprises donner des coups de mes bottes aux bouts métallisés… Ça devait faire mal, mais c’était ça ou les roues de ma moto !
Une fois le Port atteint, je présentai mes papiers et on me laissai passer après un interrogatoire pour s’assurer que j’étais bien celui que je prétendais. Puis je pris le pont. Immense et très large, il y avait la place pour 3 chemins de fer et, à côté, pour des piétons, voitures, charrettes, un peu tout. Il y avait des tracés pour séparés ceux qui allaient vers Nox, ou ceux allant vers Azura, mais c’était un peu tout, la voie étaient de toute façon bien assez large pour que tout le monde puisse avancer à son aise sans se faire écraser.
Le bruit grondement de ma moto devenait un rugissement à chaque fois que je donnais un coup d’accélérateur, c’était vraiment jouissif, surtout de voir les autres sursauter avant de se retourner vers moi. Mon loup aimait ça aussi, la vitesse et la puissance de ma machine.
J’étais bien penché en avant et je sentais le vent siffler dans mes oreilles, balayer mes cheveux et se glisser sous mes vêtements. Mais rien ne me dérangeait. Même pas le temps que cela me prit. Je dus tout de même faire une pause car la route était très longue. La nuit était effectivement tombée lorsque j’atteignis enfin Azura.

Encore un contrôle. Puis je pus me trouver un hôtel pour la nuit. Elle se passa calmement, heureusement pour moi, car ce n’était pas la pleine lune. Même si mon loup en profita.. Mh… Je n’eus aucun problème avec qui que ce soit le lendemain, et je me pressai d’ailleurs de partir avant de savoir ce que la bête avait pu faire.

Je serai pile à l’heure à laquelle Siewgard m’avait demandé d’arriver, très bien. Je repris donc ma moto pour foncer vers le centre d’Azura où était Sunrive… Mais… Qu’est-ce que c’était beau ici… Le ciel bleu, des arbres, de la vie ! Je me demandais bien s’il me serait possible d’amener Luci ici… Ce serait tellement bien… L’air ne me semble même pas pollué en plus…
Un sourire triste se dessina sur mon visage mais je sortis de mes pensées mélancoliques en voyant un aéronef passer au-dessus de moi… Il venait de Nox si je ne me trompais pas…



Quoi ??? Ne me dites tout de même pas que c’est celui de Siegward ?? Impossible, si c’est le cas, le temps que l’engin puisse se poser… Non, il serait grandement en retard !
J’avais tout de même un peu peur à cette idée et je me demandais bien ce qu’on me dirait si je devais excuser le retard de mon boss… Mh…

J’arrivais doucement à Sunrive, encore une dizaine de minutes je dirais… C’est quoi ce point noir qui tombe du ciel là ?
Mais ce n’est pas vrai…

Je pense que j’aurais pu faire rire pas mal de monde avec la tête que je faisais à ce moment-là, quand je compris que c’était Siegward, le point noir qui tombait sur Sunrive…
Qu’est-ce que je peux vous dire ? Travailler pour lui… C’est parfois particulier…

Aux abords de la ville fortifiée, je laissai ma moto à un gardien, changé de chaussures et laisser mon imper en gardant malgré tout une arme, ma favorite, à ma ceinture, puis je me mis à courir vers le centre-ville. Je savais bien que mon patron n’était pas mort de sa chute, ahah, encore heureux, mais il s’était certainement blessé et aurait peut-être besoin de sang…

Quand j’arrivai sur la place, gigantesque, je n’avais jamais rien vu de tel ! Bref, que j’y arrivai, j’usai de mon odorat de loup pour retrouver l’odeur de mon boss que je connaissais si bien. Rien d’autre ne m’intéressait pour l’instant et je me dirigeai donc rapidement vers lui. Il était entrain de fumer et, à première vue, ne semblait pas avoir le moindre souci.

J’arrêtai de courir en arrivant sur la place, encore assez alarmée, mon attention ne se dirigeait que vers mon patron, car le reste n’avait après tout pas d’importance.
J’étais à l’heure, la cérémonie n’avait pas encore commencé… Mais il aurait fallu que j’arrive avant Siegward pour pouvoir lui éviter de se blesser. La frustration devait sûrement se lire sur mon visage, surtout quand je vis son bras ainsi… Même si c’était discret, je compris bien qu’il était blessé, mais comme je le pensais aussi, ce n’était rien de grave pour le vampire qu’il était.

- Monsieur…

J’arrivai enfin à son hauteur et mon pas redevint normal jusqu’à ce que je sois proche de lui.

- Je.. mh.. Je vous ai vu tombé du ciel… Est-ce que vous allez bien ? Puis-je vous rendre quelconque service ?

S’il voulait de mon sang, il en aurait aussi vite, il me suffisait juste de relever le bout de mes manches pour lui libérer un bout de ma peau.
Mon regard gris se détourna un instant de lui pour observer la foule. Je sentais des regards sur nous… Il est vrai que je mesurais presque deux mètres, bien musclé et bien taillé, je devais en impressionner plus d’un… Puis j’entendis les murmures « Black »… Et voilà, c’est parti… Je suppose que mon patron c’était déjà fait repérer pour que le lien soit si vite établi.

- Je suppose que vous avez déjà été salué le concerné ? Je me présenterai à lui lorsque vous retournerez lui parler…

Évidemment, si j’étais ici, c’était pour accompagner Siewgard, je n’avais pas à me présenter seul face au jeune Featherstone. J’irais donc le saluer plus tard lorsque le nouveau régent voudrait à nouveau lui parler… Et je ne doutais pas que cela viendrait.



JOUEUR 5
Kieran
JOUEURS
1,2,3,4,...
©️ Halloween sur Never-Utopia


_________________
Kieran discute en gras et son loup mord en creepster.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 27/08/2018
Age : 17
Infos fermées
MessageSujet: Re: Événement premier: La mort pour un roi   Jeu 20 Sep - 21:50


ft.
NOM
Prénom
Cassi Texiee/Cassiope O Oakley


J'avais presque fini, encore quelques point de sutures et mon patient serait de nouveau comme neuf!

Pauvre bonhomme quand même! Monsieur Ferguson est quelqu'un de bien, et sa fille, Marguerite, est une des infirmière stagiaire les plus douées de mon établissement, cette année.

Celle ci était venue frapper frénétiquement à ma porte alors que je demeurais en pleine consultation la veille.
J'aurais pu lui en tenir rigueur, si elle n'avait pas été entrain de maintenir péniblement son père à bout de bras.
Celui ci maintenait une main sur son flanc gauche, et une tâche rouge s'était formé autour.

Un coup de poignard.

j'avais viré ma consultation de la soirée à coup de pied dans le derrière, surtout quand il s'était mis à crier comme un goret qu'on ne traitait pas un membre des Mortimer comme cela. J'aurais pu rigoler si l'urgence n'était pas aussi.... Urgente.
Un membre des Mortimer qui révèle son appartenance à la mafia au premier inconnu? Même le pire des abrutis ne l'aurait pas cru.

Après avoir mis l'imposteur dehors je m'occupais de suite du cas Ferguson. La blessure n'était pas trop grave, mais le vielle âge de l'homme n'était pas en sa faveur.
En tout cas je n'étais pas trop étonné, Nox était une île dangereuse, on se faisait poignarder pour un oui ou pour un non, alors ce genre de cas, j'en avais toute les semaines.

N'empêche qu'il m'avait fallu une bonne partie de la nuit pour désinfecter et soignée la plaie, à croire qu'ils faisaient tous exprès d'attendre que leur état soi au plus mal pour venir me voir.

Mais là j'avais presque fini! J'allais finir les derniers point lorsque mon assistant entra, une pile de courrier dans la main.
C'était bien la seule personne autorisé à pénétrer comme cela dans mon cabinet.

-je t'écoute Edward, qu'est ce que le monde a à nous dire aujourd'hui?

Le garçon ouvrit la première lettre, je grimaçant déjà en voyant le nom dessus.

-il s'agit d'un courrier de madame hudson, elle vous invite à venir prendre le...

-mettez cette fichu lettre au feu! Je ne veux plus jamais allez chez cette folle furieuse!

Je cru entendre un ricanement moqueur mais malheureusement pour moi, Éd était trop rapide pour moi. Il eu vite fait d'ouvrir la deuxième. Une demande d'honoraire pour un patient régulier, je lui dictait la démarche à suivre.

La troisième lettre en revanche attira particulièrement mon attention.
Le sceau des Oakley, ou du moins, une partie du sceau, histoire qu'on ne puisse pas faire le lien entre cette famille et moi. Je débarassais mon assistant de cette lettre fort incommodante et le pria de quitter la pièce.

Une fois cela fait je décachetais l'enveloppe.
Mes parents ne m'auraient jamais envoyé de courrier, je doutais même qu'ils sachent ou je demeurait.
Ma soeur peut être?

En effet, c'était mon adorable petite soeur, Ciel, qui m'avait envoyé du courrier. Une simple lettre qui m'expliquait les nouveautées d'Azura. Je lu le tout un peu ennuyé, jusqu'à arriver en bas de la lettre, ou je fus surpris d'apprendre le décès du dirigeant de la maison Featherstone. Les médecins d'Azura étaient donc si incompétents?
Mais le plus surprenant fut ce qui suivit; la demande de ma soeur et l'invitation en annexe à la lettre.

Elle me demandai, ou plutôt, m'ordonnai de participer au "couronnement" de l'héritier des Featherstone, en me menaçant de venir me chercher en personne si je refusais.
La surprise fut tel que je plantait un peu trop brusquement mon aiguille dans le flanc de mon patient qui eut un glapissement de douleur.

Le lendemain j'était sur le quai de gare, avec ma maigre valise, à attendre le premier train vers Azura.
Ça allait sûrement être très long...

Du moins c'est ce que je pensais avant de voir un aéronef décoré du sceau Oakley atterir à quelques dizaines de mettre de moi.
C'est donc en soupirant avec la mort dans l'âme que je montait dans le moyen de transport.

Le voyage fut chiant, ça n'aurait servi à rien de le cacher. C'est donc avec beaucoup d'empressement que je quittais cette machine démoniaque! Et que je m'engageai dans la demeure des Featherstone.

Ciel, ma chère petite soeur, des fois j'aimerais te dire à quel point je te hais.
La salle était remplie, les gens déambulaient dans leurs parures et leurs manières de bourgeois, certains me regardaient bizarrement, en même temps je n'avait fait aucun effort niveau vêtements, une chemise noir avec un pantalon en toile gris et mon éternel blouse blanche, je faisais un peu tâche mais je m'en foutais, répondant juste aux gens grâce à un regard noir.
Je savais que chercher après ma soeur ne servait à rien, celle ci étant souvent en retard... Le problème, c'est que sans elle, je ne savais pas quoi faire... Du coup je me mis sur le côté, attendant que ma très cher Ciel arrive en attendant, je m'amusais à scruter les invités, ne reconnaissant pas vraiment grand monde...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 03/08/2018
Localisation : Sur un pétale de lys royal
Infos fermées
MessageSujet: Re: Événement premier: La mort pour un roi   Sam 22 Sep - 10:37








Et si vivre était plus difficile que de mourir...


feat Eleazar- Siegward- Elias-Harald- Kieran- Ciel- Cassiope - Horace - Marie





Ah Eleazar j'espère que tu as préparé une superbe petite réception pour ce jour où tu seras tout en beauté ! Enfin nous avions été prévenus de quand aurait lieu cette passation de pouvoir comme la coutume le voulait. Des courriers avaient été envoyés dans les trois îles, mais pas pour moi. Ça aurait un peu stupide de me transmettre alors que j'habitais dans la demeure d'à côté. Enfin bref, je me demandais déjà quels petits invités il y aurait et si pour une fois dans cette vie j'arriverai à parler avec tous les membres de ma famille. Les Bleckingham devaient être les plus nombreux entre les familles mères sans nul doute. Mais bon je ne suis pas ici pour faire des calculs dont je ne raffole pas tellement.
J'en reviens à mes moutons... à non ce sont des chèvres dans le jardin. Je m'attendais déjà à voir une sublime célébration avec une présentation splendide digne de la grandeur (et un soupçon de prétention) des Featherstone. Espérons que je ne sois pas déçu, il faut mettre la barre haute pour un événement de la sorte !  
En attendant le Jour J, j'ai fait plein de choses ! Comme heu...
Non en fait j'ai rien foutu de mes journées à part manger, boire, dormir, rêvasser. J'ai la belle vie n'est-ce pas ? C'est juste que j'avais eu autorisation de me rendre sur ZénithLand et du coup je m'étais un rien délesté de mes fonctions momentanément: des sortes de vacances annuelles si vous préférez. J'avais pour ambition de redessiner des plans d'un immense aéronef, bien que pour le lieu de fabrique il aurait peut-être fallu se rendre sur Nox Isle... J'avais donc enchaîné des centres de fabrique, des musées et des expositions. je désirais pourvoir redessiner un engin pareil mais un qui serait hors normes. Tellement hors normes qu'il ne pourrait pas voler si on le construisant en réalité: une passion purement imaginative et visuelle où l'art n'aurait rien de rationnel.
L'inspiration ne semblait pas atteindre ses limites dans ma tête déjà pas mal remplie (de sottises sans doute.)
Donc durant une petite dizaine de jours j'ai parcouru l'île parce que je voulais non seulement revoir quelques personnes par la même occasion. Leur faire unes  simple plaisanterie comme à mon habitude.
Mais si je venais à raconter la quantité astronomique de choses peu matures que j'ai dû faire vu mon âge en un temps restreint, on y serait encore là dans deux semaines.
Cependant cette euphorie pleine mais pourtant passagère allait retomber bien vite, je ne le savais pas encore.
A mon retour après ce petit périple occasionnel sur Zénith, j'eus le malheur d'apprendre le jour-même que les nouvelles étaient plus mauvaises que jamais. Un drame était survenu: on s'attendait tous à ce que cela survienne un jour ou l'autre mais pas de manière aussi foudroyante. Le deuil emplissait la famille des Featherstone et cela me coupa net dans mon élan de bonne humeur. Car en effet, cette famille était encore assez proche de la nôtre puisqu'au final on dirigeait à notre manière Heaven. La compassion fut au rendez-vous, certain criait après un sentiment d'injustice pour qu'ensuite la tristesse et la mélancolie reprennent le dessus. La veille même de ta superbe fête Eleazar... je trouvais cela affreux. Affreux parce que je n'ai jamais su en quoi consistait réellement la mort. Et en disant cela, je veux dire qu'on ne sait pas ce qu'on devient par la suite. Je voyais déjà l'entièreté d'Azura Island secouée par la nouvelle tragique qui tombait qui plus est à un moment très peu opportun. Au moment même où son fils allait atteindre, toucher des doigts le trône qui lui revenait, le père succombait: comme s'il s'était senti partir, qu'il n'avait plus de mission à accomplir et qu'El était prêt.
Des messagers semblaient surgir de partout pour étaler la nouvelle, cet événement macabre... Et alors là, mes pensées ne s'étaient tournées que vers Eleazar que je n'avais pourtant pas la possibilité d'aller rendre visite. Mais pour lui dire quoi au final ? Les "je suis désolé sincèrement, je ne pensais pas que cela arriverait un jour..." Ce n'était que des mensonges et Eleazar en avait horreur tout autant que moi j'avais la haine de mentir sur de telles choses.
Et contrairement à ce que l'on voit de partout, dans le cinéma, dans les livres: le ciel ne s'était pas empli de noirceur non. Parce que la météo ne suit pas la morale des humains et que les clichés ne vont pas forcément de pairs avec la réalité.
Enfin, le lendemain arriva et j'espérais de tout cœur pouvoir voir le nouvel héritier sur le trône mais certainement plus de la même manière, plus avec le même entrain d'il y a une dizaine de jours.


Anderson était au courant de la façon dont la journée allait se dérouler. Un fameux discours de la part de l'héritier des Featherstone qui annoncerait horriblement ce qui s'était passé. Seul Azura avait eu la parfaite information en direct quasiment: tous les invités n'étaient donc pas forcément au courant de ceci. Bien sûr la cérémonie de décès, l'enterrement se ferait sobrement et en comité restreint pour préserver la vie privée de membres. Sans doute y aurait-il d'autres discours solennels et puis cette fête qui avait été préparée si bien à l'avance.

Je pense que peut-être je n'aurais pas tellement le cœur à y participer gaiement.L'ambiance dans le château sera sobre. La place se remplissait à présent énormément alors que les places destinées aux nobles avaient été réservées, je ne m'étais pas encore assis à ma place sous le regard un peu interrogateur de ma famille. Apparemment je n'avais pas l'art de suivre parfaitement le protocole; pourtant je l'avais appris évidemment et ce n'était pas la politesse qui me manquait. Une tribune avait été installée en haut de l'estrade afin d’élever Eleazar et pour que sa voix porte sur l'ensemble de la place à présent noyée de monde.
Je jetai de coups d’œil de partout à la façon de en quelqu’un d’anxieux. Je ne savais pas tellement comment me comporter et il semblerait que les événements ne seraient pas si anodins que cela au final. Je crois que j’avais vaguement vu un truc tomber du ciel. Ha non en fait c’était pas un truc désolé ! C’était carrément quelqu’un qui venait sans sauter dans le vide. Les gens sont complètement malades de notre époque ou quoi ? J’ai rien compris là pour le coup mais je n’eus pas le temps de voir si son atterrissage avait été digne d’un chat souple ou bien s’il s’était fracassé contre le sol... cela fera peut-être grand bruit dans la foule: j’aurais ma réponse plus tard dans doute. Mon attention avait été fortement détournée par autre chose de bien moins plaisant. Le ton semblait avoir haussé quelques rangées derrière moi et je me retournai vivement pour voir qui avait l’impolitesse de créer du remue ménage en criant en un temps pareil. Cela me rendait  furieux: un enterrement ce n’était pas un endroit pour régler ses comptes ou discuter d’une telle manière. Aller vous faire ... Je lançai un regard plus que perçant vers ceux qui avaient créé un endroit pagaille au sein des rangées disciplinées des Bleckingham et je m'apprêtai à faire un pas alors que mon père me retint fermement.


Ne t’occupes pas des affaires des autres Anderson, ce n’est pas le moment. (Il avait vu  plus que jamais sur mon visage mon envie d’intervenir et de leur faire refermer leur claquet. Cependant je m’abstins d’obéir à ce que j’avais eu envie de faire et reculais d’un pas observant la scène de loin en le dégageant d’un geste brusque de l’emprise de mon père.)

J'avais pourtant toujours le regard rivé sur cette femme et cet homme qui avait l'air de se menacer l'un l'autre alors que le bruit se brisa comme un vase et que le silence était revenu sans crier gare. La foule se densifiait et je voyais de moins en moins bien de loin. Je n'avais pas vu comment l'action s'était terminée mais la femme avait l'air peu préoccupée comparé à celui qui passait en trombe devant toute l'allée sans un regard vers le reste des invités. Je l’avais vaguement suivi du regard sans savoir qui il était mais s’il était venu pour d’embrouiller avec une Bleckingham cela lui coûterait sûrement cher. Je pus remarquer qu’il était habillé comme s’il n’avait absolument pas pris connaissance de ce fâcheux événement à l’avance. C’était donc un homme de Zénith qui avait agité la pagaille parmi les nobles.

Anderson n’avait pas tellement saisi la scène qu’il avait scrutée de loin après tout et faisait évidemment des conclusions bien trop hâtives. Il laissa donc passer Elias qu’il ne connaissait pas pour le suivre mais pas de trop prêt non plus pour se diriger vers l’estrade et ainsi venir dire quelques mots à Eleazar. Les pas du jeune garçon étaient lents et paraissaient lourds sur les marches peu nombreuses de l’estrade où se trouvait sans nul doute la personne la plus importante de la journée. Comme si ses pas pesaient aussi lourd que l’angoisse et la compassion qu’il éprouvait à ce moment précis. Mais c’est en s’avançant devant Eleazar en inclinant la tête vers lui qu’il parut retrouver la valeur que les mots avaient l’impact qu’ils pouvaient avoir sur les gens. En plongeant son regard spécial dans les yeux splendides de El, il lui sourit un peu plus amèrement que d’habitude. L’héritier des Bleckingham n’allait pas non plus sortir un grand discours rempli de mensonges car l’ailé lirait dans ses yeux ce qu’il pensait sans avoir à le dire oralement. Eleazar aurait tout son soutient à n’importe quel moment s’il le désirait. L’attitude si sérieuse et très peu démonstrative du garçon ne l’étonnait pas, mais pas un signe de tristesse ne le trahissait physiquement. Il devait y avoir autre chose derrière cela selon Anderson qui ne soulèverait pas la question cependant se contentant de lui livrer son messager de condoléances à travers le regard pour se rapprocher un petit peu plus près et lui sourire différemment.

C’est donc cela la tenue de la grande occasion ?  Je ne crois jamais t’avoir vu comme ça !

Anderson lui avait évidemment opté pour quelque chose de sobre, de sombre mais la tenue d’Eleazar devait l’être pour lui qui en avait peu l’habitude.
Il saisit alors doucement l’avant-bras de l’ailé pour y exercer une faible pression pour lui faire comprendre qu’il serait il serait là quoi qu’il arrive.

Comment te sens-tu ? Ou devrais-je formuler à présent : « Comment vous sentez-vous ? » si je ne me
trompe.


Et il se recula donc doucement en gardant la tête baissée en signe de deuil. Il allait enfin reprendre sa place dans la bonne rangée.




Dernière édition par J. Anderson Bleckingham le Ven 5 Oct - 10:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 29
Date d'inscription : 15/07/2018
Age : 15
Infos fermées
MessageSujet: Re: Événement premier: La mort pour un roi   Lun 24 Sep - 18:42


step between the life and the dead

Noir, blanc, rouge. Quel accord agressif, sombre et lumineux à la fois; respectueux et violent, vampirique et sage. Le reflet qui s'offrait à Horace ne lui convenait qu'à moitié, il lui manquait quelque chose, sans savoir quoi. Son costume blanc immaculé dont seuls les boutons noirs contrastaient collait à son torse et à sa carrure virile, de même que son pantalon tout aussi propre, digne d'une haute couture noble. Non, non, et re-non, le chef de la plus célèbre entreprise d'aéronefs ne pouvaient partir ainsi habillé, il avait l'horrible impression d'être dénudé. A ses pieds étaient pourtant chaussées deux bottes d'un cuir noir brillant, magnifique et lustré de paillettes d'or et de rubis, ces trois couleurs étant les officielles de la famille Luther et de leur compagnie si bien réputée. Le jeune vampire - car 100 ans sont jeunes pour un vampire de sang pur - attrapa une de ses nombreuses capes noires  pendant à sa penderie bien trop grande pour un seul homme et l'attacha à l'aide d'une chaînette dorée, à ses extrémités marquée du symbole de la famille, symbole qui apparaissait également au dos du vêtement. Un cercle entourant un aéronef, le tout surplombé d'un L en calligraphie médiévale; le symbole était à nouveau doré, caractérisé par un reflet pourpre rappelant l'origine vampirique que les Luther ont toujours eu, sans oublier une touche de rubis au quatre opposé du cercle. Ce symbole avait beau dater du début de l'entreprise, des centaines d'années auparavant, chaque nouvel héritage y accordait un touche supplémentaire, parfois infime, parfois flagrante; Horace avait ajouté un des quatre rubis au symbole.
Voilà ce qui lui manquait. Son collier. Auquel pendait un rubis légué par son père, seul objet qu'il lui avait confié, passant de père en fils depuis des génération maintenant. Il était maintenant presque prêt, ne manquait sur sa tête que son haut chapeau tout aussi sombre que sa cape, décoré de rouages doré et de rubis, ainsi que son monocle, aux mêmes couleurs, sans compter une aile de rubis qui en dépassait, pour rappeler l'allégeance que portait les Luther aux Ailés, les Featherstone.

L’alliance entre les deux familles existait depuis maintenant décennies et siècles, le premier Luther, ayant créé le premier aéronef, ne pouvant que se lier avec la famille la plus riche des Îles. Moyen de transport aujourd’hui tellement utilisé à Heaven, il allait de soi que Horace Luther arrive aussi bien habillé que ses bateaux volants ne sont beaux. Non, si vous vous posez la question, cette famille de vampires ne connaît pas la modestie, ou en tout cas pas en ce qui concerne ses bijoux qui leur vaut une vie si facile financièrement. Ce n’est pourtant pas grâce à un de ses nombreux navigables que le jeune vampire se rendit à la capitale... mais bien en diligence. Une somptueuse calèche aux couleurs familiales. Celle-ci s’arrêta avant l’entrée de la place où se tenait la cérémonie, et Horace en sorti, somptueux comme jamais. Après tout, pourquoi s’était-il donné tant de mal à ressembler à quelque chose?

« Cher habitant d'Heaven,

Vous recevez cette lettre car vous avez l'honneur d'être invité à Sunrive pour la passation de pouvoir entre l'ancien et le nouveau régent de la famille Featherstone. »
telle était la lettre reçue par le vampire plusieurs jours auparavant, quelle n’en fut pas sa surprise; mais la mort du roi actuel le surpris plus encore, un hasard? Il préférait y croire. Le voilà donc en chemin pour le couronnement de Eleazar, et le deuil de son père.
Bien que son successeur n’avait pas l’air touché par ce fait.
Était-ce un jour heureux ou malheureux? Triste ou joyeux? Même la météo ne savait qu’en dire, ensoleillée et venteuse.

Horace descendit les deux marches de sa diligence, sans un bruit, sans un grincement, juste avec beaucoup d’assurance; à sa suite, sa mère dont il prit la main pour l’aider à le rejoindre, et d’autres membres de sa famille, proches ou éloignés. Mais il restait le représentant des Luther, grande famille ou non; Horace était certes au courant que jamais, malgré sa fortune familiale et la renommée de son entreprise, il ne rivaliserait avec une des trois familles mères, que ce soit Oakley, Beckingham ou, il n’osait même pas avoir l’affront d’y penser, les Featherstone, mais ne pas arriver à leur cheville ne le dérangeait finalement pas: après tout, il les servait. Servir les Featherstone n’était-il pas la chose la plus importante sur Azura Island? Pour Horace, cela l’était. Comme lui avait inculquer son père, et comme il l’inculquerait à ses futurs enfants.

La place était remplie, presque bondée alors que le soleil approchait de son zénith, le Luther reconnaissait déjà quelques visages connus, et de loin, le futur chef de la plus grande famille de Heaven. Il ne jugea pas nécessaire d’aller le saluer directement, voyant les gens se ruer vers lui comme un troupeau d’animaux non-civilisés. Horace soupira, que quelqu’un apprenne aux gens à être polis. Entre une malentendu de famille noble et quelqu’un qui arriva couché dans les bras de la statue, la journée s’annonçait longue. Sauf si ce quelqu’un n’était pas juste... « quelqu’un ». Ne faire mine de rien, après tout, ce n’était qu’un parrain de la mafia, pas vrai? Horace préféra s’avancer à sa suite vers la personne concernée par la cérémonie: Eleazar. Horace s’était déjà de nombreuses fois entretenus avec lui, mais plus souvent avec son père, qui gérait également ses affaires; il se demanda comment cela allait se dérouler maintenant qu’il devrait faire affaire à Eleazar. Il avait beau bien l’apprécier, cela allait être différent. L’attente pouvait paraître longue, suivant hommes et femmes, races en tout genre, pour atteindre le jeune Featherstone, mais Horace y arriva rapidement.

Il remarqua vite que Eleazar semblait paraître indifférent face au décès de son père, mais Horace n’était pas là pour juger les sentiments du concerné. Pliant le genou, une main sur l’épaule et l’autre prenant son chapeau, le centenaire se redressa alors, s’adressant à Eleazar.

« – Mes condoléances, petit prince... ou devrais-je dire petit roi, aujourd’hui? sourire. Il l’a toujours taquiné, cela ne s’arrêterait pas aujourd’hui, votre tristesse semble flagrante, j’ai hâte de faire affaire avec vous, très cher petit roi. »

Il osa un léger rire avant d’adresser ses condoléances au reste de la famille Featherstone, semblant plus attristée que le jeune homme.

Ne sachant plus que faire, Horace regarda au loin, sans un mot, et ne fit que s’avancer vers la fameuse fontaine, resplendissante et somptueuse en centre de la foule; au fond de l’eau claire brillait un objet, assez petit. Retirant son gant avec grâce, le noble qu’était Horace plongea sa main dans l’eau, trop curieux que pour ne laisser passer une trouvaille. Il en sortir un monocle, et ne lit pas bien longtemps à en conclure sinologue appartenait à Segward, tombé là quelques minutes auparavant. D’un des aéronefs de notre cher vampire, de fait.
Horace se redressa, analysant l’objet, avant de recevoir une vague de froid soudaine auquel il ne s’attendait pas. Et qu’il n’apprécia pas.

Un pli se forma sur son front, ses sourcils se froncèrent et ses yeux d’un naturel pourpre commencèrent à flamboyer. En effet, les vêtements du noble venaient d’être saccagés pas une vague d’eau de la fontaine, à cause d’un être humanoïde que n’arrivait pas à arriver à une cérémonie de façon civilisée. Horace replaça le monocle dans sa poche, avant de soupirer pour reprendre son calme, donnant son chapeau ruiné par l’humidité à son majordome.
Horace fixa l’individu arrivé de façon honteuse, sa main gauche sur son épée, essayant de garder son calme pour ne pas la dégainer. Il attendit patiemment que l’homme, un loup-garou de surcroît, eut fini ses interactions avec il ne sût qui. Puis le jeune Luther s’avança vers le... citoyen, empestant le sang. Comment cela pouvait-il être accepté sur cette place que l’on pourrait dire royale?

« – Navré de vous importuner, mais puis-je me permettre de vous rappeler les bonnes manières? Une arrivée sur la cour des Featherstone ne peut se faire d’une telle sorte, ruinant d’une part ma tenue, d’autre part l’image de l’héritier en ce jour. grand et long soupir, respirer, ne pas s’énerver, et ayez l’amabilité de porter quelque chose d’un minimum... respectueux. Vous faites ainsi honte à toutes les personnes ici présente, ainsi qu’à vous-même. J’aurais honte si j’étais vous. »

Horace s’inclina légèrement, malgré lui; il devait garder la politesse d’un noble et essayer d’avoir la sagesse de son père, il essayait. Encore. Encore. Pourquoi était-il si difficile de garder son arme rangée et devoir tout régler par la parole? Cela l’horripilait, mais il devait respecter ce jour important, lui. Le vampire, même s’il ne l’avouerait pas, avait en lui la tristesse de ne pas participer à ce jour en compagnie de son père, assassiné. L’idée vint à lui que son meurtrier se trouvait peut-être sur cette place. Calme-toi, Horace, calme-toi. Faux. Pourquoi un assassin irait là où on le trouverait le mieux? Il soupira, il fallait penser à autre chose, cela date maintenant.
Le centenaire reporta son regard pourpre vers son interlocuteur, attendant une réponse de sa part, le regard hautain et méprisant.

© Nye-Hael sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 8
Date d'inscription : 14/09/2018
Infos fermées
MessageSujet: Re: Événement premier: La mort pour un roi   Jeu 27 Sep - 20:51

Elle arrive tôt ou tard

Aujourd'hui. C'est aujourd'hui qu'est censé avoir lieu la passation de pouvoir; ce jour qui était censé être un jour de célébration et de bonheur est tout de suite devenu moins joyeux à l'annonce du décès du chef de famille de la famille Featherstone la veille. Bien que cette nouvelle soit triste, la jeune Marie n'était pas vraiment étonnée étant donné l'état de ce dernier avant de rendre l'âme.

Elle s'était donc levée, le matin même avec l'annonce de la veille toujours en tête, devant s'apprêter afin d'assister consécutivement à des obsèques et une célébration. Elle ne savait pas exactement la tenue appropriée pour participer à ce genre d'événements et décida de s'habiller avec une robe bleu foncé et attacha ses cheveux en arrière en ajoutant une chrysanthème dans ceux-ci afin de rendre hommage au défunt.

Une fois arrivée sur la place de Sunrive, elle avait simplement suivi sa famille avant de se ranger dans la file permettant d'aller voir le jeune Eleazard. Tout en attendant son tour, elle regardait autour d'elle les gens qui arrivaient et qui remplissaient de plus en plus la place de la capitale lorsque quelque chose attira son attention. Est-ce qu'elle avait bien vu? Quelqu'un était vraiment arrivé en s'écrasant sur la statue trônant sur la fontaine de la place? Apparemment.

Les gens ont de drôle de façon d'arriver en tout cas.

Sa concentration passa sur autre chose au moment où ce qui semblait être une dispute se fraya un chemin jusqu'à ses oreilles, elle essaya de ne pas s'en préoccuper, cela ne la regardait pas même si cela la dérangeait d'entendre ce genre de choses dans de pareilles circonstances. Une fois arrivée devant le garçon, elle attrapa sa robe avant de faire une révérence devant lui et pris la parole timidement et maladroitement.

- Je.. Je suis vraiment désolée pour ton père.. Et félicitations à toi pour ton nouveau statut.

Après ces paroles, elle s'inclina à nouveau avant de talonner son frère et d'aller s'installer aux places qui leurs étaient réservées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 164
Date d'inscription : 18/07/2018
Age : 18
Localisation : Dans les bras de mon ange
Infos fermées
MessageSujet: Re: Événement premier: La mort pour un roi   Jeu 27 Sep - 22:07

Réforme





Bonjour à tous.
Comme tout le monde le sait déjà, nous avons mis une réforme en place pour le temps de réponse. Elle a été mise en place officieusement il y a quelques postes mais se fait officiellement dès maintenant.
Re-voici l'annonce.

La limite était d'une semaine, mais dû au temps excessivement long d'attente que cela implique pour chacun, et que nous ne souhaitons pas voir cet évent encore d'actualité dans un an, nous avons décidé de la réduire à 3 jours.

Voici les règles:

- Si vous vous rendez compte qu'en 3 jours, vous n'aurez pas le temps de répondre, vous pouvez demander 1 jour de plus ou à être reporter à la fin de l'ordre de passage (uniquement pour ce tour-ci).

- Pour cette première règle, vous devez prévenir l'un des membres du staff avant ou au début de votre tour, le 1er ou 2e jour au plus tard. Nous voulons gagner du temps et non laisser celui-ci passer sans rien faire.

- Si vous n'avez pas prévenu à temps DE VOTRE PROPRE INITIATIVE, votre tour sera passé à celui qui suit et vous devrez attende le tour suivant pour répondre.

Un évent est quelque chose de très important pour un forum. Il en va de soit que si vous vous inscrivez, vous vous engagez à faire avancer l'histoire avec nous, et vous devez donc être ACTIF ET PRÉSENT pour cet évent.

Cette décision a évidemment été prise après discussion dans le staff et avis des membres.

Bonne continuation sur les Chroniques d'Heaven,
Le staff.



----


Death is a mighty,
universal truth...








Tout le monde arrivait dans les temps. Cela lui plaisait bien. Eleazar recevait un à un tous les invités qui venaient le saluer, tous avec une grande politesse, la plupart n’avait rien de particulier…  A part un « félicitation pour votre nouveau rang » et un « sincères condoléances » . Il était après tout évident qu’il n’y avait pas grand-chose d’autre à lui dire avant que le début de la seconde cérémonie commence, car à l’enterrement, aucune discussion professionnelle n’était vraiment autorisée.

Il ne l’avait pas vu, tombé du ciel ainsi… C’est pour cela que l’héritier eut un sursaut en voyant quelqu’un s’écraser sur la statue de son ancêtre… Il faillit entrer dans une colère noire face à cet irrespect… Mais son calme revint quand il vit qui était tombé ainsi… Qui avait atterri dans les bras de la statue qui, si on la regardait ainsi, n’était pas du tout faite pour rattraper qui que ce soit dans ses bras… Et pourtant, lui, il y avait trouvé refuge… Un large sourire s’afficha alors sur le visage de l’enfant qui ne prêtait un instant plus trop attention aux personnes qui s’approchaient de lui.

J’avais donc bien raison, c’est lui !

Le parrain de la mafia Mortimer descendit ensuite de son perchoir et El se concentra donc à nouveau sur les personnes qui attendaient pour le saluer. Jusqu’à ce que celui qu’il venait de voir tomber vint se tracer un chemin à travers les invités et directement venir jusqu’au jeune ailé. Une légère expression de surprise se marqua sur le visage de l’enfant en voyant Siegward s’agenouiller face à lui, il ne s’attendait visiblement pas à tant de sa part.
El lui laissa aussi prendre sa main fine et délicate pour le baisemain. Cela fit sourire l’héritier.

- Je vous félicite pour votre nouveau grade, Monsieur Featherstone, j'espère grandement que nous nous entendrons bien pour faire perdurer notre collaboration...

Si Siegward avait connu Ael si jeune, il ne ferait aucun doute que l’ancien roi ait eu la même allure que le jeune Featherstone… Sans le côté hautain et supérieur que dégageait Eleazar. Car le sourire de ce dernier n’était pas un simple sourire sympathique, mais un sourire rempli d’une grande malice.

- Oh, ne vous inquiétez pas, Siegward… J’ai de quoi renforcer cette collaboration…

Son sourire s’agrandit mais il laissa partir le mafieux sans rien attendre de plus et continua donc de recevoir les autres invités. Le suivant qui marqua réellement l’attention de l’enfant-roi fut un être à nouveau bien plus âgé que lui, même si beaucoup moins que le précédent… Cet être, oh, il le connaissait bien… Toujours à chercher les ennuis, et pourtant toujours à ses côtés et avant, à ceux de son père. Fidèle et serviable… Quel étrange personnage, ce Horace Luther… Mais il est vrai que El était plutôt toujours de bonne humeur quand le vampire passait du temps chez eux.

– Mes condoléances, petit prince... ou devrais-je dire petit roi, aujourd’hui? Votre tristesse semble flagrante, j’ai hâte de faire affaire avec vous, très cher petit roi.

Un rictus d’agacement et de contentement, par rapport aux surnoms que donnait Horace, s’afficha sur le visage de l’ailé lorsque M. Luther plia genoux devant lui. La carrure du vampire était quand même impressionnante. Il était grand, sans nul doute très fort… Mais cela n’impressionnait pas l’enfant… Que faudrait il pour l’impressionner après tout, lui qui voulait devenir roi sans être adulte ?

- Merci, je suis sûr que notre alliance sera fructueuse, vieux noble, comme elle l’a toujours été depuis nos débuts…

Un large sourire s’afficha sur le visage de l’enfant qui ne semblait pas prêt de dire quoi que ce soit sur ce qu’il ressentait réellement, ses sentiments étaient inatteignables, pour tous..  Autant donc ne pas essayer.
Il laissa ensuite partir le chef d’entreprise tout en continuant de recevoir tout le monde. L’héritier suivit tout de même un peu Horace du coin de l’œil pour voir ce qu’il allait faire près de la fontaine… La curiosité de l’enfant, El l’avait toujours… Mais d’où il était, alors que bien du monde venait le voir, il ne vit pas tout… Mais cette personne qui piqua dans l’eau de la fontaine… Il la remarqua bien… Si Horace n’avait pas été proche, El aurait sûrement envoyé la garde présente un peu partout… Quelle énergumène faisait une telle chose ? Il n’y avait pas plus ridicule car en plus aucune explication à un comportement si déplorable à un enterrement… Quelle honte.

Mais El n’avait pas encore le temps de s’en soucier car il avait encore beaucoup de monde à recevoir. Cependant il semblait à nouveau bien indifférent à tout ce petit monde qui ne semblait pas vraiment importer à ses yeux… Il fit cependant une drôle de tête lorsqu’une rose blanche vint se mettre dans son champ de vision…

- Je sais ce que ça fait de perdre un être cher mais j’imagine que vous n’avez pas envie qu’on vous sorte chacun des stupides phrases moralisatrices donc je suis juste là pour vous souhaiter une bonne succession.

Le jeune ailé prit doucement la fleur entre les doigts de sa main gauche et la porta à son visage… Il pourrait sûrement facilement se déguiser en fille… Bref, son regard se posa enfin sur le styliste alors qu’il gardait ainsi son air adorable.

- Merci bien Elias…


Il n’ajouta pas un mot de plus et laissa le membre éloigné de la famille Bleckingham s’en aller pour continuer de recevoir tout le monde…
Peu après, ce fut le tour d’Anderson et cela le fit sourire. Le sourire de l’héritier des Bleckingham n’était pas le même que le sien cependant.
El connaissait Anderson depuis pas mal d’années maintenant, Judes était plus âgé que lui, pourtant Eleazar rivalisait sans la moindre difficulté au niveau de la maturité, ce qui leur permettait aussi de plus facilement discuter. Mais Anderson n'était pas seul, El remarqua vite sa petite soeur qui le suivait de près.

- C’est donc cela la tenue de la grande occasion ?  Je ne crois jamais t’avoir vu comme ça ! 

Un soupire s’échappa de la bouche du jeune ailé avant un bref haussement d’épaule.

- C’était loin d’être ce que j’avais prévu de base, je t’assure…

Un frisson le prit cependant lorsqu’Anderson lui serra l’avant-bras… Celui qui aurait fait cela sans le connaître aurait probablement été envoyé directement en cachot… Mais l’enfant gardait bien son calme, car c’était Anderson, ils se connaissaient. Et même si ce n’était pas le cas, déclencher des problèmes politiques avec les Bleckingham aurait vraiment été stupide… Mais El est loin d’être un idiot…

- Comment te sens-tu ? Ou devrais-je formuler à présent : « Comment vous sentez-vous ? » si je ne me trompe.

Un sourire revint sur le visage de l’enfant, ainsi qu’un léger rire même, avant de poser son regard perçant dans celui de son.. ami ?

- Ahhh, mais depuis toujours tu devais me vouvoyer, Judes ! Mhmhmh…

Le calme revint cependant sur son visage juste après… Regardant juste un moment Anderson d’un air neutre… Non, il ne laissait rien paraître et l’héritier n’aurait donc pas de vrai réponse, il put donc s’en aller et ce fut sa soeur qui prit brievement la parole en faisant une légère révérence qu'on avait dû lui apprendre.

- Je.. Je suis vraiment désolée pour ton père.. Et félicitations à toi pour ton nouveau statut.

Eleazar se contenta de la remercier d'un hochement de tête et d'un "merci" neutre comme il le faisait un peu avec tout le monde. Il n'était pas proche de cette jeune fille qui... Était plus âgée que lui mai semblait n'avoir que moins avec son air si intimidé... Eleazar se serait fait une joie folle de l'ennuyer, mais il n'en avait pas le temps ni l'envie pour l'instant. Il la laissa donc repartir avec Anderson pour recevoir le reste du petit monde présent.

Petit à petit, la foule se recula de l’estrade pour prendre place en face de celle-ci et bien s’arranger, assis ou pas… La plupart était debout d’ailleurs, il n’y avait de places assises que pour les Featherstone, les Bleckingham et les Oakley… Une place avait aussi été réservée pour le parrain des Mortimer, mais c’est tout. Tout le reste du petit monde devait se tenir derrière, debout, sur cette immense place.

Quand El eut enfin fini avec les salutations, il n’attendit rien de plus pour faire volte-face et aller vers la tribune qui faisait face à tous. Tout de même bien élevée, El verrait tout le monde, et tout le monde le verrait… Ou presque en tout cas !

D’un pas lent, je grimpai les quelques marches qui me séparait de la tribune où rien ne m’attendait… Pas une note. Mes conseillers m’avaient maintes fois demandé d’en faire pour éviter le moindre trou… Pour qui me prenait-il donc ??? Je n’ai pas besoin de ce genre de futilité ! Il n’y a que les incapables qui ne savent pas s’exprimer.

Une fois au sommet de la tribune, le regard d’El se baissa d’abord sur le drap blanc qui couvrait toute la petite estrade qui se trouvait juste devant lui.

Je ne mourrai jamais à cause de cette chienne de maladie.

Puis l’ailé leva son regard vers la foule qui, en partie, s’était tue en me voyant sur la tribune. Mais une partie parlait encore, on finissait des discussions, on se mettait correctement… Bref, El laissa encore un moment à chacun en profitant de ce moment pour accrocher la fleur d’Elias aux décorations de son chapeau… Ensuite il s’appuya contre la tribune en regardant ses ongles, bien tranquille et plongé dans ses pensées, il était dans une bulle que personne ne pouvait percer pour y entrer.

On lui fit un signe… Peut-être pour lui signaler que les micros étaient branchés… Oui, c’était sûrement cela, car la main qu’il regardait juste avant relâcha d’un coup son index en arrière d’un geste nonchalant pour venir taper le devant de l’un des microphones… Ce qui fit un petit bruit qui en ferait sursauter plus d’un, accompagné d’un grésillement désagréable juste après.

Mais cela suffit à tous les faire taire… Très bien ~

L’ailé se redressa, ses deux mains posés sur les bords de la tribune, son regard balaya tout d’abord la foule d’un air sévère… Et enfin, il parla.

- Bonjour à tous. Merci d’être venu en ce jour si spécial pour moi et ma famille.

Sa voix forte et claire résonnait sans mal sur toute la place… Il n’avait que 12 ans… Mais son intonation donnait l’impression qu’il avait déjà fait cela pendant toute sa vie… Mais c’était son tout premier discours.

- Vous savez tous, qu’aujourd’hui va être célébré ma montée en grade au sein de ma famille. D’héritier je passe à régent. Malheureusement, certains d’entre vous, non-Azuriens, ne savez pas que mon père n’assistera jamais à cette cérémonie. Il a en effet rendu son dernier souffle hier soir…

Une brève pause, sa voix avait pris à présent un ton plus grave, il ne laissait rien transparaître cependant, un véritable homme politique.
Alors il se pencha en avant pour attraper le bout du tissu blanc qui couvrait l’estade et, d’un coup sec, il l’envoya plus loin… Le drap laissa alors à sa place l’estrade en bois poli et, posé dessus, un superbe cercueil blanc aux diverses gravures en or sur chaque côté. Le dernier lit de l’ancien régent des Featherstone était superbe, une œuvre d’art même.
Le drap avait été rattrapé par un garde du jeune ailé et, juste après avoir repris sa position précédente, il reprit la parole, l’air toujours grave.

- La maladie orpheline dont il était atteint l’a emporté. Nous savions tous que cela ne tarderait plus. Mais il était impensable que cela arrive aujourd’hui… Il est cependant de mon devoir d’honorer sa mémoire et prendre la place qu’il m’a cédé… Je ne pouvais cependant pas me permettre d’omettre cette tragédie. Il en allait de soi que je devais donner une partie de cette journée à son âme.

L’ailé leva seulement une fois la main pour repousser une mèche de cheveux qui venait trop loin sur son visage, cela lui permit de s’arrêter un moment avant de reprendre.

- Mon père m’a tout appris. C’est lui qui m’a formé dès mon plus jeune âge pour que je puisse prendre la main quand l’heure viendrait. Certains d’entre vous savent déjà que j’ai assisté à plusieurs réunions à ses côtés avant de tout bonnement le remplacer lorsqu’il ne fut plus capable de les mener. Je me sens donc parfaitement capable de prendre la relève sans être tûteler par qui que ce soit en attendant ma majorité. Mon père m’a déjà apprit tout ce que je devais savoir et a choisi de sa propre volonté que je lui succède immédiatement.
Il était un parent formidable qui m’apportait une attention toute particulière que je ne peux nier. Il était aussi un très bon chef de famille et je compte bien suivre ses pas et agrandir encore davantage l’histoire de notre illustre famille.


Un léger brouhaha jouissif se fit entendre quand je prononçai ses derniers mots, mais je le fis rapidement taire d’un mouvement de main avant de reprendre.

- Étant donné que l’enterrement ne sera pas publique, je propose à tous une minute de silence en son honneur.

Et je me tus… Et le silence régna sur Azura… Pas un bruit ne vint troubler ma demande… Si jamais ça arrivait, d’ailleurs, mes gardes étaient partout, derrière moi, à côté, autour de la place, dans la foule même ! Et celui qui ne respecterait pas mes dires se verrait envoyer directement en prison pour une peine de mort assurée… Un outrage pareil n’était pas acceptable.

Eleazar ferma les yeux pendant ces 60 secondes de silence parfait. Il pensa à beaucoup de choses… Son père, tout ce qu’il venait de dire et tout ce qu’il allait encore dire…
La minute s’écoula et personne n’osa prendre la parole tant qu’Eleazar lui même n’ouvrait pas la bouche.
L’ailé ouvrit les yeux, et ensuite il se regarda la foule.

- Merci.
A présent, il me faut respecter ses attentes. Je suis dès aujourd’hui régent de la famille Featherstone. Mon père m’en voudrait si je ne me présentais pas comme tel face à vous.


Un sourire mesquin prit place sur son visage.

- Ceux qui ne me connaissent pas pourraient sûrement penser qu’un gosse de 12 ans tel que moi n’a pas sa place dans le monde dur et sans pitié de la politique…. Mais je vais laisser ceux qui me connaissent vous affirmer que je suis parfaitement à la hauteur pour affronter tous ceux qui le souhaitent.
Je sais évidemment que vous n’êtes pas tous de mon côté… Même si la majorité l’est.. Évidemment tout le monde ne peut pas avoir le QI nécessaire pour le comprendre….

Vague de rire dans la foule… Majoritairement composée de riches nobles, il n’y avait probablement que les Oakley pour faire la tête à ce moment là.

- J'ai maintes et maintes projets pour mon règne qui sera, je l'espère, plus long que celui de mon père.

Le mot règne n'avait pas été choisi à la légère par le jeune ailé qui ne pris pas la peine d'énoncer le fait que réinstaurer la monarchie était dans ses plans. Il savait bien que les Featherstone avait plus de prestiges aux yeux de tous, la famille la plus influente et la plus vieille après tout... Eleazar avait donc déjà presque une place de roi pour certains... Mais ce n'était pas la même chose pour beaucoup.. Juste l'appeler "roi" par mégarde ou qu'il le soit vraiment... Les Bleckingham n'auraient pas grand chose à y perdre... Mais les Oakley, eux, énormément... Soit, Eleazar ne parla juste pas de cela car il n'était pas idiot et ne préférait pas se faire des ennemis, mais ce plan, il ne le cachait pas et le dirait à n'importe qui en tête à tête sans la moindre gêne.

- Je ferai par exemple en sortes d'améliorer les recherches scientifiques, dans le domaine médical ou autre. Car les industries tournent à plein régimes mais les sciences sont souvent mises de côtés, hors, elles sont ce qui expliquent notre monde! Il est grand tant de l'exploiter à plein régime!

Beaucoup furent joyeux de cette nouvelle et un nouveau brouhaha de contentement se fit entendre, mais El reprit et le silence revint.

- Messieurs... Mesdames... Je voulais aussi rajouter autres choses... Ne trouvez-vous pas ce monde très petit? Est-ce vraiment possible que l'écosystème que Heaven forme s'arrête uniquement à trois bouts de terres volantes? Moi je n'y crois pas! Nous avons pourtant arrêté les vrais recherches depuis des décennies! Je ne trouve pas cela correct et je compte relancer des expéditions dans les 4 points cardinaux... Mais aussi en bas!

Les plus dangereuses... Descendre sous les îles étaient quelque chose de très complexe car une des couches de nuages sous les îles étaient constamment gonflées d'orages et tempêtes, personne n'avait réussi à descendre en dessous vivant... Il était donc tant de lancer des nouveaux travaux dans l'aviation.

- Je pense en avoir dis déjà bien assez... Il est temps que je clôture ce discours pour passer à la suite de cette journée.

Son regard se posa un instant sur le cercueil ce qui laissa quelques secondes de silence profond... Mais enfin El releva le regard et fit un mouvement de bras pour le tendre vers le château qui était dans son dos et face à son public.

- Je vous invite tous à entrer chez moi pour vous diriger vers la salle de réception où toutes discussions seront tolérées...

Alors qu'Eleazar allait descendre de la tribune, il fut quelque peu surpris du tonnerre d'applaudissement qui suivit. Mais il en sourit grandement, plus que satisfait.

J'espère que tu es fier de moi, père.

Le jeune ailé laissa ensuite l'estrade pour se diriger vers le chateau, laissant le cercueil et le reste de sa famille derrière lui... Il n'avait pas besoin de faire le deuil plus longtemps. Il avait une montagne d'invité à gérer.

Personne ne tenta de dépasser Eleazar qui menait donc la marche vers sa demeure immense. L'ancien château des rois, la demeure actuelle de la Famille Mère, la future demeure d'un roi...

El n'eut pas à fait zigzaguer la foule très longtemps car la salle où il les menait se trouvait juste derrière le sas de l'entrée.
Que dire de cette pièce? Plus grande qu'une villa... Surtout très longue, elle était larges facilement d'une quinzaine de mètres, et le long de ses murs se trouvaient de longues tables remplies de diverses gourmandises et plats, mais aussi énormément de boissons, pour les enfants comme pour les adultes.
Les murs latéraux ne possédaient évidemment pas de fenêtres étant donné que la pièce était en plein cœur du château mais il y avait tant de lumière aux plafonds et sur les murs que l'immense pièce n'était en rien sombre.

Les murs étaient aussi joliment décorés de cadres et gravures, oh, évidemment il y avait toutes les peintures de tous les rois, c'était El qui les avaient fait remettre. Ce qui pouvait impressionner aussi, c'étaient les gigantesques rouages qui tournaient au plafond. Il n'était que partiellement dans la pièce et leur bruit léger étaient surement bien agréable dans le silence. Mais ils n'étaient surement là que pour décorer.

Tout aussi impressionnant, c'était le trône. Au fond de cette pièce de facilement 35 à 50 mètres de profondeur se trouvait une "alvéole". C'est-à-dire que le bout de la pièce était un cercle légèrement découper du reste. Et au centre de cette "alvéole" se trouvait le trône des anciens rois. Le trône d'Eleazar.

Oh, il n'avait pas changé, toujours bien sur-élevé, toujours aussi majestueux, seul les coussins étaient nouveaux et choisi par Eleazar; du rouge.
L'alvéole était, elle, éclairée en partie par la lumière naturelle car derrière cette pièce se trouvait le jardin intérieur. Une superbe mosaïque de verre multicolore avait été placée derrière le trône de tel façon à donner un air de dieu à celui qui se mettrait à son sommet... Avec les lumières qui venaient entourer la silhouette... Magnifique...

Mais n’espérez même pas y monter une seconde "pour le fun" car des gardes sont postés à sa base et quiconque l'approcherait sans l'accord d'Eleazar risquait gros...

Après tout, la fête se passait dans le reste de la pièce.

Eleazar tendit les bras en se tournant vers le monde qui le suivait.

- Soyez les bienvenu chez moi!

Il marcha à reculons dans la pièce, plus souriant que jamais, tout en laissant tout le monde entrer. Les discussions ne tardèrent pas... Surtout avec lui évidemment! Mais le jeune régent tout nouvellement nommé semblait surtout vouloir revoir le mafieux pour rapidement faire ce qu'il avait prévu avec lui et tenter d'avoir aussi les Mortimer à porter de main comme l'avait fait son père avec les Ainsworth...

Deux mafias vaut toujours mieux qu'une...




JOUEUR 1
Eleazar
JOUEURS
2,3,4,5,...
©️ Halloween sur Never-Utopia


_________________
Eleazar se moque en #990066.

merci à mon coeur pour ce cro beau dessin *^*:
 

Petits croquis de Eleazar <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 30
Date d'inscription : 26/08/2018
Age : 20
Localisation : La tête dans les étoiles
Infos fermées
MessageSujet: Re: Événement premier: La mort pour un roi   Sam 29 Sep - 12:35




L'ennuie.
L'ennuie, l'ennuie et toujours l'ennuie.
Décidément, il n'y avait rien d'amusant à observer d'où j'étais : des chamailleries de riches, des lèche-bottes... Ah, une autre personne tombe aussi dans la fontaine après mon passage. Je m'étais même mis longuement à le fixer pour m'assurer que la statue  n'était pas endommagée par cet individu, heureusement pour lui que ce n'était pas le cas, sinon j'aurais réagi bien plus rapidement que les gardes ne l'auraient fait.
Durant mon attente, j'avais fini par me déplacer doucement jusqu'à une façade du palais, j'étais moins visible d'ici avec l'ombre du bâtiment qui me recouvrait, mais Kieran me retrouverait facilement, je ne m'inquiétais pas pour ça. Je continuais donc de fumer, mais pour cela, j'avais besoin de poser ma mallette au sol pour utiliser ma main encore capable de bouger. En patientant, j'eut le temps de réfléchir sur ce que m'avait dit Eleazar... que pouvait-il avoir en tête pour renforcer notre collaboration ? Mais par-dessus tout, comment a-t-il eut connaissance de mon prénom ? Il avait dû se renseigner à mon sujet, jusqu'à présent, je ne l'avais jamais rencontré en vrai, je ne me suis donc jamais présenté à lui et je n'ai jamais eu le besoin d'envoyer une lettre à sa destination. C'était étrange, trop étrange, il devait vraiment vouloir les Mortimer sous son commandement pour être si sûr de lui.

Bon, mon éternel ennuie finit par se calmer quand je finis par apercevoir Kieran, j'avais presque envie de dire haut et fort "enfin quelqu'un d'intéressant  ici !", mais il était impensable que je le fasse. Le loup-garou avait dû me voir tomber, lui aussi, vu son visage, je ne m'y trompais pas, je n'eus même pas besoin de présenter mon bras pour qu'il devine que mon membre était blessé.

- Je.. mh.. Je vous ai vu tombé du ciel… Est-ce que vous allez bien ? Puis-je vous rendre quelconque service ?


Je terminai ma cigarette avant d'écraser celle-ci contre le bâtiment je prenais appui, laissant tomber le mégot parterre sans remord, je vins prendre mon bras déboîté et cassé afin d'essayer de le remettre en place. Mais il était encore trop tôt, si je forçais trop, je risquais de briser davantage mes os de cette manière. Je devais attendre que le tout se soit régénéré pour pouvoir le remettre correctement. En attendant, je levai mon regard afin d'observer le loup, décidément, il est grand, bien trop grand... mais c'était une des raisons secondaires de pourquoi je l'avais fait venir.

Bien ? Non, ça ira mieux une fois qu'on sera parti d'ici... Regarde moi tous ces hypocrites réunis justes pour faire bonne figure... J'espère que tu es prêt à jouer les bêtes de foire, car on va être les deux chiens mal famé des Featherstone durant cet événement...

Finalement, je n'avais même pas répondu à sa question en tant que telle, je venais surtout d'évacuer toutes les paroles que je retenais au fond de moi et que je ne pouvais exprimer à qui que ce soit jusqu'à présent. J'avais bien choisi mon lieu d'attente, légèrement isolé du reste de la foule, j'avais peu de risques qu'on ne m'entende, et même si on venait à m'écouter, je m'en moque pas mal. Finalement, cela m'avait soulagé d'avoir dit ce que je pensais réellement, après tout, Kieran serait bien la seul personne avec qui je pourrais me comporter normalement. Moi qui avais commencé un mauvais début de journée, me retrouver avec un membre des Mortimer me remontait un peu le moral, c'était à un point que j'en trouvai un sourire. Un sourire, peut-être, mais un sourire sans vie avec une infime  joie qui était à peine visible et pourtant sincère, mais il fallait vraiment me connaître pour faire la différence de quand je suis vraiment heureux ou non. Je repris ma phrase que je n'avais même pas terminée, il faut que je reste un maximum comme je le suis d'habitude avec mon garde du corps afin qu'il ne se doute de rien.

...mais bon, toi, tu dois avoir l'habitude de ce genre de chose, puisque tu es un chien. C'est d'ailleurs pour cela que je t'ai choisi, apprends-moi à donner la patte et à remuer la queue aux moments les plus fatidiques de cette journée.

Bien sûr, je faisais allusion à son côté loup dans mes mots. Je laissai échapper un léger rire, mais je finis par retrouver mon sérieux, je ramasse ma valise tout en me redressant pour quitter le mur du palais afin de rejoindre l'autre mafieux. Une fois côte à côte, je remarquais aussi que davantage de monde était tourné dans notre direction afin de nous observer, on se faisait doucement reconnaître, finalement, je n'avais pas si tord dans mes propos... on allait vraiment endosser le rôle d'animaux de cirque.

- Je suppose que vous avez déjà été salué le concerné ? Je me présenterai à lui lorsque vous retournerez lui parler…


Néanmoins, je ne dis rien à la seconde phrase de mon garde du corps, un simple hochement de tête comme réponse. Le temps manquait, le discours d'Eleazar allait commencer, et je n'ai pas encore abordé le sujet le plus important que j'avais à dire à Kieran. Pour l'instant, mon sourire sincère restait présent, mais celui-ci deviendrait faux et hypocrite comme ceux des gens de cet endroit juste pour faire bonne figure face au nouveau dirigeant des Featherstone.

Je plaisantai... à moitié... Enfin, je vais te faire un topo rapide, ce qui va se passer aujourd'hui va être extrêmement barbant, surtout pour toi, mais il va y avoir pas mal de choses qui vont être en jeu aujourd'hui. Tout ce qu'il faudra faire, c'est parler quand on nous le demande, sinon le reste du temps... On écoute... On acquiesce... On se tient bien... Et on croise les doigts pour pouvoir vite s'en aller d'ici. J'aurais préféré ne pas te faire affliger ça avec moi, mais tu de doute que si j'étais venu seul, on ne m'aurait pas pris au sérieux sur le potentiel des membres des Mortimer. Ta présence et ta réputation suffiront à elles seules d'appuyer mes propos, et puis, tu sais bien te tenir dans ce genre de moment...

Je venais de finir tout ce que j'avais à  lui dire, à présent, il fallait rejoindre la foule pour faire face à la tribune où allait prendre place l'ailé. Un siège m'était réservé, je n'hésitai pas à m'installer dessus, malgré que je devais surement faire tache à côté des autres familles mères assit au même rang que moi. Cela me plaisait beaucoup, j'aurais même tenté de discrètement avancer mon siège de quelques mètres pour être plus en avant qu'eux, mais je n'étais pas fou et je ne tenterais pas le diable. S'ils voulaient, ils pouvaient me critiquer, mais ma posture était impeccable, malgré mon bras blessé, je me tenais très bien, ayant déposé ma mallette à mes pieds, ma façon de me tenir était digne des anciens nobles, après tout, c'était à cette époque et à ce rang que j'ai été élevé, les habitudes restaient.
A présent, j'étais totalement attentif au discours de l'héritier, ses tests de micro ne me firent pas sursauté personnellement, de même à l'annonce de la mort de son père, il m'était facile de le deviner, car quand je suis allé saluer le reste de la famille des Featherstone, le père absent, et le reste de la famille en larmes à part Eleazar... cela expliquait ce soudain changement de régent. Mais soit, à la minute de silence, je rejoignis toutes les personnes présentes pour ne faire aucun bruit en l'honneur du décéder,  contrairement au moment de la "plaisanterie" du Featherstone. Je ne suivis pas l'enthousiasme de ceux qui c'étaient mis à rire, mon expression faciale ne changerait pas du début jusqu'à la fin du discours, après tout, nous les Mortimer, nous ne sommes pas spécialement attachés aux dirigeants d'Heaven contrairement aux Ainsworth. A la suite de ses propos pour les recherches d'un monde possible sous les îles flottantes, cela ne me fit ni chaud ni froid, ce genre de chose ne nous concernait pas, quoique, à l'avenir, cela pourrait être une source de revenu assuré... Mais je réfléchirais à cela plus tard, il faut que j'applaudisse comme tout le monde à la fin du discours d'Eleazar.

Maintenant qu'on était convié à rejoindre le palais, je me levai de ma chaise sans oublier ma valise, que j'aurais pu d'ailleurs confier à Kieran, mais cela ne me traversa même pas l'esprit. Je suivis le mouvement jusque dans la grande salle où allait se dérouler la suite, finalement, on aurait même pas eu besoin de me guider, je connais parfaitement cet endroit, et revenir ici me remplit de nostalgie que je ne laissais pas entre voir. Je pris quand même le temps de tout observer, des siècles me séparaient de la dernière fois que j'étais entré ici, et ça avait beaucoup changé, en mieux ? Je ne suis pas certain, les peintures de tous les rois précédents le gouvernement actuel me perturbait, j'imagine qu'il y aurait le portrait d'Ael, mais je ne pris pas la peine de le chercher car je le verrais bien trop vite si c'était le cas. La nourriture présente sur les tables ne m'attirait pas, la seule chose qui m'intéresserait serait l'alcool, à moins que je ne tombe sur un plat qui me donne vraiment l'envie d'être dégusté, surtout que je ne doutais pas que mon garde du corps allait se servir plusieurs assiettes avant d'être rassasié.
Mais je devais garder en tête la raison de pourquoi j'étais ici, je restais tourné vers où se trouvait Eleazar, déjà bien entouré, il allait surement enchaîner les différentes discussions et serait probablement peu disponible. Je devrais donc tenter une approche un peu forcée, mais avant cela, je me tournai un instant vers Kieran.

Je vais aborder le nouveau régent... Le temps que je le rejoigne, tu veux bien nous apporter un verre à tous les deux ? J'ignore ce qu'il y a de disponible comme boisson, mais fait en sorte que l'on marque des points.

Cette "mission" que je lui confiais semblait anodine, et pourtant, je prenais chaque détail au sérieux. Après ma requête, je vins rejoindre la foule entourant le petit dirigeant, cette fois-ci, je ne pressais personne de s'écarter de mon chemin, j'attendais que chaque discussion soit terminée pour me frayer un chemin jusqu'à lui... même si lorsque quelqu'un parlait trop longtemps, je me m'étais doucement à tousser d'impatience pour attirer l'attention avant de fixer la personne en question d'un regard meurtrier pour qu'il se dépêche d'en finir.

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 17/07/2018
Localisation : Sur le premier ver d'une poésie
Infos fermées
MessageSujet: Re: Événement premier: La mort pour un roi   Dim 30 Sep - 15:25

PARCE QUE LA MORT EST UN VÊTEMENT QUE TOUT LE MONDE PORTERA UN JOUR OU L’AUTRE…
Je n’étais pas venu à cet événement pour créer des remous, ni pour devenir un manipulateur mais impossible de rester totalement calme face à tant de sottises ; parce que oui je reste encore poli en parlant, sinon je crois que j’aurais déjà heurté toute la rangée de nobles en ayant prononcé les mots que je pensais. J’avais juste l’impression qu’ils étaient tous plus des enfoirés les uns que les autres et que moi je ne faisais que l’hypocrite en venant me présenter ici rien que par politesse encore. J’étais certain que dans cette foutue assemblée, il y en avait à la pelle qui venaient pour pavaner, ou encore devenir carrément des lèche-bottes. Tout ce que j’avais envie c’était de me tirer de ce nid à hypocrites qui m’horripilait. Pourtant j’avais bien l’air de m’y fondre dans cette masse de gens que je n’aimais pas plus que cela et je ne prêtais même pas attention à venir reconnaître des personnes que j’aurais pu apprécier ou non ! Rien à faire je voulais foncer tête baissée à une place discrète et me faire oublier pour le moment. Je regrettai presque d’être venu habillé en couleur et avec trop d’élégance pour me fondre dans la classe moyenne de Zénith. Mince alors, mes créations avaient toujours un petit côté riche d’Azura en fait.

Elias voulut alors scruter quelle heure il était afin de savoir si le discours sans doute prévu par le nouveau régent. Il regretta donc sur le moment d’avoir littéralement lancé à sa mère le bijou qu’il avait dans sa poche de manteau, mais sa montre lui servait encore. Le discours n’allait pas tarder à venir et le mage finit de mauvaise grâce par se ranger derrière la rangée des Bleckingham, mais si l’un d’entre-eux avait la mauvaise idée de venir lui parler de quoi que ce soit il ne le supporterait pas.  
Les invités semblaient affluer encore un peu, mais la masse se disciplina un peu mieux quand les gens durent reprendre leurs places respectives. L’espace se creusa un peu entre les premiers rangs et l’estrade où se tenait Eleazar. Les places de premiers choix furent pour les trois familles fondatrices et cela Elias ne l’avait aucunement raté, mais il observa de l’arrière une place un peu plus seule, mise en avant et pourtant un rien en retrait. Il ne vit pas clairement qui y était assis dessus pour le moment car trop de gens venaient entraver son champ de vision. Les salutations semblèrent plus ou moins prendre fin, évidemment l’entièreté des invités n’avaient pas dû passer auprès du jeune ailé dans l’immédiat, il y aurait d’autres occasions par la suite.
Une tribune avait été disposée au sommet de l’estrade pour être mise en élévation et être tournée vers l’entièreté des invités de l’événement.
Elias regarda alors d’un œil attentif, très même comment Eleazar allait procéder. Doucement il vit donc l’héritier qui n’en était plus un à présent gravir deux trois marches et se placer correctement devant le pupitre de la tribune. Globalement dans l’ensemble le calme revint dans les rangées et la masse que créait la classe moyenne s’était tue. Un bruit de fond restait cependant et le mage le perçut, se retournant à un moment pour sonder les gens dans la foule et à nouveau regarder Eleazar H. Featherstone qui semblait attendre un silence commun tout en ayant baissé le regard sur ce qui devait être le cercueil sous un grand drapé blanc immaculé. Le discours finit par commencer après une approbation du fonctionnement des micros. Ceux qui parlaient furent sans doute surpris car ce grésillement dans le microphone et cela eut le mérite de les faire taire une bonne fois pour toute.
Le mage écouta attentivement le discours, restant debout juste derrière la noblesse, se concentrant sur les paroles et pas sur autre chose qui allait encore l’énerver. On aurait pu être étonné de la qualité d’un tel discours de la part d’un enfant d’à peine douze ans, mais Elias n’en attendait pas moins de la part d’Eleazar. Une très belle voix qui résonnait à travers la foule et qui aurait pu convaincre quiconque d’obéir à ce qu’il disait. Il respirait déjà toute l’assurance après avoir seulement dit deux phrases. L’annonce du décès de son père semblait avoir déstabilisé certain et fait pleurer d’autres. Sa voix n’avait semble-t-il pas vaciller quand il avait dit cela à plat. Eleazar devait n’avoir rien laissé transparaître de ses émotions selon Elias, comme à son habitude sans doute. Car le peu de temps qu’il avait passé en sa compagnie, il n’avait pas agi différemment. Ses pensées restaient insondables même dans ses gestes, la technique y était. Le cercueil fut donc dégagé de ce drapé très rapidement révélant quelque chose qui ressemblait carrément à un monument tellement il était travaillé. Eleazar ne parut pas trop s’attarder et repris son discours de sitôt tandis que la foule observait le cercueil d’un œil attentif et mélancolique. Tout avait été pensé dans les moindres détails. Le jeune garçon parla de cette fameuse maladie, mais à peine pourtant. Eleazar avait les mots justes et il ne butait pas sur ses mots, ne semblait pas les réciter non plus : c’était tout un art apparemment et il remplissait la tâche avec brillo. Elias ne put s’empêcher qu’il ferait sans doute pour de nombreuses choses de bons choix dans son règne malgré son petit côté tortionnaire et archaïque. Il fit un émérite à son père puis une minute de silence unanime fut exhaussé en la mémoire de ce défunt qui reposait devant tout le monde. Même la légère brise à l’arrivée s’était calmée, comme si même le vent avait décidé de ne pas faire de bruit : un silence imperturbable sans aucun doute. Car le premier qui aurait eu le malheur de briser celui-ci, Elias ne voulait même pas savoir quelles en seraient les conséquences pour celui-là. L’île d’Azura était plongée dans une bulle de deuil qu’Eleazar éclate en remerciant l’assemblée pour enfin reprendre la parole de façon toujours aussi audible et posée.
Le mage sourit au moment où Eleazar dit qu’il ne serait qu’un gosse de douze ans pour ceux qui ne le connaissaient pas. Le styliste ne le connaissait cependant pas vraiment, mais il aurait pu assurer à n’importe qui que si c’était quand même un gosse, il n’en était pas des moindres et qu’il n’en avait que l’apparence. Le nouveau régent avait même réussi à faire globalement rire la foule et cela parut détendre un peu l’atmosphère qui conservait un côté lourd.
L’évocation des projets intéressa Elias qui trouva cela plutôt ambitieux, mais rien ne semblait arrêter ce jeune ailé.
Son monologue finit par se terminer doucement mais personne n’avait manqué de respect à son égard. Le mage se demandait vraiment à quoi pensait Eleazar une fois son discours prononcé alors qu’il redescendait gracieusement de son estrade. Le deuil ne se lisait pas clairement sur son visage, mais le styliste ne pouvait pas se résoudre que le garçon s’en fichait. L’ensemble de ses paroles avait été parfaitement prononcé.
Les festivités allaient débuter, et peut-être que certain n’attendait que cela alors que le mage n’était quasi venu que pour peut-être voir sa mère et écouter son discours. Le reste de la fête, cela ne l’intéressait pas plus que cela au final et il regarda le garçon vêtu de ses créations tracer au milieu de la foule qui finit par le suivre un pas en arrière toujours.
Elias se résolut tout de même à suivre le mouvement pour ne pas faire tâcher et filer à l’anglaise serait impoli. Les rangées se levèrent donc et sa mère se retourna sur lui, le toisant comme si elle allait le tuer, mais ce serait peut-être l’inverse.

Que voulait-elle donc encore ? Ça ne lui a pas suffi de venir le heurter une nouvelle fois ? Il est vrai que j’avais peut-être mis les feux aux poudres, mais je ne voulais pas de scandales publics. Après, il ne fallait pas compter sur moi pour faire ami-ami. Les Featherstone s’étaient levés les premiers puis ensuite les Bleckingham et les Oakley qui avaient l’air de sans cesse rester sur le banc de touche. Le brouhaha avait recommencé et on aurait pu facilement perdre quelqu’un qui nous accompagnait. Moi j’avais l’avantage de n’avoir personne à surveiller ou retrouver obligatoirement.

Elias se détacha de la foule afin de progresser plus facilement et quand même atteindre le château pour voir ce qu’il en était de la réception. Il longea les murs sans toujours prêter attention à s’il passait impoliment devant quelqu’un qu’il aurait dû reconnaître. C’est à peu près rapidement qu’il rejoignit la direction de la grande salle qui s’étalait à présent devant ses yeux. Le plein cœur du château était ouvert à tout ce public.
L’ensemble avait été préparé avec soin, de la vaisselle impeccable, une argenterie sortie et des verres clinquants. On aurait presque dit une décoration du style des mariages sans tous les frous-frous affreux évidemment puisque la décoration était irréprochable. Il y avait de tout pour tout le monde. Le mage s’attarda sur les pans de murs recouverts d’œuvres d’art bien connues puisque c’étaient des membres de l’ancienne royauté. Le travail artistique était fin et précis, impressionnant carrément.
Ce qui dominait encore plus le reste devait être ce trône, très ancien tout au fond de la salle dans une sorte d’alcôve. Eleazar allait donc s’élever majestueusement aux yeux de tous dans ce siège et un rien remis au goût du jour. On aurait dit une sorte d’autel d’adoration qui venait vers les dieux. Avec ces belles transfusions  de couleur derrière le trône, formant des reflets harmonieux et éclairés. Un véritable halo de lumière. Franchement, Eleazar ne se prenait pas pour n’importe qui !
Cette géante salle, le mage s’en souvenait et il avait même peu trop cherché Eleazar lorsqu’il était héritier dans cette même pièce, rien de bien méchant non plus évidemment. Le jeune ailé l’avait reçu en le regardant bien du haut de son trône et il s’en souviendrait toujours !
Elias s’était avancé dans l’assemblée jouant un peu de coups de coudes pour se frayer un chemin convenable et ouvrit doucement son manteau bleu aux reflets turquoise. Il afficha un sourire plutôt naturel même si dans le fond il n’était pas tellement d’humeur.
Une multitude de choses à manger et à boire étaient présentes, des mets qui avaient l’air succulents : le mage n’avait pas tellement faim mais se décida à aller se chercher un café pour ensuite venir discuter avec des gens. Il repéra assez vite l’endroit où il pourrait trouver ce qu’il cherchait.
Ses yeux doux et charmeurs avaient retrouvé un certain calme et d’un pas assuré il s’avança dans un tunnel de gens. Le mage était plutôt grand, mais certainement pas deux mètres non plus ! On va dire qu’il avait la taille juste bonne pour repérer les gens et les éléments dans la salle sans devoir se mettre sur la pointe des pieds.
Il enleva précautionneusement son chapeau pour le prendre en main et arriver auprès d’un serviteur qui se chargeait de prendre des commandes. Pour la première fois de la journée, il regarda enfin les gens qui l’entourait et reconnu plus de gens qu’il ne l’aurait cru. Il croisa le regard d’un ami qui lui fit signe de s’approcher mais il attendait patiemment son café pour le moment. Une fois la tasse entre ses mains et une douce chaleur entre ses lèvres, il sentit une main se poser sur son épaule et sursauta, manquant de reverser tout le liquide chaud dans sa tasse.
Et si on continuait la petite discussion de tout à l'heure , entendit-il avant d'avoir pu se retourner.
Elias fit volte-face et aurait volontiers déversé l'entièreté de son café sur cette femme s'il n'avait pas du attendre aussi patiemment pour l'obtenir.
Vous allez me lâcher !, dit-il fermement en reculant. Il scruta les réactions des gens à côté et ne voulait pas de nouvelle petite disputes comme tout à l'heure. Des personnes venaient de se retourner vers eux et il chercha désespéramment un échappatoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 26
Date d'inscription : 11/08/2018
Age : 15
Localisation : Des ruines ou une forêt
Infos fermées
MessageSujet: Re: Événement premier: La mort pour un roi   Mer 3 Oct - 11:27






La mort, est une chose tragique




Après avoir terminé de parler à mes collègues, je suis interpelé par un homme, qui semble t’il a subit les conséquences de mon arrivée disons… particulière.
Je l’observe rapidement, avant de m’avancer. Il me semble l’avoir déjà vu, lors d’un de mes passages, dans une des nombreuses réunions sur les technologies des îles. En regardant plus attentivement sa tenue, je constate qu’il possède plusieurs signes se rapportant à la famille Luther.

Cette famille est très intéressante du fait de son histoire, cette dernière serait à l’origine des aéronefs, cette technologie qui m’intéresse, surtout du fait de l’ergonomie dont font preuves ces machines. Si je pouvais en apprendre plus sur ces engins, je serais probablement capable d’améliorer certaines capacités que possède les automates. Je devrais donc essayer d’être le plus amicale possible, en vue d’un accord prochain entre moi et cette famille.
Après ces quelques secondes à peine de réflexion, il critique ma façon d’être arrivé et ma tenue. Bon, pour la tenue, je viens de changer de veste, donc cela devrait aller. Pour le reste, il ne me reste plus qu’à essayer de remonter dans l’estime de cette personne.

J’observes qu’il tient sa main fort près de son épée, un homme d’action ? Peut-être, mais même si un duel dans les règles de la noblesse me plairait bien, cela n’est ni le lieu ni le moment pour en faire un, surtout que je me suis déjà bien assez fait remarquer.  
Malgré cela, il s’incline quand même devant moi, comme tout bon noble le ferait, je lui rends donc et m’incline à mon tour. En me relevant, je débute une phrase :  

-Monsieur Luther je présume, je vous prie de croire en mes sincères salutations. Je ne sais pas si vous me connaissez, donc dans le doute, je me présente. Harald Varcan, fils du défunt commandant Falk Varcan, j’imagine que vous le connaissez au moins de nom, il a servi pendant très longtemps dans la garde et à mainte reprise pour des familles telle que la vôtre. Je gère une grande partie des recherches automates des îles, si vous avez achetez un automate durant ces trois dernières années, sachez que c’est probablement une personne dont je suis responsable ou moi qui l’avons créé.

Si je ne m’excuse pas pour mon arrivée, c’est simplement parce que, comme le sait probablement mon interlocuteur, présenter ces excuses est un signe de faiblesse. Et tout nobles qui se respecte, préfèrera largement prendre en compte un argument sans le montrer, pour justement éviter de sembler faible et vulnérable. J’attends de voir comment ce dernier va réagir, mais rapidement après, un son strident se fait entendre, ce qui a pour effet de faire taire les gens rassembler.

J’ai l’habitude de travailler avec des automates et des machines qui font du bruit constamment, au début mon ouille de loup-garou pausait problème, mais maintenant je suis habitué au bruit et j’arrive donc, à ne pas avoir de problème d’oreille interne, à cause du son. Crin d’ombre toujours à côté de moi, prends peur, heureusement, Kudran l’attrape vite et me la tends, je la prends dans les bras et commence à la caresser pour qu’elle se calme.
Lorsqu’elle est enfin calmée, je la repose à mes pieds et écoute-le discourt que viens d’entamer Eleazar.

Il garde un ton calme, posé et comme tout bon politicien, il ne laisse aucunement transparaitre ces émotions, en annonçant la mort de son père. Puis vient le moment, de faire une minute de silence pour l’ancien régent des Featherstone.
Juste après, le jeune homme est, suivant les attentes de son père et les droits d’héritage, nommé comme nouveau régent des Featherstone.
La question que je me pose à ce moment est, sera-t-il un bon dirigent ? Je pourrais poser la question à Kudran, mais dans une foule aussi conséquente, tout le monde me prendrait pour un fou. Je continue donc d’écouter le discours du jeune régent.
À un moment, une de ces phrases m’interpelle. Il dit qu’il va faire en sorte d’apporter des améliorations, à diverses recherches scientifiques. Mais, qu’entend-il par scientifique ? Mes recherches sont-elles comprises dedans, sont-elles enfin reconnues à leurs justes titres (pas qu’elle ne soit pas bien vue, juste que je suis une des seules personnes qui investis dans ces recherches et même si j’ai beaucoup de travail, ma fortune n’est pas assez colossale, pour entreprendre des recherches trop importantes)  ?
Je regarde donc Kudran en réfléchissant, le contentement de certaines personnes se fait ressentir en tout cas.
La phrase qui suit directement celle-ci, me laisse encore plus perplexe, il compte relancer les explorations, qui ont coutées la vie à tant de gens. Il est vraiment assez fou, pour essayer de trouver d’autres terres habitables ?  

Toujours en me posant ces questions, je décide de suivre les invités, qui se dirigent vers l’intérieur. En regardant un peu quels nobles sont là, j’aperçois Black, en train de discuter avec un homme, qui semble tenir une place importante, pour s’être assis au près des membres des familles mères. Serait-ce un mafieux ? Le chef des Mortimers peut-être, vu qu’il est accompagné d’un de leur assassin.

Je sais, que Black ne veut plus me voir, mais je dois absolument lui poser quelques questions, je décide donc, d’essayer de le suivre. J’entre donc dans la grande salle de la demeure des Featherstone, je vérifie que Kudran et Crin d’ombre me suivent bien, voyant que ces deux derniers arrivent à se frayer sans mal un chemin jusqu’à moi, je ne m’inquiète pas trop et décide de m’approcher de Black. Je le vois qui parle toujours avec l’homme qu’il accompagne, ce dernier lui indique l’endroit où se situe des verres de différentes boissons. Black commence à se diriger vers cet endroit, je tente donc de l’intercepter.

Au moment où je vais l’atteindre, une femme surgis devant moi, m’empêchant de continuer à avancer. Une nouvelle altercation se déroule, à quelque pas à peine de moi, je me décide donc à essayer de régler cela, comme l’aurait fait l’ancien propriétaire de ma veste, en homme sévère mais courtois et juste. La dame et l’homme qui se trouve devant moi, sembles êtres, d’après la description de Jo, les deux fautifs de la première altercation, qui s’est déroulée avant mon arrivé. Je m’avance donc d’un pas dans leur direction et dit d’une voix forte et audible :

-Monsieur, madame ! Cela n’est ni le moment, ni l’instant de vous disputer, vous ne faites pas honneur par votre attitude, aux personnes réunies ici en ce jour !

Je viens de reprendre des mots très similaires, à ceux que l’on m’avait adressé plus tôt dans la journée, c’est dire leur véracité. Maintenant, j’attends de voir, comment vont réagir ces deux personnes, qui se trouvent devant moi. Ils vont surement me prendre pour le capitaine des gardes, étant donné ma tenue. Cela me fera probablement drôle si cela arrive, mais au moins, je pourrais enfin voir si je suis bien le digne fils de mon père.
   

             


©️ Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 38
Date d'inscription : 11/08/2018
Infos fermées
MessageSujet: Re: Événement premier: La mort pour un roi   Mer 3 Oct - 21:44


Death is life,
And I walk with her.





La surprise fut de mise dans mon regard lorsque j’approchai de mon supérieur, j’avais l’impression d’être son sauveur d’un ennui interminable… Je ne l’avais pourtant pas fait patienté tant que ça, si ?

Siegward avait choisi un endroit discret et j’aurais sûrement mis du temps à le retrouver si je n’avais pas été un loup-garou. Mais puisque c’était le cas, je n’eus pas trop de difficulté de repérer son aura et venir jusqu’à lui. Bref.

Mon regard se porta un instant sur la cigarette qu’il écrasa nonchalamment contre le mur du château… Il n’avait visiblement pas beaucoup de respect pour ce bâtiment mais je n’en fis aucun commentaire car être ici semblait bien assez l’exaspérer comme ça. En rajouter ne serait en rien une bonne idée.

- Bien ? Non, ça ira mieux une fois qu'on sera parti d'ici... Regarde moi tous ces hypocrites réunis justes pour faire bonne figure... J'espère que tu es prêt à jouer les bêtes de foire, car on va être les deux chiens mal famé des Featherstone durant cet événement...

Oui, je confirme, être ici ne lui plaisait pas le moins du monde. Malgré cela, j’eus un léger sourire amusé, son désespoir m’amusait un peu, moi c’était la première fois que je venais ici, et mon seul souhait était d’y revenir avec Luci…
En tout cas dire cela semblait l’avoir un peu relâcher, il devait m’attendre juste pour cela… Bah, je n’étais pas convié ici par lui pour rien après tout, il ne m’aurait pas amener ici sans raison…

- ...mais bon, toi, tu dois avoir l'habitude de ce genre de chose, puisque tu es un chien. C'est d'ailleurs pour cela que je t'ai choisi, apprends-moi à donner la patte et à remuer la queue aux moments les plus fatidiques de cette journée.

Non… Sûrement pas sans raison en effet…

Oh je n’étais pas le seul à subir ce genre de remarque dans la mafia, évidemment… Mais je pensais qu’il prenait un plaisir particulier à me chercher… Il devait avoir envie de voir mon loup sortir, après tout il devait bien mieux s’amuser avec lui… Je craignais d’ailleurs que ce dernier ait été retrouver mon supérieur certaines nuits pendant mes 7 ans d’abstinence… Ça m’inquiétait car je le savais parfaitement capable de le faire… Mais jamais je n’oserais demander une telle chose à mon boss, évidemment !!

Breeeef ! Sa remarque me fit serrer les dents et je sentis mon loup s’enflammer… Non non, hors de question que je le laisse sortir ici. Tout deviendrait chaos si je faisais ça… La bête savait se tenir comme un riche, c’est vrai… Mais il tenterait sûrement de violer la moitié des personnes présentes car… Peut-être que c’était une belle bande « d’hypocrites » comme le disait si bien Siegward… Le soucis c’est la BELLE bande ! Ben oui, la majorité des gens ici sont superbes ! Pas tous hein… Il y a des vrais thons je vous jure… Mais quand même des beaux morceaux aussi… Oh seigneur, salle bête, calme toi !!!!!!

Je fermai un instant mon œil valide pour calmer les pulsions excessives de l’animal qui m’habite et je dus même poser une main contre le mur, calant ainsi un instant Siegward entre ce dernier et moi-même… Evidemment c’était aussi un coup de mon loup mais je ne pus pas empêcher ce mouvement… Il n’y eut rien de plus, heureusement pour moi !

Je me pressai donc de me redresser, passant une de mes mains gantées dans mes cheveux, toujours un sourire crispé sur le visage à sa remarque qui m'avait mis dans tous mes états, c'était loin de m'amuser.

- Bien sûr, Monsieur…

Beaucoup d’agacement devait s’entendre dans ma voix… Si ça n’avait pas été Siegward, j’aurais bouffé celui qui me traitait de chien… Mais je ne tenais pas vraiment à me mettre mon boss à dos… Malgré sa personnalité très particulière… Je l’appréciais vraiment, je vous jure que c’est possible !
Je ne sais pas si on peut dire qu'on est ami, mais je le considère comme tel malgré tout, en plus d'être mon boss évidemment.

Il s’écarta ensuite du mur et je le suivis pour rejoindre la foule… Cela ne me dérangeait pas, tout ce monde, au contraire même ! Du moins, tant que mon loup restait sage…

- Je plaisantai... à moitié... Enfin, je vais te faire un topo rapide, ce qui va se passer aujourd'hui va être extrêmement barbant, surtout pour toi, mais il va y avoir pas mal de choses qui vont être en jeu aujourd'hui. Tout ce qu'il faudra faire, c'est parler quand on nous le demande, sinon le reste du temps... On écoute... On acquiesce... On se tient bien... Et on croise les doigts pour pouvoir vite s'en aller d'ici. J'aurais préféré ne pas te faire affliger ça avec moi, mais tu de doute que si j'étais venu seul, on ne m'aurait pas pris au sérieux sur le potentiel des membres des Mortimer. Ta présence et ta réputation suffiront à elles seules d'appuyer mes propos, et puis, tu sais bien te tenir dans ce genre de moment...

Je restai très professionnel en l’entendant parler, je l’écoutai sans ouvrir une seule fois la bouche. Après cela, je me contentai d’abord d’un hochement tranquille de la tête avant de lui répondre.

- Très bien. Je ferai comme à mon habitude donc, vous suivre et éviter que vous vous fassiez tirer dessus…

Un léger sourire s’afficha sur mon visage avant que je reprenne.

- Je suis malgré tout flatté que vous m’ayez choisi pour vous accompagner ici ! Je ne vous décevrez pas...

Même si Siegward semblait exaspéré d’être ici, moi j’en étais plutôt heureux en fait. Je n’étais encore jamais monté sur Azura, et c’était tellement beau ! Ma curiosité faisait presque brillé mon regard, je devais sûrement ressembler à un enfant quand mon regard gris vaguait dans le paysage pour découvrir toutes les particularité d’Azura et de sa fabuleuse capitale.

- … Du moins, tant que vous ne cherchez pas trop mon loup…

Un nouveau sourire s’afficha sur mon visage et je n’ajoutai rien suite à cela, suivant juste mon supérieur.

Siegward trouva place sur un siège installé juste pour lui et je vins me positionner juste derrière lui, droit comme un i. Je fus malgré tout encore surpris de voir cet enfant prendre place sur l’estrade… Si jeune… Comme un enfant pouvait-il supporter tout cela si.. facilement ?

J’avouais être plutôt fort impressionné par le discours du nouveau régent des Featherstone, je ne pensais pas un garçon de son âge avoir autant de force dans ses idées et sa voix. Je ne retins pas mes applaudissement à la fin de ce discours.

Ensuite nous fûmes invité à entrer dans le palais et, à nouveau, je ne fis que suivre attentivement Siegward pour ne jamais être trop loin de lui.

En arrivant dans l'immense salle de fête, j'étais vraiment surpris de la taille et de la beauté de l'endroit. Je voyais déjà les plus belles salles de Nox grâce à mon statut de garde du corps... Les mafieux avaient les meilleurs bâtiments évidemment. Mais rien n'était comparable à cela, je vous le jure...

Mais je fis surtout de grands yeux quand de magnifiques odeurs vinrent doucement se glisser à mes narines... Seigneur, il y avait un nombre incalculable de plats... Mon loup et moi étions d'accord pour une fois, il fallait que j'aille dévorer tout cela.

Je salivais presque en zieutant les plats lorsque Siegward s'adressa à moi, ce qui me fit retrouver ma concentration.

- Je vais aborder le nouveau régent... Le temps que je le rejoigne, tu veux bien nous apporter un verre à tous les deux ? J'ignore ce qu'il y a de disponible comme boisson, mais fait en sorte que l'on marque des points.

Et il est parti sans attendre que je lui réponde...

- Mais je prends quoi comme boisson à un enfant de 12 ans pour marquer des points, moi?

Je déglutis difficilement en me retrouvant alors seul dans la foule... Je n'avais pas de mal à deviner ce qui plairait à mon boss comme genre de boisson: un alcool, et surement un fort. Mais pour Eleazar? Qu'est ce que je pouvais donc lui prendre pour ne pas qu'il pense que je me moque de lui..?

Je me dirigeai malgré tous vers les différents buffets pour regarder un peu ce qu'il y avait. Et il y avait vraiment de tout! Des zakouskis, des entrées, des plats, des desserts, et absolument toutes les boissons qu'on pouvait imaginer... Je me demande d'ailleurs si il n'y avait pas un alcool des Ainsworth mais je ne suis pas sûr...

Je ne pus d'ailleurs pas m’empêcher de goûter bien des choses, juste une bouchée de quelques plats, tout était extrêmement beau à regarder, et tout aussi bon! Je crois qu'avec mon appétit de loup, j'avais probablement pu tout manger mais il fallait que je reste concentré sur ce que m'avait demandé Siegward.

Un verre pour lui d'abord.

Ça s'était facile... Le problème c'est qu'il y avait beaucoup de choix je ne savais pas trop ce que mon boss préférerait... Il aime bien l'alcool des Ainsworth, mais peut être que goûter l'un d'Azura lui plairait aussi? Je me mis donc à regarder un peu tout ce qu'il y avait comme bouteille en me permettant de servir quelques verres pour ensuite sentir le liquide...
J'en offris d'ailleurs un ou deux à quelques femmes qui tentèrent une approche plus ou moins ratée... Ce n'est pas que je n'aime plus les femmes mais, oh! C'est bon, moi je suis amoureux je le rappelle quand même! Il n'y a que mon loup qui a faim de passer au lit, pas moi!

Mon choix se posa sur un whisky qui avait l'air d'une grande qualité... Je me demande bien qui aurait les moyens de l'acheter, en vrai... Mais qu'importe, je pense que cela plairait à Siegward et je lui fis donc un verre de taille classique pour ce genre de boisson, mon but n'était pas de rendre mon boss saoule après tout.

Maintenant il fallait quelque chose pour Eleazar, et ça, ça allait être bien plus difficile...

De l'eau? Non, quelle plaisanterie! Qui amènerait un verre d'eau au nouveau dirigeant de la famille la plus influente de tout Heaven???
Une boisson gazeuse ne me semblait pas non plus assez chic et un jus de fruit me semblait trop enfantin...
Oh...

C'est à ce moment là que mon regard se posa sur une bouteille un peu différente... On aurait dit une bouteille de vin mais je remarquai rapidement que ce n'était pas de l'alcool. Je m'en approchai donc pour l'attraper et voir ce que c'était. Une limonade, artisanale... Seigneur, elle semblait coûter aussi cher que le whisky!!

J'en servis alors un verre, dans une flûte de champagne d'ailleurs, je me disais que c'était une bonne idée, et je sentis ensuite le liquide... Cela semblait en effet de la très bonne qualité, fine bulle et couleur dorée... En fait on dirait du champagne, ahah!
Je me demandais bien si Siegward penserait que j'aurais ramener de l'alcool pour un enfant.. Je n'espère pas qu'il me pense si bête quand même!!

Maintenant que j'avais les deux verres, et après avoir encore mangé deux trois trucs, je me remis en route vers Siegward. Je n'avais pas à me frayer un chemin car, instinctivement, tout le monde se bougeait un peu de mon chemin pour me laisser passer. C'était quelque chose d'inconscient, ma présence d'alpha intimidait et personne n'avait vraiment envie de me cogner...

Qu'importe, je retrouvai facilement Siegward car son aura n'était pas des plus faibles non plus même si elle dérangeait moins les autres, surtout les humains, car il n'était pas un loup... Mais je pense que si il s'énervait, tout le monde fuiraient la salle.

Quand j'arrivai à sa hauteur, il avait su approcher d'Eleazar et les deux allaient entamer la discussion, j'arrivais donc au parfait moment et j'avais de la chance... Je pensais en effet arriver bien trop tard mais les deux n'avaient pas encore échangé grand chose et c'est très bien ainsi.

Je m'inclinai légèrement.

- Messieurs...

Je tendis à chacun leur verre... Est-ce que je devais attendre que Siegward me présente? Je ne savais pas trop en fait mais je me remis déjà légèrement en retrait pour indiqué que je n'étais que l'employé du parrain des Mortimer.
Oh, et puis au tant me présenter ainsi ils pourraient ensuite se concentrer sur ce qui les intéressait.

- Je m'appelle Kieran O'Warg Mortimer... Plus connu sous le nom de Black. Je sers M. von Mortimer depuis 13 ans et je me suis chargé de plusieurs missions déjà envoyé par votre père... Maintenant que vous lui succédé, je me ferai un plaisir de continuer sur cette route.

Je pense que cela était plutôt bien... Il me semble...
Mais pas suffisant.

- Je suppose que vous avez beaucoup à vous dire et je vais donc vous laisser discuter. Monsieur, je vais m'éloigner pour respecter votre discussion, mais je reste à porter en cas de problème, n'hésitez pas à me rappeler si vous avez besoin de quoi que ce soit.

A nouveau je m'inclinai brièvement en me préparant à m'écarter un peu, mais avant cela, j'attendais de savoir si ça convenait aux deux hommes.



JOUEUR 5
Kieran
JOUEURS
1,2,3,4,...
©️ Halloween sur Never-Utopia


_________________
Kieran discute en gras et son loup mord en creepster.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Infos fermées
MessageSujet: Re: Événement premier: La mort pour un roi   

Revenir en haut Aller en bas
 
Événement premier: La mort pour un roi
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le discours du premier ministre J E Alexis
» Mon premier bal [Libre pour plusieurs personnes]
» J'AI FAIT LE MORT POUR VOIR QUI DANSE SUR MA TOMBE (CAL)
» [A] [1] Premier départ pour un pays lointain. (solo)
» Une mort pour un renouveau. [Clan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Heaven :: Les Îles :: RP spéciaux :: Events-
Sauter vers: